• Quand on s'aime

     

    Quand on aime

     

    Qu’importe la distance, qu’importe le coût même si on n’a presque plus de sous.

    Qu’importe les soucis, les ennuis, même si de notre santé on ne  s’en fou.

    Qu’importe l’horloge, quand on aime on prend le temps de vivre le présent.

    Amour, amitié qu’importe, quand on aime, on laisse son cœur se guider.

     

    Quand on aime

     

    On laisse parler les gens, on ne les délaisse même en cas de malaise

    Quand on aime on se comprend même par tous les temps

    Quand on aime, on arrête de penser toujours à soi, on reste souvent dans une sensation d’émoi.

    La popularité d’être aimé  c’est quand on peut encore aimer et de laisser de côté sa fierté

     

    Quand on aime

     

    On fait chanter la vie, on décroche sur les visages un sourire, au pire coule une larme

    Quand on aime, on se soucie du bonheur de l’autre et un peu du nôtre

    Quand on aime on se fait signe pour éviter la déprime

    Une voix, un réconfort, une invite, on accourt sans détour

     

    Quand on aime

    L’esprit est ailleurs, plus rien n’existe, on respire, on se soucie plus de l’heure.

    On se dit des je t’aime mais si seulement ils sont sincères, on ne se fait pas de la peine

    Quand on aime c’est un beau soleil et un ciel bleu comme si c’était la lueur de tes yeux.

    Deux cœurs qui n’en forme qu’un qui remplit de chaleur, bat et explose tout cela en symbiose.

     

    Quand on aime

    On ne fait pas pleurer un cœur blessé, y’a toujours des bras pour l’envelopper

    Et si tu m’aimes pourquoi alors m’ignorer, de briser mes rêves, me laisser dans mes pensées

    Moi qui t’ai toujours adoré, soutenu, je m’enfuis dans mon coin perdu

    Je me cloître, je voudrais encore y croire, mais m’enfonce dans mon désespoir

    De  recommencer une autre vie, un renouvellement de nos vœux pour vivre enfin heureux

     

    Je t’appelle je t’aime et toi  souviens toi 

     de nos ébats  d’autrefois derrière les volets clos où je te caressais le dos

    Quand on aime c’est encore bien plus que ca

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Si j'étais Rose

    Si j’étais rose

    Si j’étais rose je te parfumerais chaque matin à ton réveil pour effacer ton passé de tous tes chagrins.

    Si j’étais rose j’envahirais ton jardin de toutes mes copines pour t’apporter un baiser pour te sentir aimer.

    Si j’étais rose ce serait ta couleur pour t’apporter du bonheur et embellir ta journée  de mille couleurs

    Si je serais rose, la vie ne serait jamais morose, sur ton cœur j’y ferais juste une pause

     et mes pétales seraient éclos pour t’apporter tant de choses.

    Si je serais rose, je serais un prénom juste pour une bonne cause

    et ma porte ne serait jamais close

    Je serais  cellules et pas de gélules pour re générer le sang de tes veines

    Je serais claire de lune pour que tes nuits ne soient plus insomnie

    Si j’étais proses, je serais poésie t’apporterais  beaucoup de lumière dans ta chaumière

    Si j’étais rose, je serais un peu tous les jours un baiser sur ta joue pour te  dire bonjour.

    Mais je ne  suis pas et ne m’appelle pas rose,

    je ne suis que juste qu’une pensée pour que tu puisses encore aimer ta dulcinée

    Je ne suis pas grand-chose pourtant je respecte encore à grande dose,

    ton amitié que tu m’as donné pour que je puisse encore aimer

    Je ne suis pas une catin qui se déshabille tous les matins,

     je ne suis pas une rose à épine, je ne veux pas que l’on te  chagrine,

     je te ferais toujours bonne mine celle qui écrit

    et t’offre un sourire juste pour te faire un peu rire.

    Je ne serais dorénavant  plus vilaine

     et offrirait à toi et à ta reine un bas de laine si j’avais un peu de la veine.

    Je vous offrirais un paradis pour effacer ce que j’étais jadis 

    Je ne m’appelle pas Hélène ,

    ne suis pas reine ou sirène mais irait bien danser et chanter sous le ciel de Vienne

    quoi qu’il advienne  «  Etienne Etienne , oui tiens le bien … »

    Mais je ne suis rien que peut-être qu’en fait un peu écrivain

    et t’offrirais alors chaque matin quelques mots,

    quelques phrases, je serais ton quotidien,

    t’apporterais  bonnes nouvelles comme une ritournelle

    Je serai juste alors amie, pour que soit plus belle la vie

    Je serais  tout simplement moi, venue du pays  sentiments

    que je distribuerais à tout vent  pour que tu ne m’oublies jamais 

     et je serais le gout de sucre de ton café

     pour que tu puisses encore le savourer à côté d’une belle colombe

     qui ne te fera jamais de l’ombre.

    Je ne suis pas argent, mais je voudrais briller et en déposer à tes pieds pour tous les mois de l’année.

    Je ne suis pas à jeter, je ne suis pas un papier que l’on fait un pied de nez.

    Je ne suis peut-être pas un ange, et ne m’appelle pas Solange, je suis juste de moi

    Prénommer cricri d’amour pour t’en offrir un peu tous les jours

    A mon plus grand ami de ma vie et pour ma petite sœur jumelle de cœur  

    ©Christiane  

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Confidence

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Douce Colombe  

    Douce Colombe

    Tu as le charme et la blancheur, tu es mon âme sœur

    Tu parcoures en profondeur l’intérieur de mon cœur.

    Douceur extrême tu m’enveloppes de tes ailes.

    Tu es ma paix intérieure, le temps n’a plus d’heures

    et ma main te caresse le dos.

    J’aime te regarder et te voir t’envoler

     pour venir déposer sur ma main un doux baiser.

    Douce colombe

    Tu es sortie de l’ombre et tu es apparue dans ma vie

      comme un éternel tourbillon où j’avais perdu la raison.

    Tu t’es empressée de tout me donner, de ton amour un peu tous les jours.

    Je suis aussi la petite tourterelle que tu aimes pour que je sème 

     sur ton alentour de jolies fleurs

      sur ton chemin que je parcoure et  où j’ai fait un détour.

    Mon bel oiseau penché sur mon corps en forme de roseau

     qui plie sous la force du vent

    Je suis un peu de toi à présent  là jusqu’à la fin des temps.

    Douce colombe

    Laisse toi bercer par  un  je t’aime de cette douce mélodie qu’est ma folie

    Sans trêves rentre dans mon rêve avant que tu te  retires

    de ma joue de tes douces lèvres.

    Remplis moi encore de ton bonheur

     et laisse-moi encore percevoir encore ton sourire

    Une dernière fois car on n’aime que toi,

     je t’en prie viens encore vers moi une dernière fois.

    Penchée sur ta destinée, je me suis résignée

     à répandre autour de toi ce que la vie te doit et que moi seule je vois

     

    ©Christiane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Maman

    Maman,

    Tu as parcouru bien des années de labeurs et d’amour

    Maintenant encore une fois tes enfants,

     petits-enfants et arrière-petits-enfants t’entoure

    Non ce n’est pas une  journée comme les autres

    C’est ta journée de repos, non hélas pas  le temps d’une pause,

     tes paupières sont définitivement closes

    Tu as cette fois entrepris un voyage vers la haut dans les nuages,

    tu es monté cette fois encore d’un étage celui de la fin des âges

     comme une enfant sage.

    Tu étais bien trop lasse de continuer ton chemin

     avec dans tes pensées  tant de souvenirs, de peines de joies et de désirs

    Plus envie de poursuivre un proche avenir de les voir tous encore grandir

     et vieillir.

    Trop de souffrances de santé, tu en as eu assez,

    te voilà maintenant libérée de retrouver ton bien aimé.

    Ton dernier souffle tu l’as donné en ce début du mois d’août,

     ce ne fut pas la flamme  de la  bougie d’un anniversaire

     qui ne  te disait plus guerre,

    il n’a pas fallu un coup de vent que ton cœur s’en est allé

    Pour encore mieux nous dire de la vie je n’en veux plus,

     laissez-moi partir pour ne plus revenir.

    Nous sommes encore cette fois réuni pour ton dernier voyage,

    nous te laisserons prendre ton envol sous nos yeux coulerons des larmes

     qui rempliront une coupole ,d’une eau remplie d’amour et de tendresse,

     comme si nos mains te donnait encore une fois sur ta joue une caresse.

    Part, donc en paix, va donc rejoindre ce ciel et inonde nous d’un arc en ciel

    pour que nous soyons encore tous et toutes à tes genoux

    pour des matins plus doux.

    Ton ange est là, il n’attend plus que toi,

    prend lui la main et laisse toi guider

    vers les personnes qui t’ont  quitté et que tu as tant aimé,

    remet leur  notre message que bientôt nous aussi nous traversons les âges

     et que malgré les images de ce livre,

     nous reviendrons encore tourner les pages d’une histoire

    dont la lumière qui en ressortira ce sera toi qui brillera.

    Ta belle fille qui t’aime

    © Christiane 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Pensées d’amour

     

    • Pensées d’amour
    •  
    • Dans le jardin de mes rêves, il y a un coin que je prends soin
    • Il y a des fleurs multicolores qui me parlent de toi
    • J’y prends bien soin car je veux qu’elles y vivent une éternité
    • car toi tu es loin
    • Je leur parle, je les soigne et les caresse avec beaucoup de tendresse.
    • Je les arrose le temps d’une pause pourtant ma vie est bien morose.
    • Tu aurais été mon jardinier pour me conseiller mais tu as préféré t’en aller.
    • Que me reste-t-il  pour égayer ma vie, que de mourir d’ennui.
    • Tu étais le soleil ou tout pousse dans mon rêve,
    • même mes sourires que  maintenant tu oublies.
    • Ma maison de rêve n’était pas spécialement un paradis
    • Mais avec toi j’aurais été aux anges et nous aurions vécu tous les deux paisibles
    •  où rien n’aurait été nuisible.
    • La réalité est tout autres, il y a toujours les autres où je n’existe pas
    • Tu préfères dans ton cœur être là-bas loin de moi.
    • J’aurais aimé être ta jardinière pour t’apporter ma tendresse
    • avec beaucoup de sagesse.
    • Mais ici je vis ou survis dans un monde artificielle où rien ne vis.
    • Le bonheur c’est enfuit, le soleil brille juste pour  te redonner le sourire
    • mais je me meurs sous la pluie.
    • Tu as trouvé toi, ta maison et ton jardin et la personne qui l'entretien et 
    •  te soigne
    • Et moi je suis la plante qui survit sur une terre avec quelques misères
    • Sans ton sourire et tes mains et ta voix qui me parle.
    • Me plaindre ne sert à rien, tu m’as prédit et choisit mon destin.
    • L’amour est n’est plus que chagrin quand on ne peut semer dans ton jardin.
    • Comment vivre avec une jeune apprentie qui a encore besoin de sa mère
    •  pour affronter l’avenir
    • Comment pourrait-elle comprendre ce que mon jardin à besoin,
    • une jeune jardinière de 20 ans
    • qui ne sait pas ce qu’aimer et cultiver vont ensemble pour récolter.
    • Je ne suis plus qu’une fleur mais tu n’en as que profité que quelques heures
    •  le temps d’une saison
    • Je n’avais pourtant pas perdu la raison d’aimer avec passion
    • Je reste donc sur mon terrain à cultiver mes pensées
    • mais ceux-ci se meurent doucement dans mon cœur et ma  demeure.
    •  
    • ©Christiane
    •  
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: