•  

     

     

    Il y a tellement de poètes qui ont écrit

    Des mots que j’aurais pu dire

    Des sentiments et des vécus

    Que ma plume ne sait  plus quoi écrire

     

     

    Des situations identiques remplies de douleurs

    Des séparations qui ont brisé des cœurs

    Quoi que mes larmes aient déjà coulé

    Encore en cet instant mes yeux ont pleuré

     

     

    J’aime pourtant valser dans mes récits

    Que j’écris souvent à la tombée de la nuit

    Aimer d’amour à en souffrir

    Aimer d’amour je l’ai vu partir

     

     

    Des souvenirs pleins la tête

    Des instants sublimes avec lui

    Des taquineries aux disputes

    A chaque fois je l’ai vu revenir

     

     

     

    Je ne regrette pourtant de l’avoir aimer

    Mais je m’en veux parfois de  l’avoir blessé

    Foutue maladie d’amour que ma jalousie

    M’a conduite un jour vers le suicide

     

     

     

    Tout cela c’est le passé , je n’ai jamais pu l’oublié

    Aujourd’hui il n’est plus, il est en dehors de ma vue

    Mon cœur si tendre  est devenu Pierre  

    Je me protège pour ne plus revivre mes blessures de hier

     

     

    Et si parfois je m’échappe dans les rêves

    Je n’en ai pas pour autant les pieds sur terre

    Plus personnes ne me brisera les ailes

    Mon cœur éponge a trop absorbé de faux sentiments et  mensonges

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Cela pleure aussi un poète

    Comme un clown pleure aussi en sortie de piste

    L’écriture est un refuge pour fuir la solitude

    Une plume laissant couler l’encre de l’âme

     

     

    Cela pleure aussi un poète

    Cela vit de rêve mais soigne aussi ses plaies

    Cela se décharge d’un poids trop lourds

    Des souffrances qui ont vu le jour

     

     

    Cela lutte aussi un poète

    D’avoir fait trop confiance

    D’avoir trop voulu aimé

    Comme un oiseau le poète s’est blessé

     

     

    Un poète cela n’oublie pas

    Cela écrit mais à chaque fois il revit

    Par le passé ou le présent

    De ses erreurs il préserve son cœur

     

     

    Les larmes des poètes et poétesses

    Sont celles de leurs vies, de leurs espoirs

    Des gouttes salées de bonheur ou de peines

    Elles remplissent des océans et s’évaporent dans le néant

     

     

    Oui cela pleure un poète

    Des sentiments, des événements marquant

    Ils se déchaînent et crient des mots tendres

    Ils se révoltent contre les guerres et les misères

     

     

    C’est si fragile un poète un rien peut le faire réagir

    Juste un élan d’amour, il se met à écrire

    Qu’Il essaye parfois de fuir pour ne plus défaillir

    Ne plus pleurer, ne plus souffrir

     

     

    Alors le poète devient clown

    Rentre sur la piste pour décrocher un sourire

    C’est la vie d’artiste pour survivre

    Et de continuer le chemin de son destin qui est le sien

     

    ©Christiane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  


     

    Si l'amour

     

     

    Si l’amour est un doux rêve

    Que la passion amène la déraison

    Nulle ne peut contester la vérité

    De ce que le futur peut nous amener

     

     

    Dans leurs nuages sont les poètes

    Amenant l’espérance dans nos cœurs

    Mais les sages sont et restent en leur demeure

    Pour dévoiler le présent que sont les menteurs

     

     

    Flatterie et révérence pour des âmes un peu bohème

    Je ne sais pas où cela vous amène

    Dans un bonheur éphémère

    Bien souvent dans un adultère diront les mégères

     

     

    Si l’amour est l’illusion le voyage est évasion

    Dans un univers où les étoiles scintillent

    Dans les yeux  des amoureux

    Là c’est vraiment du sérieux pour vivre des jours heureux

     

     

     

    Il y en a qui ouvre leurs ailes

    Des prétendantes prises au piège

    Avec des mots d’amour tendre  que l’on a pu leur faire croire

    Les menant souvent à marcher dans le noir du désespoir

     

     

    Si l’amour est un moment court

    Inutile les beaux discours

    Un instant de folie, de frénésie

    Et c’est  ainsi  que tout finit sur la couche d’un lit

     

     

    Mais si l’amour est naissant

    Te procure ne serait-ce qu’un instant

    Un peu de bleu dans ton ciel

    Et t’emmène vers lui cœur battant

     

     

    Tu sauras si l’amour est vraiment réel

    Lorsqu’il te dira je t’aime

    Et posera un doux baisé sur tes lèvres

    Plus de doutes sur ta vie en déroute, il sera là   jamais loin de toi

     

    ©Christiane

    ECRIRE ici

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

      

      

    Ton Souvenir est comme un livre mon bien aimé,
    Que je lis sans cesse, et qui jamais ne s’est  refermé,
    Un livre où l'on vit mieux sa vie, et qui me hante
    D'un rêve nostalgique, où l'âme se tourmente.


    Je voudrais, convoitant l'impossible en mes vœux,
    Enfermer dans un vers nos sentiments  de nos aveux
    graver  avec l'art patient des orfèvres
    Une phrase infléchie au contour de tes lèvres


    Emprisonné ce trouble et ces ondes d'émoi
    Qu'en tombant à ton charme, un mot propage en moi ;

    Te dire mes désirs et murmurer par vague  de je t’aime

    Au golfe de ton épaule  où je me réfugie

     


     Dire, oh surtout ! Tes yeux doux et tièdes parfois
    Comme une après-midi d'automne dans les bois

    Dans cette ballade où se frôle nos mains

    Je veux ressusciter l’écho de ce moment délicieux

     

    En écoutant une mélodie mélancolique

    Qui me fait penser à toi comme une relique

    Dans un ancien baiser tu t’es attardé

    Et dans ton lit, je me suis laissé aller

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire

  •  

     

     

     

    Souvenirs ancestral

    Ils étaient des milliers pataugeant dans les plaines

    Baïonnette au fusil pointant sur l’ennemi

    Soldats de tous pays défendant leur patrie

     

     

    Sale guerre qui fit mourir

    Nos parents et frères   sous l’envahissement d’une armée

    Par temps de pluie, de neige, dans les tranchées ils se protégèrent

    Des grenades, des gaz et des bombes incendiaires, aux boulets de canon

     

     

    A leurs pieds des camarades meurtris

    Des hommes au courage exemplaire

    Uniformes recouvert de boues aussi sur les mains et les joues

    Dans leurs trous priant le saint père afin qu’ils les protègent

     

     

    Souvenirs ancestral

    Ils étaient des milliers pataugeant dans les plaines

    Baïonnette au fusil pointant sur l’ennemi

    Soldats de tous pays défendant leur patrie

     

     

    Autant d’années se sont écoulées

    Et jamais nous devrions oublier

    Qu’en ce jour armistice citoyens et milices

    Commémorons cette délivrance de ces âmes de l’histoire

     

     

     

    N’oublions pas des prières pour qu’il n’arrive plus aucune guerre

    Les aiguilles de nos montres continueront à tourner

    Et les années auront passé vers un monde de paix

    Avant que nous puissions tous chassé ces  dictateurs en puissances

     

     

    Souvenons-nous de nos ancêtres qui sont parti en guerre

    Pour notre liberté, notre fraternité et notre égalité

    Portons notre main au cœur et coquelicot entre les doigts

    Et entonnons tous notre hymne patriotique

     

     

    Vive la liberté  commémore cet armistice

    Une flamme d’espérance brûlera pour nos libérateurs

    De nos arrières grands-pères on peut en être fier

    Pour ces morts sonnerie de clairon, en ce 11 novembre dépôt de fleurs  sur leurs tombes.

     

    ©Christiane

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Amour obsessionnel

    Il surfe sur la toile, histoire banal

    Pour rompre sa vie maritale

    Pour fuir monotonie et assouvir ses envies

     

     

    Amour obsessionnel

    Il cherche le romantisme

    Une femme idyllique

    Elle est sa drogue psychédélique

     

     

    Un amour passionnel plutôt irrationnel

    Juste une attirance faciale et corporelle

    Rien de naturelle que du virtuel

    Un manquement de sensations dans son quotidien

     

     

    Un romantique émotionnel

    Recherchant un peu de rêve

    Décollant les pieds de terre

    Qu’avec l’amour il se croit sincère  

     

     

     

    Amour obsessionnel

    Sentiment qu’il croit apercevoir

    Dans des écrits, dans des poèmes

    Où clignotent des je t’aime où l’amour se dit fidèle

     

     

    Amour obsessionnel

    Se croit un don juan en oublie le présent

    Il se libère en croyant

    Que toutes femmes l’aimant fera de lui le plus bel amant

     

    © Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: