•  


     

     

     

    Tu me caresse de tes mots

    Tes mains sculptent mon corps,

    Tel que tu voudrais que je sois.

    Si je me sens aujourd’hui plus belle

    C’est bien grâce à toi

     

    J’entends ta voix qui m’appelle

    Tu es mon ange mon essentiel

    Je suis sur le chemin de demain

    Viens me tendre la main

    Je te dessinerais l’amour pour qu’il dure toujours

     

    J’aime par-dessus tous tes yeux

    Qui m’envoûte et me déshabille

    Et que me dirige dans ces désirs osés

    Je m’enflamme moi petite femme

    Je me sens sexy et désirée

    Viens donc me retrouver

     

    Si dans ces moments intenses

    J’en perds la tête, c’est que je t’aime

    Tu es tendre et doux comme le miel

    Fait moi atteindre le 7 nième ciel

    Que dans nos élans, on arrête le temps

     

    Esquissons ce chaleureux moment

    ©Christiane

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •    

     

     

     

     

    Amour du jeu, jeu de réflexion joué avec passion

    Manipulation des pions jouant en avant-garde

    Protégeant ses arrières de l’attaque d’en face

    Trouver la manière de commencer la partie

    Pour dérouter son joueur séducteur

    L’heure de la partie commence, les yeux figés sur le plateau

     

    A petit pas de deux et sautillant le pion avance

    Par où va-t-il commencé, à gauche, à droite, au centre

    Il faut que je me concentre, il observe ma tactique

    Je dois absolument le devancer de son élan et prendre les devant

    Un de ses cavaliers veut déjà s’élancer en se dandinant  fièrement

    Son étalon se positionne et calcule déjà son saut

     

    Moi la dame je reste bien collée au roi possédant tous les droits

    J’ai bien mes fous qui savent aussi par le biais de la diagonale

    Persévérer en éliminant ce prétendant de la victoire

    Ou alors dois-je les laisser auprès d’une de mes tours

    Vers lesquelles je trouverais la solution de secours

    Je suis perplexe ma main  tremble, n’a plus de réflexe

     

    Dame tant pis, je retrousse ma robe et use de mon charme

    Ce sera qui sait ma seule arme envers ce cavalier pas très hospitalier

    L’armure ne fait pas l’homme, le fou ne le laissera pas faire

    Deux cavaliers pour une seule dame, il vaut mieux qu’ils me sautent

     

    Moi je ne plierais pas pour protéger mon roi

    Quelle partie de jeu, la débandade,  ma mémoire se brouille

    Avoir une couronne, ne vous donne pas tous les droits

    Si je perds il m’aura mis en échec, et l’amour du jeu rendra l’homme heureux

    Je serais gagnante et prendre le royaume adverse fera de moi

    La femme la plus guerrière et la plus meurtrière

    Prendre tous ceux qui se présentent  et luttent,   d’un  sourire, je les désarme

    Et  c’est ainsi  qu’elle Renversa l’homme assis face à elle,

    ce sera l’échec et mat

     

    © Christiane

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    My Secret Story

     

     

    Chut ! C’est mon secret

    Il n’est pas toujours bon à  le raconter

    C’est mon récit, c’est mon histoire

    Celui qui sera mon confident n’aura pas perdu son temps

    L’amour d’un vécu vaut bien un détour

    S’y arrêter vaut bien la peine d’être lu

    Secret révolu sera à moitié dévoilé

     

     

    Aventure passionnel, obsessionnel 

    Jalousie malsaine à laquelle mon âme crame

    Prendre possession de tes sentiments

    A détruit notre relation qui devenait fusionnelle

    L’amour n’est pas possession c’est une communion

    Mea culpa c’est bien loin tout cela

     

    Chut ! C’est mon secret

    C’est mon récit je ne l’ai pas ensevelit

    Je vous le confie sans trop en dire

    Madame, monsieur vous pourriez en rire

    Si vous saviez … Mais silence … Chut !

    Vous n’en saurez plus, que cela vous en déplut

     

    Secret story Is my story

    Était-il Français ou Anglais

    Était-il jeune ou vieux, sincère ou odieux

    Moi je l’aimais plus qu’il le fallait

    Mon cœur   brisé    n’a  jamais pu l’oublier

    Je vis ou survit sans lui mais son image me poursuit

    C’était mon récit my secret story

     

    ©Christiane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     


     

    Outre l’histoire  chrétienne qui n’est pas dérisoire

    Pâques n’en gardons que la magie et la joie des enfants.

    Ces petits êtres mains impatientes

    Regarde vers le  ciel et entends

    Parents avertis leur ont appris

    Que de Rome elles sont parties

     

    Parti, pardi mais qui ?

    Au son tintant et ailées

    En voyage, elles s’en sont allée

    Chargée de grosses et petites gourmandises

    Aux formes ovales ou animales

    Douceur Chocolatée régale les papilles

     

    Dimanche de Pâques voilà qu’elles passent à tire d’ailes

    Dans les villages petits et grands

    Vont à la chasse dans vert pâturage

    Les yeux maintenant à la recherche dans les prés et les buissons

    Paniers et sachets dans leurs menottes, ils ramassent

    « Papa, maman regarde j’ai un œuf et une poule »

     

     

    Le soleil brille sur les autres villes de leur parcours

    Les cloches en provenance d’Italie  zieutent  vers le bas

    Un endroit, un jardin, un taillis pour y déposer

    Œufs colorés tout aussi adoré et si vite mangé

    Poules, cloches et lapin en chocolat  pour le petit Nicolas

    Ce petit garçon souriant est content

     

    Si la fête de pâque à son explication historique

    Elle est aussi une tradition gourmande

    Mais aussi une religion et une résurrection

    Parfois dépassant le raisonnable

    La famille se réunissant autour d’une bonne table

    D’une nourriture bien trop riche que chacun s’y nourrisse

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Juste envie de me reposer sur un nuage

    De rêver, me sentir légère comme une plume

    Et d’écrire de la poésie romantique

    M’envelopper dans un drap de coton

    Et de sentir la chaleur de tes bras qui m’enlace

    Me poser sur ton corps aussi moelleux qu’un oreiller

     

    Fermer les yeux et ne plus penser

    Me laisser engloutir dans ton désir

    Moment intense et de plaisance

    Juste envie d’être avec toi tout contre moi

    Arrêter le temps, profitez du présent

    Sentir ton souffle dans mon cou

     

    Tu es le printemps où tout bourgeonne

    Où ton cœur chantonne l’amour

    Qu’il est doux ce bonheur, cette bouffée d’air

    Tu es  celui en qui j’espère remplit de sentiments sincères

    Tu m’as trouvé, on s’est aimé avec tendresse

    Tes caresses remplies de délicatesse

     

    Il n’existe rien de plus beau l’unisson de deux êtres

    Peu importe l’art et la manière d’approche

    Quand cet élan vous emporte

    Douceur printanière, douceur et regard envoûteur

    Je me retranche et laisse agir ton charme

    Sur mon nuage je laisse bercer mon âme

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Rappelle-toi

     

     

    Rappelle-toi

    Toi le bel étranger qui m’a accosté

    Par tes écrits et tes mots prononcés

    Tes yeux couleurs d’un ciel d’été

    Tombée d’amour pour toi

    J’en suis toujours restée là

    Comme au premier jour où tu m’as dit bonjour

     

    Rappelle-toi

    De la rose que tu m’as offerte

    La rose pure qu’était ton sentiment

    Je me souviens de ce doux moment

    Comme une caresse sur ma joue

    Ces pétales étaient ta main

    Ô combien douce comme le velours

     

    Rappelle-toi

    Mon bel amour de tous ces beaux jours

    Ce sont ceux auxquels je veux me souvenir

    Même si un jour je t’ai vu partir

    Vers d’autres horizons

    Vers une autre passion

     

    Rappelle-toi

    Oui rappelle-toi de nos doux instants

    Où allongée à tes côtés

    Tu déposais tes tendres baisers

    Et de nos corps entrelacés qui s’emballait sans jamais se lasser

    Moments intenses, moment de bienfaisance

    Yeux fermés on s’est aimé

     

    Je ne peux oublier, je ne veux rien effacer

    Tu es mon livre de chevet

    De notre histoire, de notre aventure

    Si même elle m’a laissé une blessure

    Elle s’atténue, elle se soigne

    Mais dans mon esprit jamais tu t’éloignes

     

    Rappelle-toi

    Juste un peu de moi

    Rappelle-toi, oui ce qui a été nous

    Mon soleil remplit toujours mon cœur

    La chaleur de mon amour brûle encore

    Pour que tu revives à chaque instant

    A chaque levé et couché de soleil

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: