•  

     

      

     

     

    Le pot de Miel

     

    L’as-tu reconnu cet inconnu

    Lors de ce matin où tu m’as réveillé par cette bonne odeur de café

    Petit déjeuné servit sur le lit

    De bonnes tartines beurrées garnie de miel

     

    Une douceur extrême venant du passé que tu m’as laissé

    Je me souviens encore de ce nectar coulant dans ma gorge

    Quand ma grand-mère câline et mielleuse me cajolait.

    Je me souviens de cet arôme sucré dont elle nappait les crêpes

     

    Ce nectar de ces travailleuses qui butinent nos fleurs du jardin.

    Maman a pris la relève en me cuisinant des mets aux goûts exquis

    Sur la table de la cuisine se trouvait déjà prêt un mot de Meli

    Quel miel onctueux, qui allait agrémenter un repas de fête

     

    Je sentais ces fameuses cailles au miel qui me faisait déjà saliver

    Comme je me réjouissais de manger ce sublime dessert préparé avec amour

    Un Cake moelleux aux noisettes composé de ce délice sucré que j’aime tant.

    Merci d’avoir veillé sur ma santé, petites abeilles nous devons les protéger.

     

    ©Christiane

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Dans ses yeux

      Je peux voir son plaisir Des paillettes de lumière

    Dans son univers ou j’erre 

    Tu es dans ma tête et le temps s’arrête

    Mon cœur palpite, tu es mon trésor, ma pépite

     

    La Nuit passe, et toi

    Mon bien-aimé je ne me lasse

    La Nuit passe   

    Et le sommeil ne vient pas 

    Et chaque soir, il me semble entendre ta voix

      Au pas de ma porte et d’ouïr le bruit de tes pas

     

    A ma fenêtre, seule je désespère

    Je regarde le ciel remplit d’étoiles

    Et mon amour reste sur la toile

    Et soudain mes yeux se voilent

     

    Mes yeux perlent des gouttes de pluie

    Et mon cœur se meurt d’ennui

    Tu me manque, je voudrais tenir ta main

    T’enserrer, te couvrir de baiser

     

    Il faut que je m’y fasse

    Tu es parti aujourd’hui sans un bruit

    Dans mon cœur tu as laissé des traces

    Et je m’envole au paradis

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

      

    Sale crabe tu gères nos santés instables

    Cancer de l’univers tu as fait mourir mon frère, ma sœur, mon père, ma mère

    Tu nous rends faible avec ces traitements d’enfer

    Laisse-moi donc vivre, va donc rejoindre la mer

    Quand c’est cancer que tu détruiras encore ceux que j’aime

     

    Non tu ne gagneras, je ne veux pas

    Non tu ne voyageras pas dans leurs corps et leurs veines

    Tu t’y es invité et cela les gêne

    Tu nous fatigue et nous détruit, n’avons plus de vie

    Tu envahis ma tête et mes viscères, cancer cancer

     

    Tu es un monstre ou démon

    Te détruirais par le poison

    Nous passerons tous à l’action en te bombardant d’ondes laser

    C’est l’arme du futur, nous t’aurons à l’usure

    Cet explosion nous redonnera force et passion et aboutira à notre guérison

     

    Nous vaincrons, va donc rejoindre les signes du zodiaque

    Ne te mêle plus de notre avenir, prend garde à ne plus revenir

    Ne touche pas à nos enfants ainsi qu’aux grands

    Nous ferons boucliers, nous serons tous de vaillants guerriers

    La bataille on l’a gagnera et de nous, c’est toi qui mourra

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •   

     

     

    Alors que notre amour se meurt.

    Chaque soir mes yeux pleurent

    Je ferme le volet tout en regardant le ciel

    J’entends le silence de l’univers

    Des notes muettes d’une chansonnette

     

    Un vide immense me remplit le cœur

    Où la blessure tarde à guérir

    Je regarde dans le vide

    Et le noir envahit ma vie

    Alors que toi dans le silence tu ignores encore mon existence

     

    Histoire sans paroles, je suis devenue folle

    Discours de sourds d’un amour sans retour

    Je t’appelle et t’écris en vain

    Espérant entendre ta voix, ou te lire

    Silence, silence je m’effondre de ton absence.

     

    Mes souvenirs ne font plus que partie du passé

    Des moments intenses qui avaient pourtant du sens

    Un voyage à sens unique tu es souvent resté mystique

    Me laissant toujours en souffrance

    Toujours dans tes non réponses et ton silence.

     

    ©Christiane

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires