•  

     

     

     

     

    Toi le musicien


     

    Toi le musicien

    Nous sommes des funambules enfermés dans notre bulle,

    ivre de liberté on s'envole dans l’univers qu’est le tien

    Chacune des bulles qui éclatent libère une sonorité de quelques notes

    Qui au gré du vent nous emmène loin, oui bien loin

     

     

    Tu es le saltimbanque de la musique qui me manque

    Avec toi j’existe seulement dans mes rêves

    Le présent n’est juste qu’un instrument que je pianote des doigts

    Le parolier ne s’harmonise qu’avec ton harmonie

     

     

    Toi le musicien

    Guérisseur de bien des maux

    Je préfère tes airs mélodiques et romantiques dans mes moments nostalgiques

    J’attends juste des moments de bonheurs

    Pour faire exploser les cordes de ta guitare et le roulement de ta batterie

     

     

    Toi le musicien

    Polyvalent de tous les instruments

    Tes doigts frôlent le clavier

    A grand coup de souffle ta bouche à tous les becs

    Et tes mains frappent les Tam Tam et le Djembé

     

     

    Tu aimes jouer le jazz et cela jase dans les clubs et les caves

    Pianiste d’un jour à clarinettiste j’écoute tes airs qui m’inspirent

    J’aime ta musique qui me transporte dans l’amour et la joie et la peine aussi

    Souvenirs d’antan, du présent et de l’avenir joue à ne plus en finir

     

     

    Toi le musicien

    Je t’aime bien tu es ma paix intérieur et le voyageur de mes rêves

    Sans ta musique je n’aurais pu chanter, danser et composer

    Poétesse dans mon cœur  je me berce de tes mélodies

    Si toi ta passion c’est de jouer, moi c’est d’écrire

    ©Christiane

    ECRIRE ici

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     
     

    Joli mois de Mai

     

     

    Joli mois de Mai

    Tu vas venir chanter le bonheur

    Et de ton odeur  faire fleurir le muguet

    Un brin à la main, un bisou, un câlin

     

    Nous nous s’en allons au bois

    Au long des sentiers je me suis baissée

    Découvertes clochettes naïves sous lumière tamisée

    Une simple petite fleurette sous ton feuillage et si discrète

     

    Joli mois de Mai

    Dans les jardins tu nous reviens

    Toujours avec le même refrain  vendu au coin des rues

    Pour garnir nos maisons de ta fleuraison

     

    Mon  porte bonheur du 1er Mai

    Fait donc sourire les dames de cœur

    En leur promettant le bonheur

    En les inondant de ta senteur

     

    Fleurs printanière je te vénère

    Bonne humeur Remplissent  le cœur de nos mères, nos grands-mères

    Juste un brin pour oublier tous nos chagrins

    Offert ce beau matin, brin de muguets tu es quelqu’un

     

     

    Le temps du muguet

    De Francis Lemarque à Brassens On te chante

    Maurice carême de poétise à coups de rime et s’exprime

    Mon grand bonheur c’est quand tu t’offres à moi

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Y’a du soleil qui réchauffe des cœurs

    Des sourires qui effacent des pleurs

    Y’a des fleurs pour égayer la vie

    Des mains tendues pour les âmes perdues

     

    Y’a de l’amour pour tous les jours

    Des baisers de sentiments et  tout doux d’amitié

    Y’a des bras levé pour exploser la joie

    Des câlins tout plein pour toi et moi

     

    Y’a des mouchoirs pour essuyer nos yeux

    Des au revoir et des adieux

    Y’a des souvenirs de nos jours heureux

    Des baisers et nos moments à deux

     

    Y’a nos discussions à ne plus finir

    Nos chamailleries finissant en rire

    Y’a notre éloignement mes yeux larmoyant

    Et nos retrouvailles effaçant nos jours grisaillent

     

    Si aujourd’hui dans mon univers Le ciel reste bleu

    C’est en m’imaginant d’être dans tes bras

    Au creux de ton épaule ta joue me frôle

    Sentir ta main tu me retiens

     

    Y’a du soleil au mois d’avril

    Qui me réchauffe mon corps fébrile

    Un anniversaire qui est le tien et un peu  aussi le mien

    Non je n’oublie jamais rien, du passé au présent je t’aime toujours autant

     

     Quand Y’a du soleil dans nos cœurs

    Il fait beau partout ailleurs

    Que tu sois du sud ou du nord

    Le bonheur nous sourit toujours encore

     

    Y’a du bleu dans nos yeux

    Des pépites d’or dans nos cheveux

    Des étoiles qui scintillent au ciel du soir

    Quand seule je suis , je ressens ta présence

     

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

      

     

     

     

     

    Coco corona

     

    Nouveau tube tu les entubes

    Bouffée d’oxygène pour ceux qui sont là-bas

    C’est du vent confiné qu’on nous fait respirer

    Faut absolument lutter pour retrouver notre liberté

     

    Coco corona

     

    Ils sont tous réunis et masqué

    L’épidémie n’est pas prête d’être terminée

    Courage aux médecins, infirmiers tous épuisés

    Grâce à eux certains humains ont pu être sauvés

     

    Coro corona

     

    Après confinement on ne t’oubliera pas

    Tu auras fait des ravages dans tous les ménages

    Mais tous ensembles on te vaincra

    Poings serrés contre ce combat

     

    Coco corona

     

    Même les bègues en sont restés pantois

    Nous t’avons combattu à coups de dérisions

    D’un récit de blagues et en chansons

    Mais rien n’arrête ta dispersion et contagion

     

    Coco corona

     

    T’es un crime organisé sur le monde entier

    T’as voulu tous nous exterminé, tu as presque gagné

    Survivant et chercheurs ne te laisserons pas faire

    Ils trouveront l’écran protecteur et sauveur  contre cette guerre

     

     

    Coco corona

     

    A ceux qui n’ont encore rien compris

    Que l’avarice gouvernementale fait partie de l’économie

    Quand les confinés  crieront et seront tous dans les rues

    Et répandrons colères et pleures en hommage à leurs défunts

     

    Coco corona

     

    Nous comptons les jours et les heures

    Non et non tu ne nous auras pas tous dans l’au-delà

    Encore merci aux personnels hospitalier pour leur combat

    Foutu Virus on te vaincra, on restera chez soi le temps qu’il faudra

     

    ©Christiane

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

    Qui aurait pu dire

    Ce que mars nous préparait d’invisible

    Qui aurait pu prévoir de cette terrible pandémie

    Que ce monde se mettrait à mourir, d’autres à survivre

     

     

    A l’heure où fleurissent les premières fleurs

    Aux quatre coins du monde

    Des gens meurent

    Les moins touchés se confinent à l’intérieur

     

     

    Le temps c’est arrêté

    Les grandes mesures sanitaires sont nécessaires

    Sorties limitées, surveillées, sanctionnées

    Couvre-feu du plus jeune au plus vieux

     

     

    On parlait d’épidémie

    C’est devenu Pandémie

    La vie ne tient plus qu’à un fil

    L’ennemi de l’humanité continue son chemin

     

     

    La panique, la psychose

    Les gens et corps de métiers s’organisent

    Des personnes sensées et insensées et indisciplinées

    Doucement solidarité c’est installée

     

     

     

    N’oublions surtout pas et honneur  à ces gens là

    On compte tellement sur eux

    Personnel soignant, médecins, infirmiers, pompiers, ambulanciers et chercheurs, biologistes,

    Tous se démènent au maximum

    Ne comptant pas leurs heures pour sauver nos vies

     

     

     

    C’était en 2020 tous et toutes confinés

    On s’est mis à espérer et à prier

    Certains se sont mis à chanter

    D’autres plus assidus à regarder la télé ou devant leur PC

     

     

     

    Dehors ce fut le calme

    Les citadins se seraient crus à la campagne

    On percevait quelques chants d’oiseaux

    L’air semblait d’un coup plus pur, retour à la nature

     

     

     

    Ce 19 mars ce n’est pas finit, on en est encore au début

    On attend toujours l’annonce de la liberté

    De pourvoir tous se retrouver

    Famille, amis, s’embrasser, s’enlacer et boire  ensemble un coup à la santé

     

     

     

    Foutu Coronavirus  COVID-19

    Tu nous as bien eus

    Tu es venu sans être invité

    Ce n’était pas prévu ou bien prévu

    A mort criminel de l’humanité

     

    ©Christiane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     
      

     

     

    Il y a des mots d’amour que l’on retient

    Mais des preuves de sentiments offerts tous les jours comme un présent

    Des fleurs que l’on offre plus

    Car le plus bouquet est devant et il lui fait sentir

     

     

    Il ne lui fait plus la cours, ni de discours

    Mais sa bouche et ses mains l’a touche

    L’amour reste muet et se cache des indiscrets

    Il lui offre tout cela jours après jours

     

     

    Elle a fini par se lasser par ce manque d’intérêt

    Laissant place aux années de bonheur

    Un cadeau que lui a offert son cœur

    Sa présence lui suffit pour terminer sa vie

     

     

    Leurs regards ne sont plus passion

    Ils s’aiment juste à l’unisson

    Ils se complètent mais ne font jamais la fête

    Elle voudrait pourtant un geste, de la tendresse

     

     

    Il s’appelle pas Valentin, ni Valentine

    Il n’a pas perdu la tête, ni elle son esprit

    Ils sont juste devenus sage avec l’âge

    Ils s’aiment encore un peu, beaucoup … sans plus

     

     

    Elle s’inquiète lors d’un retard

    Il se tient encore bien à l’écart

    Mais chaque année est un nouveau départ

    Où fleurit chaque jour une attention plus forte que la déraison

     

     

    ©Christiane

     

     

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: