•   

     

     

    Ils sont encore maltraités, bafoué, rejeté.

    On les regarde dans la rue s’ils osent s’embrasser

    En  ce temps où la pudeur n’a plus sa place

    Suffit de regarder la nouvelle génération, alors laisse béton.

     

    Si tu ne veux pas les voir, détourne ton regard

    Mais réfléchit un peu ne te trouves-tu  pas un peu  ringard

    Tu auras beau les dévisagés, tu ne les empêcheras pas de s’aimer.

    Ses deux hommes qui font partie de l’humanité.

     

    L’amour c’est fait pour donner

    Peu importe à qui

    A toi, à elle, à lui

    Laissons-les s’aimer.

     

    Ils disent souvent d’eux qu’ils sont des  malades

    Tu t’obstines dans ton opinion, en les rejetant de la civilisation

    Non cela suffit ! Car je garde l’espoir

    Qu’un jour ton cœur s’ouvrira sur leurs cœurs malades

    Malades de voir des gens tel que toi

     

    L’amour c’est fait pour donner

    Peu importe à qui

    A toi à elle à lui

    Laissons-les s’aimer.

     

    Appel à tous les gens raisonnables

    Qui savent ce que homos, lesbiennes veut dire

    Que ce n’est pas une maladie

    Qu’il n’y a pas de contaminations

    Arrêtez donc cette discrimination.

     

    L’amour c’est fait pour donner

    Peu importe à qui

    A toi à elle à lui

    Laissons-les s’aimer.

     

    Si toi tu as choisi ton chemin

    Que l’amour t’a tendu la main

    Maintenant il est encore temps et aller de l’avant

    D’oublier les tabous pour ces hommes et ses femmes

    En leur laissant vivre leurs destins

     

    L’amour c’est fait pour donner

    Peu importe à qui

    A toi à elle à lui

    Laissons-les s’aimer.

     

    Ne mélanger pas homosexuelle avec sida

    Car le sida ne s’attrape pas seulement dans leur milieu

    Ce ne sont pas non plus des pédophiles

    Arrêtez donc toutes  vos pensées débiles

    Vous n’êtes quand même pas des imbéciles

     

    L’amour c’est fait pour donner

    Peu importe à qui

    A toi à elle à lui

    Laissons-les s’aimer.

     

    Si vous trouvez encore, qu’ils n’ont pas leurs places

    Regarde toi donc dans  ce miroir

    Ton reflet alors n’est pas beau à voir

    Tu ne mérites alors que de vivre dans le noir

    Et que pour eux il y aura toujours la lumière de l’espoir.

     

    L’amour c’est fait pour donner

    Peu importe à qui

    A toi à elle à lui

    Laissons-les s’aimer.

     

    Dès aujourd’hui et demain

    Finissez de faire les malins

    Leur combat sera le mien

    Car homophobie je ne veux plus le voir paraître

    Dans vos esprits et le dictionnaire

     

     L’amour c’est fait pour donner

    Peu importe à qui

    A toi à elle à lui

    Laissons-les s’aimer.

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

      

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

      

    Petit  clown de ton cœur

    Derrière  son masque pleure,

    J’en  ai encore les marques

    Suis-je tombée sur une arnaque ?

     

     

     

    Années écoulées, piégée d’amour sans retour

    Fatiguée  petit clown  au si  beau sourire

    A voulu mourir pour ne plus souffrir

    Une manière d’en finir et de fermer les yeux sur l’avenir

     

     

     

    Tu  habitais  pourtant son cœur

    Blessée, déchirée, bafouée, délaissée

     Cicatrice difficile à se fermer

      Le mot Aimer, jamais prononcé ou chuchoté

     

     

     

    Finir par se lasser et  de se sentir rejetée,

    Elle a terminé  son dernier tour de piste toute triste.

    Mon petit troubadour d’amour

    Petit clown  aurais aimé que tu lui fasses la cour

     

     

     

    Le Cœur trop lourd à porter son baluchon  

       Tu as pris un autre chemin sans aller bien loin

    Tomber malade plus de rigolades, d’amour et  promenades

    Eloignée,  je n’ai rien pigé de  l’amour ou de l’amitié

     

     

     

    T’ai aimée à la folie, prisonnière à en perdre la raison 

    Petit clown  a perdu  son partenaire, ne fera pas une centenaire.

    J’étais pourtant une femme ordinaire

    Voulant vivre avec toi petit courant d’air

     

     

     

    © Christiane

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

      

     

    Paisiblement écoute le chant de l’univers

    Entends-tu la voix de l’amour

    Entends-tu les voix des anges

    Berce mon cœur de ta mélodie, oxygène-moi de ton harmonie.

     

     

    Mes yeux voient maintenant la lumière

    Ô toi mon amour qui voyage dans mes rêves les plus fous

    Sur ta joue je vois une larme qui ruisselle

    Est-ce  le bonheur, est-ce la peine

     

     

    Mon chéri tu es pour moi tout ce que j’espère

    J’entends ton amour  qui respire en moi

    Tu es mon univers, tu es ma raison d’être.

    Et si je suis loin de toi, tu as mon cœur sur le tien

     

     

    Enserre-le dans ta main, garde le bien.

    Ô toi mon amour, toi que j’aimerais toujours

    Laisse toi bercer par ma mélodie

    Ferme les yeux et nous nous  retrouverons bientôt tous  les deux

     

     

    Ce paradis qui est le mien, sera le nôtre

    Dans le jardin sera semé mille fleurs

    Aux douces senteurs qui t’enivrera

    et  nous mènera vers le bonheur

    et la plénitude.

     

     

    Coulera le ruisseau  à l’eau si pure

    Où s’abreuveront deux tourtereaux

    Ô mon amour comme c’est beau de trouver en toi

     

     

    Le repos de mon âme

    Je t’aime, on s’aime nous formons plus qu’un

    Ainsi va la vie, ainsi va l’amour

    Rien ne brisera ce que nous avons tous les deux semés

     

     

    ©Christiane

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

      

     

    Poésies que l'on me dit de merde 

    Doigt divin enfonce le toi bien

    L'anus ce n'est pas ma planète

    La mienne est bien plus belle que la tienne

     

     

    Ton IP  est à chaque fois bien visible 

    Mais pour moi tu resteras toujours invisible 

    I comme irréprochable que je suis

    P comme Police prenable tu seras 

     

    Doigt Divin  tu n'es pas très malin 

    Te présentant  Leviel ou Vieille 

    Fausse adresse de la peau de mes fesses

    Moi sereine et pas vilaine 

    Pas de peine pour m'arrêter pour des cons 

     

    Ô doigt divin, tu es à la portée de ma main

    Je te lève bien haut car un jour j'aurais ta peau 

    Mon eau est pourtant si pure, qu'elle filtre toutes tes injures

    Ton doigt qui pue, cache le bien vite, car moi je t’évite.

     

    Mes proses dis-tu ne sente pas la rose

    Normale la merde que tu y déposes ne vaut pas grand- chose.

    Ose donc encore te promener dans mon jardin 

    Y déposerai un arôme de Nina Ricci  

    Sous une chanson de Richi  e Poveiri 

     

     

    Vous  êtes un monstre de l’invisible

    Et moi la lumière de l'amour

    Si  j'ai la pêche et toi beaucoup de maladresse

    Pour l'amour de moi, je me passe de toi.

     

    © Christiane 

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

       

      

    Il y a des mots d’amour que l’on dit, que l’on vit

    Et  jamais que l’on  n’oublie.

    Il y a des moments d’amour que l’on crie  dans la nuit,

     Sous la pluie A Paris.

     

    Il y a des instants de bonheur ancrés dans mon cœur

    Ton parfum  fraîcheur m’envahit

     Et m’enivre dans un désir où je m’enfuis.

    Je danse sur ton corps jouissant mon amant

     

    Passe les saisons seule dans ma maison

    J’attends le retour de la floraison

    S’envole vers toi un peu de moi

    Suis-encore le fruit de toute ta passion

     

     

    Il y a des mots d’amour que l’on dit, que l’on vit

    Et  jamais que l’on  n’oublie.

    Il y a des instants intenses, le temps d’une danse

    A cet instant c’est à toi que je pense.

     

    Il  y a ta photo que je caresse avec tendresse

    Il y a traces de toi sous l’empreinte de mes doigts

    Des mots écrits où que tu dis que tu m’aimes

    Message d’amour que l’on garde toujours.

     

     

    Une chanson qui me parle de toi

    Une musique nostalgique qui me poursuit

    Sous le ciel de Paris à minuit

    Le long de la Seine où les amoureux se promènent.

     

    Il y a des mots d’amour que l’on dit, que l’on vit

    Et  jamais qu’on  n’oublie.

    Je suis ton fruit défendu sur ta peau nue

    Amour qui jamais ne finit toi là-bas et moi ici

     

    ©Christiane

    Clic pour vérifier

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

       

      

    Un sentiment dans la nuit

    Qui m’emmène vers toi.

    Une douce mélodie de piano jazz qui me fait me noyer dans tes yeux.

    Je rêve sous ce ciel étoilé, sous la caresse de ta voix

    Je te chante mon amour pour toi sous la lune

    Il est merveilleux d’être aimée

     

     

    De me sentir blottie au creux de ton épaule.

    Ce pianiste  nous joue notre mélodie

    Tu me déshabille de ton regard

    Jazzman de la nuit se glisse sous mes draps.

    Je ferme les yeux, tes mains me frôlent

    Quelques notes de cet air me mettent en extase

     

     

    Mon corps se met à frissonner  de pouvoir ainsi t’aimer.

    Un sentiment dans la nuit

    Un sentiment sous la lune

    Sous ce ciel étoilé, tu as su me charmer

    Qu’il est doux quand tu m’embrasses

    Me rassurant quand tu m’enlaces

     

     

    De ta fièvre tu m’envahis, tu me  brules de ton ardeur

    Tu es tout à moi, tout en moi, rien qu’à moi.

    Je m’endors sous ton souffle de ta bouche

    Que le temps ne s’arrête, non je ne rêve pas

    Tu es là, oh oui bien là.

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Si belle et si douce,  un visage d'ange rempli de tendresse.

    Elle est mon reflet dans ton  miroir.

    Notre amour si bref et si lointain 

    De nous deux c’est moi qui suis tombée en chagrin

    Refusant de m'aimer j’étais pourtant la première

    Tu t'es réfugié dans ta tanière obscure, le néant de la solitude

     

     

    D'un amour que nous savions  irréalisable.

    Ta décision fut irrémédiable

    Rupture me laissant dépérir à mon sort

    Désespoir, mourir non par lâcheté

    Mais le destin m’a fait rester par amitié

    Mais mon cœur t’aime encore.

     

     

    Si tes yeux étaient fatigués de me voir

    Tu aurais pu me ménager et ne pas me mentir

    Sur cette femme aux cheveux blonds

    Avec qui tu voulais finir ton chemin

    Je pleure de ne pas avoir été  à la hauteur de tes attentes

    Cette femme en a bien de la chance

     

     

    Combien de temps resteras-tu avec elle ?

    Un an, deux ans ou plus

    Un amour, une passion

    Heureux ou malheureux

    En es-tu vraiment amoureux ?

    Pour vivre auprès de cette belle tourterelle

     

     

     Je me résigne et je signe aussi  l’arrêt

    De ce que nous avons été l’un pour l’autre

    Maudit soit le jour où tu m’es apparu dans ma vie

    De t’avoir trop aimé, d’y avoir cru

    Je me suis brûlée les ailes

    Mais tu restes et resteras toujours dans mes pensées

     

    Me reste encore ton amitié s’il veut encore existé

    Ne me laisse donc pas dans ton silence

    Ne me fuit pas, j’ai mal de ton absence

    Accorde-moi un peu de ton temps

    Juste un instant pour entendre ta voix

    Un écrit pour me dire ce que tu vis

     

     

    Journée bien terne que cette existence

    Dans cette solitude, cette lassitude

    L’amour n’a été qu’éphémère comme dans un rêve

    La réalité a repris le contrôle

    Dans lequel tu as joué un rôle

    J’ai mal, j’ai le mal de toi.

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     


     

     

    Chemin de vie, d’amour et d’amitié

    Nous sommes bien peu de choses sur terre quelques grains de poussières qui rassemblé en masse, forme tout simplement un être humain.

     

    Humain qui veut bien l’être si dans ce corps, s’assemble un cœur qui vous envoie de la chaleur par le biais de sentiments.

     Si je vous dis que sur mon parcours depuis ma naissance que j’ai reçu des marques d’amour et d’amitié ?

     

    De l’amour j’en ai reçu de mes parents et  beaux-parents,

    De mon mari, de ma fille

    De ma famille tout simplement,

    De mes vraies ami(e)s

     

    Quand je dis vraies ami  (e) s

    Ce sont ceux et celles qui savent être là pour vous

    Quand tout va mal, mais aussi se réjouissent de vôtre bien être de votre bonheur

     

    Puis il y a les autres, ceux qui se disent ami (e )s

    Toutes ces personnes qui montent dans le train de votre vie

    Mais qui plus que souvent descendent dans une gare et qui ne se tracassent plus de vous et vous oublies tout simplement

    Ont les surnommera les éphémères.

     

    Tu peux aller mal physiquement, moralement

    Pas grand monde pour te soutenir et te relever

    Une fois que tu es loin que tu ne peux rien apporter

    Nous sommes comme des pestiférés autant dire que nous sommes rejetés

     

     

    L’humanité, la solidarité

    Se sont juste des mots employés

    Que l’on utilise quand on veut se donner bonne conscience

    Quand on veut aider, assister

    Dans la vraie réalité quand on peut  être présent et donner

     

     

    Parfois on veut bien faire ce qui nous amène aussi

    À déplaire à certain(e)s

       On offre de notre temps souvent à nos dépends.

    On ne s’occupe plus de soi mais des autres

    On se consacre à l’écoute

    On se parle,  on s’écrit

    On se téléphone

    Même si un laps de temps s’écoule

    On est juste là pour elle, pour lui.

     

    Savoir que l’on n’est pas oublié, sentir que l’on est aimé par un petit bonjour, comment vas-tu ? Veux-tu que l’on parle ? Puis-je t’aider éventuellement ?

    Dès lors nous ressentons un bol d’oxygène, on sait que l’on n’est pas seul.

     

    Ça c’est le plus beau  parcours de l’amitié, la vraie.

    Je ne ferais pas l’ange de la bonne parole mais tel est ma façon de voir les choses, je ne suis pas meilleure qu’une autre.

     

    Peut-être que beaucoup d’entre vous

    Avez la même conception que moi de voir les choses

    J’ai essayé plus que souvent d’être là

    Malgré mes peines, mes soucis et ma santé.

    On ne vous demande pas de porter le malheur des autres sur vos épaules, on vous demande juste un peu d’amour et d’amitié

    De la compréhension, de prendre un peu de votre temps de bonheur pour en offrir à ceux et celles qui en ont besoin.

    Penser à soi c’est bien et vous faîtes bien

    Mais penser aux autres c’est encore mieux pour les rendre heureux.

     

    Vivre pour que les autres puissent avoir le courage à continuer à vivre, tendre la main et envoyer de la chaleur de votre cœur  

     

    © Christiane

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: