•  

     
      

     

    D’abord chenille dans son cocon

    Puis un beau jour sortir du coton

    Me retrouver en plein soleil

    Chrysalide sur le point de naître

     

     

    Éclore et déployer mes ailes

    M’envoler et tournoyer dans airs

    Et puis partir et venir dire que je t’aime

    Poser un baiser sur tes lèvres

     

     

    Suis papillon du jour, bonjour l’amour

    Suis papillon du soir, te dire bonsoir

    Papillon du jour, papillon du soir

    Aujourd’hui ou demain je reviens

     

     

    C’est l’amour papillon

    Liberté à me poser

    Sur ta main, sur ton cœur

    Remplir ta vie de couleurs

     

     

     

    Je ne suis pas grand-chose

    Ne suis que de passage, je fais partie du voyage

    En plein soleil ou sous un nuage

    Fragile un peu mal habile

     

     

    Je suis l’effet papillon

    Beaucoup d’amour à la saison des beaux jours

    Ephémère et disparaître au début de l’hiver

    Mourir un jour est  conséquence d’être papillon

     

     

    Papillon du jour toujours l’amour

    Papillon du soir sortez vos mouchoirs

    Papillon du jour, papillon soir

    Ce n’est pas un adieu mais un au revoir

     

     

    Quand reviendra le printemps ou l’été

    Que verras les fleurs refleurir

    Je serais de nouveau là

    T’apporter mon amour pour qu’il dure toujours

     

     

    ©Christiane

     

     

     

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     
     

     

     

     

     

     

     

    Ô toi   bel amour de l’espoir tu m’écris sous les reflets de la lune

    Tes sentiments en lettres minuscules de peur de te sentir ridicule

    Je ne pourrais douter de ces mots de tendresse dans lesquels tu m’adresses

    La place que je prends dans ton cœur avec une extrême douceur

     

     

    Tandis que tes doigts glissent sur le papier.

    La boucle du C En couleur pastel

    Pour que tu  puisses penser à moi

    L'écriture penchée, c'est ton regard  sur ma destinée.

    La finesse de tes rimes, c'est tes pensées qui s'expriment. 

     

     

    Le temps d'une pause pour m’offrir cette rose.

    Un baiser dessiné, pour conjuguer le verbe aimé.

    Ta plume dépose sur ce parchemin

    Ta tendresse, tes caresses d’une extrême délicatesse

     

     

    Nos poèmes se transcrivent sur la toile d’internet

    Et notre amour ne serait-ce qu’une chimère

    Un je t’aime que l’on ne puisse taire

    C’est pourtant toi que je préfère quand tu écris ces quelques vers

     

     

     

    Je voudrais toujours être ta princesse

    Toi mon chevalier romanesque

    Au présent je souhaiterai que tu apparaisses

    En traversant l’écran sous l’aspect d’un prince charmant

     

     

     

    Qu’importe en fait l’époque d’où tu viens

    Que tu serais même croyant ou mécréant

    Tu serais mon Shaeir Habib mon cher

    Caressant de tes mains mon visage nous ne serions restés sage.

     

     

    La nuit va m’emporter sous une pluie d’étoiles

    Où je t’offre mon  âme  qui s’exalte

    De nobles sentiments que je ne déments

    J'en fait serment dès à présent 

     

     

    Tu es cette voix qui tue mon esprit

    Que je devine dans le silence de la nuit

    Tu es universel dans mon coin de paradis

    Toi et moi c’est comme cela que l’on écrit   

     

     

    ©Christiane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Refuge béni qu’est la nature

    Ressource auquel j’ai besoin

    Le calme et la plénitude

    Observant la source de vie qu’est ce paradis

     

     

    Juste le ruissellement du petit ruisseau

    Les chants des oiseaux à l’orée du bois

    Une mélodie douce m’apportant le bien être

    Qui régénère mon oxygène

     

     

    Je ferme les yeux et ne pense plus à rien

    Je fais le vide en rejetant tous soucis

    Relaxation absolue en dehors du temps

    Je vis tout simplement le moment présent

     

     

    Le soleil me baigne d’une chaleur sans pareil

    Je frôle l’herbe sur laquelle je suis assise

    Un tapis naturel où c’est posé une coccinelle

    Petit insecte que j’adore, ouvre ses ailes et puis s’envole

     

     

    Je m’imagine être la gardienne

    D’un grand jardin d’Eden

    Où ne serait qu’admis les êtres au cœur pure

    Remplit d’amour et de sagesse

     

     

     

    Je serais l’ange protecteur des âmes en peine

    Voyageant sur toute la planète

    Montrant le chemin de cet univers

    Où paix et amour sera la règle

     

     

    La seule boisson sera le nectar de la vie éternelle

    Nous transformant en des petits points de lumière

    Esprit de la vie sereine pour que tu te souviennes

    De répandre la semence pour une vie nouvelle

     

     

    ©Christiane  

     

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire

  •  

     

     

     

    Je voudrais que les mots que j’écrive soit une chanson

    Que la musique soit une mélodie

    Qu’elle te donne émotion et frissons

    Que les paroles soient les tiennes

     

     

     

     Quelques notes sur le clavier de mon piano

    Que mes doigts d’artiste caresseraient avec délicatesse

    Que ma voix soufflerait des je t’aime

    Paroles poétiques au cœur de bohème

     

     

     Te bercer et t’enivrer t’emporter dans mes rêves

    Te réchauffer au creux de l’hiver

    Parler de toi dans mes couplets

    Susurrer ton prénom au refrain d’une chanson  

      

     

    Ma poésie est des mots

    Ma chanson est harmonie d’un amour infini

    Toi mon amour, toi mon amant

    Assis tous les deux sur ce banc

    Laissons passer le temps

    On n’a plus vingt ans

     

    Les mots s’envolent sous l’air du vent

    Il ne reste plus que toi et moi

    Enrobé de douceurs et de bonheur

    Sous l’œil intrus des passants

     

    ©Christiane

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     
      

     

     

     

    A toi l’ami qui m’a éblouit

    Par hasard je me suis arrêtée

    Sur quelques strophes de tes écrits

    Lentement tu as réveillé mon envie

     

    De composer le mot aimer

    Aimer de valser sur les mots

    De redonner un sens à l’amour

    Tout en laissant un peu de côté l’amitié

     

     

    Je me suis remise à créer

    Des scènes imagées pour t’accompagné

    Bizarrement je m’en suis sentie flattée

    De mon âme et mon corps  tu t’es amouraché

     

     

    Quelques grains de fantaisie

    Dans ma poésie, te laissant parfois dans des élans  frénétique

    Un peu désireuse et envieuse à te plaire

    Affectueuse et enjôleuse à en devenir amoureuse

     

     

    Mais mon passé m’a rattrapé

    Que  mon cœur n’a pu oublier

    Qu’un jour quelqu’un m’a blessé

    M’a fait fuir dès lors  les sentiments qui m’étaient destiné

     

     

    Aujourd’hui que je me résigne

    Sur ce que j’ai perdu au profit d’une autre ingénue

    Il me reste encore une amitié

    A laquelle je dois juste me contenter

     

     

    A quoi bon me faire souffrir

    A mon âge j’ai le droit à me ressaisir

    Les aventures ce n’est plus pour moi

    Car le cœur n’y résisterait pas

     

     

    L’amour ce n’est pas cela

    Une relation qui n’est juste qu’une passion

    Vivre d’illusion et perdre la raison

    J’ai assez donné pour encore aimer

     

     

    La sagesse à raison de ma vieillesse

    Et mon rêve c’est emparer de ma jeunesse

    Laissons donc partir ce qui ne peut être

    Et je garderais toujours mon âme de poète.

     

    ©Christiane

     

     

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Le choix des mots qui font du bien et qui font mal

    Il y en a, qui  font mal mais qui  se soignent

    Parfois se sont les mêmes, ça dépend comment on s’en sert

    C’est un peu comme un poison qui sert à faire les médicaments

     

     

    Les mots qui sont mortels font vivre du moins ceux qui les font

    Il y a un adage qui dit qu’on fait  toujours du mal à ceux que l’on aime

    Mais on oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal

    Pas besoin de frapper pour blesser pour faire souffrir

     

     

    Les mots font mal … Le silence fait mal …

    La trahison fait mal … Le rejet fait mal …

    L’indifférence fait mal … Le comportement fait mal …

    Mais le mal que l’on fait ne profitera à personnes

     

     

    Le boomerang est un jeu mais reviens toujours à son propriétaire

    Que ce soit en amour, en amitié ne vous amusez pas à faire douter

    Les blessures qui ne se voient pas, font plus de mal que toutes les autres

    Toute une vie on doit  supporter cette déchirure pour ne plus  jamais retrouver une plénitude

     

     

    Ne jamais dire des mots auxquels on ne croit

    Et les répéter à une autre avec autant de certitude

    Une relation, une aventure peut causer à coup sûre ,des coups de poignards

    Et le cœur finit par mourir à l’usure, de ces blessures.

    ©Christiane

     

     

    Clic pour vérifier

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: