•  


     

     

    Danse danse dauphin, tourne sur toi-même

    Salue  Estelle cette belle demoiselle

    Tout comme toi, elle aime la liberté

    Chante chante dauphin ne sois pas si triste

    Dis-lui que tu l’aimes

    Eclabousse là de ta tendresse en déployant tes nageoires

    Montre lui tes mouvements transitoires et raconte lui ton histoire

     

    Parcoures les mers et les océans

    Dans ces vagues et reflets bleus

    Tu es ce cétacé porte bonheur

    Fais lui entendre les battements de ton cœur

    C’est dans son regard et au plus profond  de ses yeux

    Tu trouveras l’amour universel oui toi ma belle et jolie Estelle

     

    Tend la main jolie demoiselle et caresse-moi le dos

    Je te guiderai vers le chemin qu’est mon univers

    Accroche toi ma belle je t’emmène en croisière

    Viens avec moi et nage, regarde le ciel est sans nuage

    Libère toi, enlace moi car j’ai aussi besoin de toi

    Siffle comme moi, en émettant ce petit son, on composera une chanson.

     

    Estelle   n’oublie pas cet été

    Sous un beau soleil nous irons nager

    Toi ma compagne, ma petite sirène

    Je t’emmène  à Saint Raphaël  là où nous danserons dans les flots bleus

    Estelle Estelle, oui toi et moi rien que nous deux.

    ©Christiane

     

    Cette poésie est pour Estelle pour connaître son histoire 

    allez sur la page facebook de sa maman et ses soeurs 

    ci-dessous 

    ASSOCIATION ESTELLE AU BOIS DORMANT

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

      

    Peuple en Colère

     

    Ô pays entend-tu la colère qui monte

    Partisans brandissons nos poings en force

    Ne nous laissons plus prendre pour des cons

    Nous ne serons plus vos tendres moutons

    Marchons et défendons pour une vie digne

    Ô pays entends nos voix de révolte

     

    Citoyens de chaque ville

    On nous prend pour des débiles

    On nous mène jusqu’à l’abîme

    Trahit par la présidence et leurs acolytes

    Nous disons stop à la violence, à la dictature

    Nous ne voulons pas en arriver à la déchéance

     

    Nous sommes des milliers, de citoyens révoltés

    Femmes et enfants, hommes et grands-parents

    Jusqu’à maintenant nous nous sommes tus

    Mais ce temps est révolu

    Vous là-haut, vous nous voler nos rêves et notre pain

    Que deviendrons-nous alors demain

     

    Ô pays entend-tu la colère qui monte

    Partisans brandissons nos poings en force

    Ne nous laissons plus prendre pour des cons

    Nous ne serons plus les tendres moutons

    Marchons et défendons pour une vie digne

     

    Ô pays entends nos voix de révolte

    Et Vous, et à tous ceux qui nous gouvernent

    Respectez les enfants de la patrie

    Offrez leur amour, justice et liberté chérie

    Ne les faîtes pas périr comme des rats

    Pensez à vos sœurs, frères, père et mère

    Car eux aussi ont besoin de quelqu’un pour en être fier

     

    Arrêtez ces inflations  dans nos moyens d’existence

    Y’a toujours des solutions avant qu’éclate la révolution

    L’argent n’est pas un tout pour seulement vous gaver

    Là nous n’en pouvons plus, en avons assez

    Privation, dégradation, vous amènera à la destruction

    Faîtes place au bonheur, sauvez votre aspect, sauvez le peuple qui se meurt

     

    ©Christiane

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

    haut

     

     

    J’ai mis des mots d’amour dans mes yeux

    Un filtre sur mes lèvres en feu

    De la douceur dans mes mains

    Pour combler ta solitude

    Ton prénom je  l’ai gravé dans mon cœur

    Je ne peux oublier ces années de bonheur

     

     

    On s’est rencontré lors d’un voyage

    D’un dialogue sous contrôle

    Toi et moi sur la toile

    J’ai baissé de suite mon voile

    Je me suis fondue dans ton regard

    Suis tombée sous ton charme

     

     

    Tu m’as apporté l’été même en hiver

    Mes journées moins monotones en Automne

    Tu étais ma chaleur des quatre saisons

    Et souvent j’écoutais notre chanson

    Tu étais mon pullover quand j’ai froid

    Et pensais et ne voyais qu’en toi

     

     

    J’ai mis des mots d’amour dans mes yeux

    Un filtre sur mes lèvres en feu

    De la douceur dans mes mains

    Pour combler ta solitude

    Ton prénom je  l’ai gravé dans mon cœur

    Je ne peux oublier ces années de bonheur

     

     

    Mon amour, mon amant

    Mon ami, mon confident  d’antan

    Tu vis encore et toujours dans mes souvenirs

    Dans mes rêves et mes nuits trop courtes

    Tu es à mes côtés tout contre moi

    Avec tes je t’aime si peu prononcer

     

     

    Les années ont creusé nos chemins

    De nos yeux ont coulés des larmes

    Nous rendant plus fort au fond de notre âme

    Nous nous sommes effacés nos chagrins

    Laissant en place des cicatrices que l’on voit à peine

    Si tu savais Ô combien je t’aime

     

    J’ai mis des mots d’amour dans mes yeux

    Un filtre sur mes lèvres en feu

    De la douceur dans mes mains

    Pour combler ta solitude

    Ton prénom je  l’ai gravé dans mon cœur

    Je ne peux oublier ces années de bonheur

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    J’ voudrais écrire une chanson

    Ce n’est pas compliqué me dira-t-on

    Quelques rimes pas trop connes et se mettre au diapason

    J’ai entendu dire qu’il faut faire du yaourt

    Même quelques phrases un peu courtes

    Remixer tout cela, pour faire de la bonne soupe

     

    Chanter et composer c’est un peu comme cuisiner

    T’as des idées ou t’en a pas

    Prendre un thème, dire n’importe quoi

    Cela marchera ou marchera pas

    Ce sera un tube aux couleurs  de l’été

    Ton corps tu vas le bouger

     

    Pour éviter le syndrome de la page blanche

    Une chanson c’est des phrases prisent au hasard

    C’est un oiseau rare qui se tâte

    Sans crier hâte il s’égare sur le quai d’une gare

    Partant vers la cour des miracles

    C’est sûre il va faire un tabac

     

    J’voudrais écrire une chanson

    Ce n’est pas compliqué me dira-t-on

    On a bien vu bien plus con

    Comme un bleu courir après un ballon

    Il ne faut pas manquer d’air

    Pour chanter et pour plaire

     

    Mine de rien cela ne vaut rien

    D’écrire un refrain

    Mais au moins quelques notes et tapes des mains

    Fait du ramdam toute la  nuit

    Il vaut mieux faire envie que pitié

    Le principale c’est de chanter et s’amuser.

     

     

    Ne faut pas se faire de bile

    Si ce n’est pas sur un air de béguine

    De but  en blanc, faire chou blanc

    Vaut mieux tomber sur un bec

    Que de se prendre la tête

    Sans faire la fête

     

    J’ voudrais écrire une chanson

    Ce n’est pas compliqué me dira-t-on

    Quelques rimes pas trop connes et se mettre au diapason

    J’ai entendu dire qu’il faut faire du yaourt

    Même quelques phrases un peu courtes

    Remixer tout cela, pour faire de la bonne soupe,

    Remixer tout cela, et faire de la bonne soupe

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    Triste fin

     

    Alors que le destin et la maladie t’ont emporté loin de ma vue

    Qu’il ne reste plus que des cendres de ton corps

    Que ton âme et ton esprit ont  rejoint les étoiles

    Que me reste-t-il encore pour me rapprocher de toi

    Lorsque mes jours ne sont plus pareil

    Que de souvenirs je fais revivre

     

    Quand mon passé se fait tendresse

    Que ma peau se fait sécheresse

    Que la rose c’est fanée tout au long de ces années

    Que mes larmes ont sillonnés mon visage

    Que mon sourire cache ma tristesse

    Je m’invente ton fantôme qui me touche et me frôle

     

     

    Chaque instant est  un printemps

    Où bourgeonne notre amour

    Une histoire n’est jamais finie

    C’est le renouvèlement des sentiments

    Je t’appelle chaque soir

    Dans ma solitude et mon désespoir

     

     

    Je m’invente des mots et des paroles qui te ressemblent

    Celles qui me faisaient vibrer de ta présence

    J’aimerai pouvoir ressentir ton parfum

    Te sentir tout contre moi me laissant en émoi

    Un baiser, un seule baiser le dernier que tu m’as refusé

    Car tu le savais, tu n’aurais pu résister et tu aurais succombé à mon cœur blessé.

     

     

    Mon chéri j’ai peur, peur de poursuivre ce chemin

    Ce fameux destin que tu disais le mien, le nôtre

    Mais le tien a pris fin soudain

    Me laissant désemparée dans un terrible chagrin

    Avec un amour sans fin, je me consume doucement

    Triste fin

    Forte  je resterai, pour ceux qui m’aiment encore.

     

    ©Christiane

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

      

     

    Amour brûlant

     

     

    Je me réveille le matin

    Et tu me regardes

    Tes bras chaleureux me frôlent la peau

    Tu me redonnes l’énergie qui me manque

    Tu es mon astre cher à mon cœur

    Rien n’efface ces moments de bonheur

     

    Tu m’accompagnes quand mes jours sont noirs

    Tu me chantes une chanson d’été

    Des souvenirs à en perdre la tête

    Laisse dans mon cœur un parfum de fêtes

    Aimer à en perdre la raison

    Cela se conjugue aux 4 saisons

     

    Si cet amour éternel me brûle mon âme

    Je brûlerai de par les flammes

    Laissant s’échapper mes cris et mes larmes

    Jour après jour dans mon corps de femmes

    Si ma bouche prononce ton nom

    C’est pour que tu  brilles et vives encore avec moi à l’unissons

     

    ©Christiane

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: