• Vie d'artistes

    Vie d’artistes

     

    Musiciens, chanteurs, compositeurs travaillent pendant des heures

    Techniciens, magiciens tout se mixe avec plein d’entrain

    Slam, poésie  se récite, se chante de la tendresse à la frénésie

    Sous les feux  des projecteurs éveille  des étoiles sous la toile

    Les yeux rivés sur la salle où les gens s’exaltent

     

    Ils nous emmènent dans leur univers, dans un monde de lumières

    Tourbillon de notes et de couleurs faisant chanter notre cœur

    Compositions sortie de leur imagination

    Flambée d’adrénaline sur scène ils se démènent

    Palpitation, leurs âmes explosent  d’émotions

     

     

    Dans les coulisses c’est aussi la vie d’artistes

    Le revers du merveilleux restera pour certains mystérieux

    Pour d’autres relèvera du chanceux

    De l’heureux au malheureux

    Leur combat de rester sur scène restera un challenge où tous se mange

     

    Ambiance, ambiance  ils restent dans la danse

    En transe, balance les artistes chantent

    Toi mon ami de mes amis la vie est faîtes ainsi

    Si, do, ré, mi  défilent sur la portée

    Fa, si, la, facile à jouer

     

     

    Vies d’artistes ce n’est pas si triste

    On sait que l’on existe quand on accroche, c’est dans la poche

    Succès à l’affiche, est la flambée des tournées

    Vivez, aimez, chanter et encore plus si vous jouez et danser

    Bouger, rêver et surtout écouter

     

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Jour de Toussaint

     

    Journée de tristesse où défile famille  dans les allées des cimetières

    Chrysanthèmes garnissent les tombes de nos chers disparus

    Souvenirs et prières pour les soldats des deux guerres

    Maman en pleure se recueillant  devant la photo de son fils monté au paradis

    Un homme agenouillé sur le rebord du sentier où repose sa tendre épouse

     

    Novembre avec le froid qui nous envahit en pensant à tous ceux et celles qui sont partis

    Une stèle d’un ange pour un bébé, une enfant que Dieu nous reprend

    Enfants se souviennent d’un parent, d’une mamie, d’un ami qui sur cette terre jadis naquit

    Repos éternel, souffrance au cœur, larmes chaudes pour ce jour des défunts

    Memoriam pour le repos de ses âmes

     

    Papa, maman, mes amours, un jour ce sera mon tour

    Je viendrais par ce chemin qui m’emmène vers vous

    Je suivrai la lumière et qu’il sera doux de me blottir contre vous

    Je déposerais alors ce baiser que j’avais encore envie de vous donner

    Je serais là et le jardin où vous m’accueillerai  sera remplit de mon amour

     

    Une fois là-haut, je n’oublierais pas

    De protéger ceux et celles qui sont resté d’ici-bas

    Comme vous l’avez fait pour moi, quand j’effleurais de mes pas ce sol où je suis née

    Jour de Toussaint, je poserais ma main sur mon cœur

    Je fermerais mes yeux et m’imprégnerais de cette douceur

    Pour envoyer mes pensées à ceux que j’ai aimés.

     

    Absence d’une présence, une main à tenir

    Des mots tendres à dire à ne plus en finir

    Un regard à soutenir et un merci à dire

    Une maman à fleurir

    Et ne jamais mourir pour ne pas en souffrir  

     

     

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Il pleut dans mon coeur

    Sur le chemin où tu me tenais la main

    Aujourd’hui il n’y a plu de bonheur

    Je n’ai plus d’espoir et ne compte plus les heures

    Tu es parti c’est fini

    Et j’écoute la pluie

     

    La  chanson  de l’artiste est triste

    Le ciel n’est plus bleu

    Des larmes dans les yeux

    Et toi tu es heureux que je passe aux  aveux

    Il pleut dans mon cœur

     

    J’entends encore au loin la Micheline

    Qui annonce la pluie ruisselant  sur ma vie

    Je m’ennuie et toi, tu  me fuis, toi mon ami

    Encore des excuses tout cela m’use

    A croire que cela t’amuse

     

    Il pleut dans mon cœur

    Tous les soirs je t’attends dans mes rêves et je te sens

    Et même si ton amour s’enfuit dans le temps

    Je savoure encore et imagine toi et moi au présent

    Pour que le soleil revienne et chasse la pluie, le vent

     

    Si la tempête de mes sentiments te rende amère

    Libre à toi de m’achever de ton glaive

    Dans le sang, et sans  haine le jour s’achève

    Dans la souffrance, te voilà libre d’une de tes conquêtes

    La pluie lavera ma délivrance de ton indifférence.

    Et mon cœur sombrera alors dans le silence

     

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Destruction

    Y’en marre qu’il me parle dure  comme à une chienne

    Comme si j’avais la gale, pas de remède idéal

    Être fidèle à un seul amour, qui se fou si tu changes d’apparence

    J’aime autant crever que d’être toujours blessée

    Paroles graves qui vous font descendre à la cave

     

    Amour déguisé en amitié

    Mais rien il ne fait pour me réconforté

    M’abaissant à moins que rien, comme si je n’étais plus qu’un souillon, un peu rébellion

    Suis-je à ses yeux une forme de salope

    Qui ne fais que de toquer à sa porte

    Je n’ai  pas le moral, j’ai envie de crever, je veux plus insister

     

    Je pensais qu’il avait un peu plus de respect

    A mon avis il est comme un film, un navet

    Son intérêt c’est sa seule personne

    A quoi bon encore que je lui sonne

    Le son de sa voix me fait sombrer au plus bas

     

    L’amitié pour lui ne signifie plus rien

    Il fait tout pour me mettre en chagrin

    Pleurer à cause de lui, me fait boire de désespoir

    Plus envie de voir le jour mais de sombrer dans le noir

    J’avais cru en lui mais en fait il me nuit

     

    Suis-je à ce point dépendante de lui

    Que de l’avenir maintenant je fuis

    Envie de crever et ne plus aimer

    Plus personnes ainsi pour me pleurer

    Fini encore de vouloir de lui, puisqu’il s’en fou si je péris

     

    Egoïste il ne voit que sa propre vie

    De ses ami(e) s    il les a tous détruit

    Mais je l’aime pourtant et il me fuit

    Un verre en main cela ne lui fait rien

    Autant qu’il m’achève de ses mains.

     

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

    Halloween

     

    Dans une nuit sombre sorti de hors tombe

    Circulent dans les rues, d’étranges petits monstres sous le ciel qui gronde.

    Aspect lugubre sur les figures blanchâtre d’une froideur qui fait peur.

    Illuminé par le flambeau d’un sorcier pas beau

    Sonne la cloche à l’entrée d’un château

     

    Au pas de la porte s’amène un bossu au torse velu

    Enfants tremblants accompagné de Satan

    Présentant un crâne en guise de récolter friandises et bonbons

    Halloween …Halloween un sortilège si tu ne donnes rien

    Ou un merci et Merlin ne te fera que du bien

     

    Houuuu houuuu fait le petit fantôme

    Accompagné d’un petit être en forme de Squelette

    Encore une petite troupe pour faire la quête gourmande

    Approche donc auprès de ma maison si tu oses

    Et prend le bras sanglant en forme de frappe porte

     

    Frappe frappe dit le Zombie pour que l’on rie

    J’ai faim  j’ai faim dit petite Marie

    Halloween …Halloween un sortilège si tu ne donnes rien

    Et tu seras possédée du Malin

    Des bonbons s’il vous plait puis je m’en irais

     

    Bruit de chaîne en file indienne

    Freddy Krüger  sort ses griffes pour les tardifs

    Frankenstein Junior  aux cicatrices fait le mort

    Même pas peur, pas de frayeur jusqu’à la prochaine demeure

    Tous en cœur crions Halloween Halloween

    Pas de pleure voici venue ton heure

     

    ©Christiane 

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Croire

    Croire

    Pour pouvoir croire à l’amour ne laisse pas ton cœur sourd

    J’ai besoin de tes bras, j’ai besoin de toi

    La mission n’est pas impossible si tu le veux nous y arriverons à deux

    Regarde donc devant, il y existe encore en nous des sentiments

    Efface donc ce qui a été le passé pour tout recommencer

     

    Croire

    Je garde l’espoir de sortir du noir et un jour te revoir

    Là où le ciel est si bleu et le soleil si chaud

    Se promener main dans la main dans les petits chemins

    Admirer les champs de fleurs et la nature qui nous entoure

    Respirer à fond cet amour qui nous enivre de vouloir continuer à vivre

     

    Croire

    Que notre histoire n’est dérisoire, oui je veux encore y croire

    Non je ne peux pas oublier, je ne veux rien effacer que tu m’as aimé

    C’est une romance inachevée bien trop tôt terminée

    Je veux encore écrire sur les pages blanches de ce livre de notre amour libre

    J’ai besoin  encore de voir tes yeux et ton si beau sourire

     

    Croire

    Et ne plus rêver et vivre avec toi des moments heureux

    Je suis de celle qui n’abandonne pas alors que tu baisses les bras

    Je veux me partager et te soigner de tout ce qui a pu te blesser

    Laisse-moi donc encore t’aimer  et m’envoler pour venir t’embrasser

    Un baiser voler comme celui que tu m’as donné et où je me suis abandonnée

    Croire

    Qu’au regard de mon désespoir, tu serais la lumière qui illumine mes jours

    J’ai envie de te combler de ma présence, est-ce pour toi une chance

    Chasse donc maintenant ce qui te reste à chasser, tes préjugés sur la façon de m’aimer

    Vis donc sans te soucier de ce qui pourrait m’arriver, si je m’étais trompée

    Croire tout simplement qu’en avançant  un pas à la fois, ton cœur ne m’oublie pas.

     

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: