•  

     

     

     

     

    Je voyage dans l’univers du temps

    Je traverse la mer et les océans

    Du réel et dans mes rêves

    Mon cœur explose comme un volcan

    Où naviguent mes sentiments

     

    Je parle, je crie, je chante et ton esprit me hante

    Je cherche encore mon chemin, j’ai peur de demain

    Je t’en prie ne me lâche pas la main

    Comme une enfant qui se perd dans le noir

    J’ai besoin que tu me guide sur le chemin de la vie

     

    J’écoute cette mélodie si douce

    Qui me transporte sous un autre lieu où tu te trouve

    Je me sens bien ne pense plus à rien

    Les étoiles brillent dans les cieux et dans mes yeux

    Tu es mon havre de paix et de bonheur, mon âme sœur

     

    Je voyage dans l’univers du temps

    Je traverse la mer et les océans

    Du réel et dans mes rêves

    Mon cœur explose comme un volcan

    Où naviguent mes sentiments

     

    La mort me semblerait si douce

    Dans ce paradis que j’imagine

    Dans cet Eden remplit d’animaux et de fleurs

    Et où je retrouve ceux que j’aime, ton cœur contre le mien

    Tu ne manquerais plus d’oxygène dans ce domaine ou je t’emmène

     

    Mais aujourd’hui vivons nos instants, notre présent

    Laissons juste un moment s’arrêter le temps

    Dévoilons notre amour, notre tendresse

    Regarde juste dans mes yeux, ne vois-tu pas un coin de ciel bleu

    Cette étincelle qui t’électrise, tu es sous mon emprise

     

    Je voyage dans l’univers du temps

    Je traverse la mer et les océans

    Du réel et dans mes rêves

    Mon cœur explose comme un volcan

    Où naviguent mes sentiments

     

    Libérons-nous de ces fardeaux

    Que sont la misère et les guerres sur cette terre

    Libérons-nous de ces contraintes qui nous emprisonnent

    Faisons juste une trêve et remplissons-nous de chimères

    C’est là que tu me retrouveras, dans cet univers

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     
      

     

    Fais que chaque petite chose qui t'entoure soit un bonheur,

    Le bonheur d’observer, d’écouter, de te reposer. D'apprécier le silence.

    Ressource-toi en contemplant la nature, aime les personnes qui t'offrent un sourire,

    Aime le regard d'un enfant, de ton enfant, car rien de tel que l'amour d'un enfant pour ses parents.

    Prends soin de ne pas à regarder seulement ta propre souffrance, car il y a toujours bien pire dans le monde.

    Si tu ne changes pas ta position de voir les choses, rien ne changera,

    Chaque secondes, minutes, heures qui s’écoulent n'est juste que du temps,

    Le temps ne s'arrête que pour ce que tu souhaites faire avec enthousiasme,

    Avec passion, avec amour.

    Respire, respire tout simplement l'air que tu veux respirer.

     

    ©Christiane

     

     

     

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Ressentiments

     

    Alors que j’écoute les voix célestes, de cette musique qui m’envahit mon âme

    Je ressens une immense tristesse en mon cœur et mon esprit.

    Un sentiment de solitude et d’abandon, comme un flottement entre deux monde.

    Un manque de toi, un manque d’amour, un manque de tout.

    J’ai tellement un besoin d’évasion, d’un endroit où respirer

    Un jardin, un lieu où me ressourcer, serait-ce au ciel que cela existe ?

     

    Le bonheur, le bien être n’est-ce que quand j’aurais fermé définitivement les yeux ?

    Mais je continue à vivre, sur ce chemin qu’est la vie

    Je continue à sourire malgré le mal en moi

    Je traverse les saisons et je n’ai pas perdu la raison

    Je vois souvent le bonheur autour de moi et je m’y incruste sans y être invité

     

    Je m’imagine être à la place de tous ces gens qui profitent de ce que je souhaite et n’ai pas.

    Je me renferme dans ma demeure puisqu’il n’y a personne qui m’offre ce bonheur

    J’ai juste besoin de me vider l’esprit, j’aurais besoin de toi, besoin d’être entourée

    J’ai besoin d’azur et de chaleur, besoin de tendresse, assouvir les envies d’une nouvelle vie.

    Je voudrais m’évader, m’amuser et être entourée, de voyager

     

    J’ai besoin de m’envoler et ouvrir mes ailes sur d’autres paysages

    De faire escale dans un endroit paradisiaque et écouter la nature qui me parle.

    Le seul remède actuel c’est d’écouter des mélodies et des chansons

    De fermer les yeux, de dormir et de rêver

    Ce n’est pas le vrai bonheur, ce n’est pas exister, c’est juste éphémère

    Chimère, misère, je reviens vite sur terre.

    ©Christiane

    Clic pour vérifier

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     
      

    Zen attitude

     

    Respiration, expiration mon esprit s’emplit d’inspiration

    Maîtresse de moi,

     Maîtresse du temps

    Me laisser emporter par le vent

    Attitude  Zenitude  solitude

    Contrôle toi contrôle ton esprit

    L’univers est avec toi

     

    Ecouter le bruit des vagues, et le bruissement du néant

    Ecouter le chant des oiseaux, laissez rentrer la sérénité

    Zen en moi me relâchez de toutes tensions

    Un appel d’air, une bouffée d’oxygène

    Admirer l’horizon en me vidant l’esprit du pourquoi, du pour qui

    Juste un petit frisson de la brise sur ma peau

    Juste un instant d’une pure relaxation

     

    Je suis dans le vide d’esprit d’un moment de bonheur

    Ne plus penser à rien, ne plus chercher le chemin

    Un arrêt, un repos, un instant dans l’univers du temps

    Une relâche, un ciel bleu, plus de nuages noirs, de désespoirs

    Et je flotte dans l’espace, plus de matière, je ne suis plus rien

    Je suis légère, volatile comme une bulle ou une  poussière

    Respiration, expiration mon esprit s’emplit d’inspiration

     

    Moment de solitude, moment avec moi-même

    Un doux instant de présent chassant et emportant le passé

    Qu’il est bon ce calme intérieur me reposant vers l’extérieur

    Je me confonds dans la nature en respirant cet air pur à l’ombre de Râ

    Je me laisse emporter par les ailes des anges

    Je suis ici et  là-bas je vis, ne me soucie de rien

    Je ferme les yeux et suis bien

     

    Je suis un oiseau ou une coccinelle

    Je suis ce petit être doux qui t’interpelle

    D’une vision de paix et de tendresse

    Je suis l’amour divin qui éloigne le chagrin

    Je suis tout simplement moi qui viens vers toi

    T’apportant la sérénité et l’oxygène

    Je suis … je suis … ton apport de vie, ta libération

     

    Inspiration, expiration  contrôle ta respiration

     

    ©Christiane

     

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     
      

    Moment de solitude, moment de lassitude

     

    Moment de solitude, moment de lassitude

    Qui  me laisse m’emporter dans ton univers

    Là où je me sens bien, là où tu me tenais la main

    Je ferme les yeux et je te revois

    Mon cœur bat au rythme du tien,

    Je le sens, je le tiens

     

    Je médite sous la lueur de la flamme

    Qui scintille et  j’aperçois ton aura

    Auras-tu la présence  de m’envoyer tes sentiments

    Ressens-tu  par mes pensées, mon touché

    Je me laisse aller mon amour

    L’instant suprême d’être en communication  sous l’emprise de la passion

     

    Moment de solitude, moment de lassitude

    Assise là, dans le noir

    Je me transporte vers tes bras

    Je veux rester dans cet état de bien être

    Je t’aime, tu sais, et je respire ton parfum

    J’écoute cette musique, ta musique  si nostalgique

     

    Je respire lentement et ton souffle dans mon cou

    Si doux et ton baisé, que mes lèvres s’en souvienne

    Je ne pense plus qu’à cela, à ton corps près de moi

    Frisson d’amour, frisson d’été, frisson d’un jour

    Les aiguilles tournent, l’aurore se lève

    Ce soir encore   je vis mon rêve

     

    Moment de solitude, moment de lassitude

    Le vide en moi, je plane vers toi

    Je lévite et tu m’évite, jouant avec mon cœur

    Je retourne chez moi et tu restes là

    Demain je reviendrais faire un tour

    N’oublie pas mon amour, ne reste pas sourd

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Sourire dès le matin

    Envole toi tous mes chagrins

    Sourire sur ton visage

    C’est le plus beau des paysages

    Sourire en un instant remplit mon cœur de bonheur

    Fraîcheur de vivre c’est toi et sera toujours toi

     

    Couleurs de tes yeux

    C’est voyager dans d’autres lieux

    Se retrouver et partager des instants fabuleux

    Regarde le ciel il est si bleu

    Pas un nuage dans notre vie c’est cela vivre à deux

    Avec toi je respire et tout m’inspire

     

    Sourire avec toi

    Illumine ma journée pour un nouveau départ

    Mon bel amour de tous les jours

    Je t’offre mon âme et mon souffle

    C’est la petite brise qui m’électrise, me donne cet espoir de te revoir

    Oui cet élan qui me guérit de mon passé vers le présent

     

    Dès le matin je regarde le ciel

    Un oiseau passe et je voyage dans mes souvenirs

    Dans mon esprit un petit voile  une étincelle ou une étoile

    Fais rejaillir nos instants de plaisir par tes caresses et tes petits gestes

    Le soleil brille et me réchauffe, mon corps respire et renaît.

    Je suis bien, je ne bouge plus, j’apprécie le silence.

     

     

    Sourire, sourire toujours sourire

    Ne plus penser et ne plus pleurer

    Souris dans ton cœur, sourire dans mon cœur

    Sourire à ne plus en finir et guérir tous les maux

    Sourit mon chéri pour que  rien ne  nous sépare

    Souris mon chéri  pour  que l’on s’aime toujours.

    Souris, souris, souris …

     

    ©Christiane

    Sourire

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    La Famille

     

    La famille

     

    Grand-parents

     

     

    Papa , maman ,

     

    Enfants , petits enfants

     

    Oncles, tantes

     

    Frères , sœurs

     

    Beau-frères , belles sœurs

     

    Cousin(e)s

     

    Quel belle réunion lors de fêtes d’anniversaires, de

    naissances

     

    et tristes retrouvailles lors d’un enterrement où on nous

     

    soutient

     

     

    Ou encore une fois l’année on échange nos bons vœux

     

    Mais cela c’était avant

     

    Maintenant la plupart se réunisse chacun(e)s de leur côté

     

     

    et durant l’année souvent nous restons dans l’oubli

     

    de l’un de l’une de l’autre

     

    Chacun(e)s pour soi , nous menons notre vie à l’abri de

     

    nos rencontres annuels

     

     

    L’indifférence s’installe , pas de nouvelles dit-on

     

    équivalent à bonnes nouvelles

     

    Mais si pas de nouvelles …

     

    Alors lorsque je serais malade ou hospitalisée

     

    Je ne veux personnes à mon chevet

     

    Encore moins une fleur pour mon enterrement

     

    Les fleurs sont pour ceux qui restent ,

     

     

    moi je ne les verrais pas .

     

    Pas besoin de ces marques de sympathie ,

     

     

    si durant ma vie , je n’ai pu les apprécier .

     

    D’accord , je ne suis pas meilleure que vous ,

     

     

    je suis plutôt

     

    devenue comme vous !

     

    Vous m’avez endurcit et aigrit

     

    C’est pour cela que je recherche un peu de tendresse

     

    d’attention auprès de ce petit monde que j’appelle

     

    ami(e)s ?

     

    Oui la vie et nos situations font que nous nous

     

    restreignons à rester en petit comité.

     

    Probable que cela vaut mieux ainsi ,

     

    cela nous évite ainsi

     

    les échos de mots

     

    Tel que "Oui mais moi je …"

     

    Oui moi je suis ainsi ,

     

    j’ai une grande gueule sur papier

     

    C’est plus facile et l’on retient mieux

     

     

    quand on devient  vieux

     

    Nos idées et nos pratiques changent

     

    pour en retenir les leçons

     

     

    Mais qu’est-ce que cela faisait du bien de se revoir

     

    de rire ensemble ou encore pleurer en de tel occasions.

     

    Mais cela c’était avant

     

    avant d’être devenu ce que nous sommes maintenant.

     

    Oh ! Je ne veux donner aucunes leçons et encore moins

     

    changer vos raisons

     

    Mais serais-je encore là demain ?

     

    Peu importe , je serais certainement

     

    en train de m’étendre dans la bière

     

    La bière qui se noiera dans les flammes

     

     

    direction crématoire .

     

    Mais pas de pleures , comme le disait mon beau père

     

    A quelques mots près

     

    dans une église on y rentre

     

    et on en y sort que cinq fois

     

    sur notre vie

     

    Au baptême , à la petite et grande communion,

     

    à notre mariage et à notre décès ,

     

    là c’est où la famille se rassemble

     

    ©Christiane

     

      

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

      

     

     

     

     

    J'ai la tête qui va explosé par tout ce chagrin que je retiens

    j'ai les larmes qui ruisselle , j'ai bien trop de peine

    Je suis suis brisée et épuisée

    Et cette plaie au cœur qui ne veut pas guérir

    la vie ne m'a pas épargné de ces souffrances

     

    vivre c'est ce que l'on écrit dans les livres

    survivre c'est le parcours que j'ai suivi

    J'ai envie de hurler ma douleur de ce mal être

    D'avoir aimer sans savoir d'être aimer

    j'ai tellement écrit des mots d'amour

    que celui-ci me joue un mauvais tour

     

    Me laisser me démerder avec la vérité

    Autant crever si je ne peux encore rêver

    si la maladie m'annonce bientôt la fin

    si mon amour est au loin

    que je ne puis lui tenir la main

    crever seul sur ce lit en blanc

     

     

    Miroir reflète le zombie que je suis

    de ma chambre suis cloué et je fuis

    Je fermes les yeux et voit les cieux

    Bientôt je serais avec toi au paradis blanc

    Une lumière au bout du chemin

    Tout doucement je m'éteins

     

     

     

    Foutu crabe tu es misérable

    j'ai voulu m'évader et tu m'as rattrapé

    Je ne serais plus là et tu séviras encore

    Meurtrissant encore bien d'autres corps

    Le combat et ne jamais baissé les bras

    Las j'en me retire dans l'au delà

     

    ©Christiane

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
SCRIPT 2: