•  

     

     

     


     

    Outre l’histoire  chrétienne qui n’est pas dérisoire

    Pâques n’en gardons que la magie et la joie des enfants.

    Ces petits êtres mains impatientes

    Regarde vers le  ciel et entends

    Parents avertis leur ont appris

    Que de Rome elles sont parties

     

    Parti, pardi mais qui ?

    Au son tintant et ailées

    En voyage, elles s’en sont allée

    Chargée de grosses et petites gourmandises

    Aux formes ovales ou animales

    Douceur Chocolatée régale les papilles

     

    Dimanche de Pâques voilà qu’elles passent à tire d’ailes

    Dans les villages petits et grands

    Vont à la chasse dans vert pâturage

    Les yeux maintenant à la recherche dans les prés et les buissons

    Paniers et sachets dans leurs menottes, ils ramassent

    « Papa, maman regarde j’ai un œuf et une poule »

     

     

    Le soleil brille sur les autres villes de leur parcours

    Les cloches en provenance d’Italie  zieutent  vers le bas

    Un endroit, un jardin, un taillis pour y déposer

    Œufs colorés tout aussi adoré et si vite mangé

    Poules, cloches et lapin en chocolat  pour le petit Nicolas

    Ce petit garçon souriant est content

     

    Si la fête de pâque à son explication historique

    Elle est aussi une tradition gourmande

    Mais aussi une religion et une résurrection

    Parfois dépassant le raisonnable

    La famille se réunissant autour d’une bonne table

    D’une nourriture bien trop riche que chacun s’y nourrisse

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Juste envie de me reposer sur un nuage

    De rêver, me sentir légère comme une plume

    Et d’écrire de la poésie romantique

    M’envelopper dans un drap de coton

    Et de sentir la chaleur de tes bras qui m’enlace

    Me poser sur ton corps aussi moelleux qu’un oreiller

     

    Fermer les yeux et ne plus penser

    Me laisser engloutir dans ton désir

    Moment intense et de plaisance

    Juste envie d’être avec toi tout contre moi

    Arrêter le temps, profitez du présent

    Sentir ton souffle dans mon cou

     

    Tu es le printemps où tout bourgeonne

    Où ton cœur chantonne l’amour

    Qu’il est doux ce bonheur, cette bouffée d’air

    Tu es  celui en qui j’espère remplit de sentiments sincères

    Tu m’as trouvé, on s’est aimé avec tendresse

    Tes caresses remplies de délicatesse

     

    Il n’existe rien de plus beau l’unisson de deux êtres

    Peu importe l’art et la manière d’approche

    Quand cet élan vous emporte

    Douceur printanière, douceur et regard envoûteur

    Je me retranche et laisse agir ton charme

    Sur mon nuage je laisse bercer mon âme

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Rappelle-toi

     

     

    Rappelle-toi

    Toi le bel étranger qui m’a accosté

    Par tes écrits et tes mots prononcés

    Tes yeux couleurs d’un ciel d’été

    Tombée d’amour pour toi

    J’en suis toujours restée là

    Comme au premier jour où tu m’as dit bonjour

     

    Rappelle-toi

    De la rose que tu m’as offerte

    La rose pure qu’était ton sentiment

    Je me souviens de ce doux moment

    Comme une caresse sur ma joue

    Ces pétales étaient ta main

    Ô combien douce comme le velours

     

    Rappelle-toi

    Mon bel amour de tous ces beaux jours

    Ce sont ceux auxquels je veux me souvenir

    Même si un jour je t’ai vu partir

    Vers d’autres horizons

    Vers une autre passion

     

    Rappelle-toi

    Oui rappelle-toi de nos doux instants

    Où allongée à tes côtés

    Tu déposais tes tendres baisers

    Et de nos corps entrelacés qui s’emballait sans jamais se lasser

    Moments intenses, moment de bienfaisance

    Yeux fermés on s’est aimé

     

    Je ne peux oublier, je ne veux rien effacer

    Tu es mon livre de chevet

    De notre histoire, de notre aventure

    Si même elle m’a laissé une blessure

    Elle s’atténue, elle se soigne

    Mais dans mon esprit jamais tu t’éloignes

     

    Rappelle-toi

    Juste un peu de moi

    Rappelle-toi, oui ce qui a été nous

    Mon soleil remplit toujours mon cœur

    La chaleur de mon amour brûle encore

    Pour que tu revives à chaque instant

    A chaque levé et couché de soleil

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     Chansons nostalgiques, de nos moments idylliques

    Des mots qui caressent notre cœur

    De moments de tendresse et de bonheur

    Des chansons remplies de douceurs

    De mots d’amour arc en ciel

    D’un vécu émotionnel

     

    Des chansons qui font  pleurer

    De notre amour du passé

    Que l’on tente d’oublier

    Les moments où tu me blesse

    Me menant dans la détresse

    Et pourtant, et pourtant je t’aime encore plus fort

    De tout mon cœur et mon corps au-delà de la mort

     

    Je suis l’oiseau qui regardait le soleil

    Et  me suis brisée les ailes

    D’un amour ayant jaillit

    De nos ébats charnels

    De nos envies, de nos désirs

    Trop romantique sur un air poétique

     

    Le manque de toi est ancré au fond de moi

    Tu n’es plus là et je sens ton regard furtif sur ma vie

    Ton amour parti en fumée se répand encore dans mon corps

    Comme le sang qui circule dans mes veines

    Tu ressuscites chaque jour dans mes pensées

    Ce silence éternel n’a pas brisé mes chaînes

     

    Et si  le soir je pleure encore dans le noir

    Et que  mes journées sont plus froides que l’hiver

    Que le soleil ne parvient plus à me réchauffer

    Que la vie ne me fait plus voyager  

    C’est que ton absence laisse en moi

    Un vide dans lequel je sombre

     

    ©Christiane

    ECRIRE ici

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  •  


     

     

    Ma sœur de cœur

    Si la vie a voulu nous réunir, c’était toi et moi pour se soutenir

    Et nous avons vécu aussi des moments de fou rire

    Nous étions encore à la fleur de l’âge au temps de notre adolescence

    Mais notre complicité, notre lien d’amitié au fur des années  c’est consolidé.

    Nos confidences de nos amours de jeunesse  jusqu’à nos histoires de femmes

    Mêlant ton mariage au mien, nous étions unies comme deux sœurs.

     

    Nos petits secrets nous les gardions bien précieusement

    Qu’ils soient douloureux ou joyeux nous nous donnions la main et gros câlins

    Notre vécu à toutes les deux a été fait de pleurs mais aussi de sourire

    Ta joie la plus immense fut la naissance de tous tes petits enfants

    Oh que oui que tu en as été fière et c’est normale pour une grand-mère

    J’aimais quand tu me racontais leurs bêtises d’enfants et leurs progrès tout en grandissant.

     

     

    Oh ma grande sœur, mon amie, mon ange

    Je t’ai toujours admirée de par ta grandeur d’âme

    De ta débrouillardise pour que tes enfants ne manquent de rien

    De ton talent d’artiste, car oui tu étais une artiste.

    Ta ténacité à vouloir garder cet optimisme de vie

    Et pourtant La souffrance est souvent venue te rencontrer

     

     

    J’aimais nos rencontres, nos moments bien à nous

    On se racontait tout ou presque tout

    Mais de nos discussions nous en retenions la principale

    On a voulu nous casser notre belle amitié

    Mais notre solidité à toutes épreuves étaient bien plus fortes

    Qui fut que nous revenions sur le pas de la porte  et

    Que  nous refermions pour nous tenir au chaud de tout intrus

    Merci ma grande sœur de tout cet amour que tu m’as apporté

    Merci d’être restée tel que tu as toujours été

     

    Le seul regret aujourd’hui c’est que le destin

    Nous a séparé, je ne dirais pas à jamais

    Car je sais que de là-haut sur le chemin que tu as pris

    Tu me tiendras encore dans ton cœur

    Et surveilleras à ce que je ne fasse pas trop d’erreurs

    Sur ce chemin qu’est le restant de ma vie pour qu’un jour je te rejoigne au paradis.

     

    ©Christiane

    Ma soeur de coeur

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  •  


     

     

    Danse danse dauphin, tourne sur toi-même

    Salue  Estelle cette belle demoiselle

    Tout comme toi, elle aime la liberté

    Chante chante dauphin ne sois pas si triste

    Dis-lui que tu l’aimes

    Eclabousse là de ta tendresse en déployant tes nageoires

    Montre lui tes mouvements transitoires et raconte lui ton histoire

     

    Parcoures les mers et les océans

    Dans ces vagues et reflets bleus

    Tu es ce cétacé porte bonheur

    Fais lui entendre les battements de ton cœur

    C’est dans son regard et au plus profond  de ses yeux

    Tu trouveras l’amour universel oui toi ma belle et jolie Estelle

     

    Tend la main jolie demoiselle et caresse-moi le dos

    Je te guiderai vers le chemin qu’est mon univers

    Accroche toi ma belle je t’emmène en croisière

    Viens avec moi et nage, regarde le ciel est sans nuage

    Libère toi, enlace moi car j’ai aussi besoin de toi

    Siffle comme moi, en émettant ce petit son, on composera une chanson.

     

    Estelle   n’oublie pas cet été

    Sous un beau soleil nous irons nager

    Toi ma compagne, ma petite sirène

    Je t’emmène  à Saint Raphaël  là où nous danserons dans les flots bleus

    Estelle Estelle, oui toi et moi rien que nous deux.

    ©Christiane

     

    Cette poésie est pour Estelle pour connaître son histoire 

    allez sur la page facebook de sa maman et ses soeurs 

    ci-dessous 

    ASSOCIATION ESTELLE AU BOIS DORMANT

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: