•  

      

    Les 12 coups de minuit on retentit

    Dans chaque demeure les vœux se partagent

    en famille , en ami(e)s ,on s’embrasse

    on fait la fête , et dans le ciel tout s’illumine

     

     

    J’ai tourné le dernier feuillet du calendrier

    Et oui ! Un an c’est déjà écoulé

    Les jours anciens laissent quelques souvenirs

    comme les gens que l’on a connu

    certains sont resté et d’autres disparus

     

     

    Ne me cherche pas sur le calendrier

    je suis le premier , le plus beau qui te salue

    je suis le seul à venir t’annoncer

    les 12 mois aux saisons au pas de ta porte

     

     

    Voilà donc Janvier qui a mis son tablier

    proposant son menu de souhaits à distribuer

    Bonne année , bonne santé et prospérité

    que du bonheur pour famille et invités

     

     

    Mais non , je ne vous ai pas oublié

    mes lecteurs , mes visiteurs , mes abonnés

    le virtuel aussi est un cercle de gens que l’on croise

    et parfois de l’amitié qui nous fait face

     

     

    Un bisous sur chaque joue

    sous le gui dessus nos têtes

    cela y est le bonheur vous guette

    Bonne année à la terre entière

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     

    Peut-être qu’un jour étincellera dans le ciel,

    Un feu d’artifice effaçant ainsi les cicatrices

    Ces mille étincelles redonneront des couleurs à mes illusions perdues.

    Un bonheur fera ainsi à nouveau palpiter mon cœur.

    Pour un amour rimant avec toujours

     

     

    Et mes pensées s’égarent dans un brouillard omniprésent.

    Où je te cherche et ne te trouve pas

    Un bonheur qui serait mon oxygène

    Et le sable s’écoule dans le sablier.

    Et rien ne peut l’arrêter.

     

     

    Tout se bouscule dans la tête.

    Amour, misère, souffrance

    Écrire encore pour me libérer

    Il y a des jours où c’est trop lourd à porter.

    Prisonnière de fardeaux qui auront ma peau

     

     

    Dans mes rêves éthérés

    Je me créais un monde en bleu.

    Un soleil rayonnant pour me sortir du néant

    Une sérénité à vivre dans la paix

    Et le souffle de l’amour à donner

     

     

    Si la vie n’est pas triste

    Elle a des heures tristes.

    Et je fuis dans le silence.

    Laissant trace les larmes de ton absence

    Nostalgie de ta présence qui me hante nuit et jour

     

     

    Peut-être qu’un jour étincellera dans le ciel,

    Un feu d’artifice effaçant ainsi les cicatrices

    Ces mille étincelles redonneront des couleurs à mes illusions perdues.

    Un bonheur fera ainsi à nouveau palpiter mon cœur.

    Pour un amour rimant avec toujours

     

     

    Je pose encore mes mots.

    Sur page blanche, pour qu’ils deviennent prose

    Si le noir de mon encre pouvait devenir rose

    Le verbe aimer, me ferait désirer

    Mes sentiments ainsi, tu ne pourrais les oublier.

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

      

    Toutes les perles de pluie on creusé mon visage

    des crevasses et le vent les ont chassé en y laissant des traces .

    Combien de cicatrices en mon cœur

    combien devrais-je encore subir des malheurs .

     

     

    Le temps n’efface pas les peines vécues

    L’horloge tourne et chaque seconde , minute deviennent éternité .

    Je ne suis plus certaine si dans ma douleur , mon cœur est devenu pierre

    Et pourtant ce lien de sang est celui de mon frère

     

     

    Je n’ai pourtant aucun regret et je pense avoir tout donné

    et pourtant j’ai agis vers un abandon

    Ne plus le voir , ne plus l’entendre

    me décharger de cette haine d’antan , il n’est plus là à présent

     

     

    Autant d’années de silence est mortelle

    et je culpabilise , cela m’horrifie

    que suis-je devenue , un être insensible?

    Impossible avec autant d’amour en moi

     

     

    Pardonnez moi Seigneur si j’ai commis des erreurs

    et accueillez-le auprès de vous , ce pauvre pécheur

    Offrez lui ce repos éternel , et offrez lui vos bras .

    Pour tout l’amour que j’aurais pu lui donner .

     

     

    J’ai tellement souffert , par sa méchanceté et de tous ses écarts

    Seigneur , je me suis juste protégée

    pour ma santé , et le bien être des miens

    Mes épaules n’ont pas été assez puissante pour qu’il s’y repose .

     

     

    J’aurais encore tellement de mots à dire

    avant l’envol de son âme

    ouvrez-lui un chemin de lumière

    et un coin auprès de ceux qu’il a aimé

     

     

    Il était de la lignée d’une famille d’amour

    Il était devenu un homme ayant choisi de mauvaises directions

    Il se prenait pour un roi , à qui on lui devait tout

    Et moi je n’étais pas comme cela , je n’ai plus supporté .

     

     

    Pardonnez-moi , Ô tout puissant

    si vous pensez que je n’ai pas été à la hauteur de vos désirs

    Apaisez les angoisses qui me parcourent

    et toi mon frère va rejoindre en paix notre père et mère et frère qui t’attendent

     

     

    Dans la vie , on se rend compte

    que l’on ne fait jamais assez , ou qu’on en fait de trop

    Il n’y a plus que des larmes pour apaiser ce cœur si lourd

    Et je sais qu’un jour ce sera mon tour , où je ne verrais plus la lumière du jour .

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

      

     

    Aujourd'hui, j'ai voulu vous mettre des couleurs en guise de bonjour.

    Une palette multicolore et diversicolore à chacun (e) s

    Un mélange de bonheur, de bonne humeur, de sourire

    Du soleil et des fleurs pour embellir votre cœur

    Des papillons virevoltants et des rêves pleins la tête

     

     

    En coup de pinceaux dessinant votre journée

    Effaçant la noirceur de vos pensées

    Laissant après la pluie, les couleurs de l'arc-en-ciel

    Un tableau nuancé dessiné positivement d'une renaissance

     

     

    Il est facile de coloriser ce que l'on aime.

    Apportant du bleu, du jaune, du vert

    Et les tendances pastel d'une vie plus belle

    En fermant les yeux sur les noirceurs de nos blessures

     

     

    Tel un artiste, j'apporte de la vie et de l'insouciance.

    Du rêve et de la bienfaisance

    Une mélodie peinte de chaleurs et de douceurs

    Une œuvre à suspendre en permanence

     

     

    Couleur flamboyante et réchauffant

    Arrêtant le froid de l'hiver

    Redonnant l'ampleur d'une âme en vacances

    Ou encore le temps d'une danse enivrante

     

     

    Quel que soit le style de vos coups de crayon

    Qu'ils soient à l'ancienne ou moderne

    Imbiber votre paysage de traits à votre image

    Laissons la nature faire les choses, c'est la meilleure dose d'une vie morose.

     

    ©Christiane

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     
      

     

     

    Il est trop dur de vivre sans vous.

    Toi maman, toi papa et toi Roger

    Tous ses souvenirs vécus avec vous

    Je voudrais revenir en arrière.

    Qu’il n’y ait aucune barrière

    Que le ciel s’ouvre à moi

     

     

    Souvent dans mes heures sombres

    Mes yeux coulent comme une rivière.

    Et Dieu qui entend mes prières

    Ne sait plus que faire pour atténuer ma peine

     

     

    Il est trop dur de vivre sans vous.

    Toi mon ami Jacky, toi mon amie Dominique

    Vous qui avez partagé mes joies et mes rires

    Vous qui m’avez aimé comme je vous ai aimé

    Je vois encore votre visage à travers les nuages.

     

     

    Et souvent dans mes heures sombres

    Mes yeux, encore, cherche un signe.

    Je voudrais un ciel azur pour partir en voyage.

    Je ne prendrais aucun bagage.

     

     

    Et maintenant que mon cœur bat au ralenti

    Il serait peut-être temps de voir le paradis.

    Dans ce grand jardin de fleurs pour m’y promener

    Au fait, ne faudrait-il pas arrêter les aiguilles de l’horloge

    Je ne sais pas si j’ai tort ou raison.

     

     

    Il est trop dur de vivre ici-bas.

    Je serais bien mieux près d’eux là-bas.

    Veiller de là-haut sur le peu qui me reste

    Mon enfant n’oublie jamais que je t’aime.

     

     

    Il est trop dur de vivre sur une planète.

    Qui sèment la terreur et la haine ?

    J’ai tant besoin d’amour.

    Que dans les cieux j’y serais mieux

     

     

    Si ce soir, tu t’endors en pensant à moi

    Sache que dans ton cœur, je serais là.

    N’oublie jamais qu’il soit trop dure de partir.

    Car je renaîtrai à travers tes souvenirs

     

     

    Sur cette terre où je suis née

    J’y ai vécu jusqu’ici, ne sachant plus quoi apporter.

    Sur le papier, j’y ai laissé mes écrits.

    Mon amour et mes souffrances

    Et si maintenant il n’y a plus que le silence

    C’est que je pense avoir tout dit.

     

    ©Christiane

     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     
      

    Allô, allô Halloween

    Bonbons, friandises ou mauvais sorts

    Sorties costumées dans la nuit sombre

    De petits et plus grands, aux maquillages effrayants

     

     

    Allô, allô Halloween

    Frissons, peurs et horreurs

    Au secours, une chauve-souris m’effleure.

    Des yeux lumineux scintillent dans la nuit.

     

     

    Une sorcière sur le pas de la porte

    Le visage terrifiant pour les mendiants

    Demander des friandises et gourmandises

    Jeter un sort, envoyer les morts-vivants

     

     

    Sous la lune, un air pesant plane.

    Les petits mômes se transforment en fantômes.

    Bruits bizarres, des chaînes et cris

    Regardez là-bas un vampire.

     

     

    Allô, allô Halloween

    Eh ! Les gens, ouvrent, ouvrez vos portes.

    Nos estomacs réclament.

    Des sucreries, des crânes en forme de gommes

     

     

    Allô, allô Halloween

    Au secours, au secours

    Eh ! Les copains, les copines, là-bas un zombie

    Derrière l’arbre, un démon, et là, c'est celui que je dois prononcer le nom

     

     

    Ça y est, les ami(e)s , c’est notre dernière escale.

    Quelle étrange et lugubre maison

    Je me passerais bien pour y demander des bonbons.

    Les malédictions, je les garderais pour moi

     

     

    La maison est sinistre, presque pas de lumière.

    Des toiles et des araignées, du sang coule sur la porte

    J’entends des crissements et des miaulements.

    Comme si un loup-garou égorgeait une maman

     

     

    Allô, allô Halloween

    Nous chanterons fort.

    Nous n’avons pas peur.

    Il est temps, il est l’heure de retourner chez nous dans notre demeure.

     

     

    Allô, allô Halloween

    Nous avons affronté, les étranges créatures.

    cette nuit on a fier allure

    L’aventure, c’est l’aventure à parcourir les rues.

     

     

    ©Christiane

     

     

     
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique