•  

      

     

     

     

    Musicien de l’amour

     

     

    Rien ne te résistera quand tu lui parleras

    Même sans instrument elle écoutera ta voix

    Cette douce mélodie que tu composeras

    La séduira et la bercera

     

    Tu lui joueras ton plus bel atout

    Du romantisme à la passion

    Tu la toucheras et la caresseras

    Comme quand tes doigts glissent sur ton piano

     

    Sur un rythme langoureux

    Tu en tomberas amoureux

    Tu l’envoûteras comme l’arôme de la rose

    D’un doux baisé  tu poseras sur ses lèvres envieuses

     

    Tu es le mélomane de cette femme

    Tu chanteras son prénom pour qu’il résonne

    Comme un je t’aime éternel

    Devenu l’amour universel

     

    Musicien de l’amour

    Un peu classique comme Debussy

    Tu l’invites dans la nuit d’étoiles

    Sous tes doigts tu l’a dévoile

     

    Sous la brise de son parfum

    Tu l’emmène ensuite dans une valse

    Dans tes bras tu l’enlaces

    Et jamais de toi elle se lasse

     

     

    Au clair de lune  tu l’adores

    Cet air que tu connais si bien

    Elle l’aime comme tu aimes son corps divin

    Merveilleuse symphonie  final ou l’amour s’endort jusqu’à demain

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     Toi bel inconnu l’es-tu vraiment

    Une ombre qui m’observe et qui me dessine

    Pour embellir mon portrait  que tu as peint

    Tu le colorie mes pourtours en pastel

     

     

    Tu connais si bien la couleur de mes  yeux

    Que je t’hypnotise d’un amour certain

    Je sais que tu es là sans être là

    Ne montrant jamais ton vrai visage

     

     

     

    Je suis celle qui t’électrise

    De ton art tu en as la maîtrise

    Tu te fige devant moi pendant des heures

    Serais-je pour toi le plus beau de tes chefs d’œuvre

     

     

     

    Je te devine toi le peintre de mes étreintes

    Serais-tu toi aussi poète pour me faire renaître

    Ce tableau que tu accroches à ton mur

    Illumine tes journées d’un ciel azur

     

     

     

    Emprisonnée dans ce cadre

    Mes mains sont liée de ne pouvoir te toucher

    J’aimerai moi aussi dessiner et dévoiler

    Ton beau visage tel que je le présage

     

     

    Es-tu vieux aux rides creusée ou jeune aux joues rosées

    Tes yeux sont-ils  bleus ou bien vert clair

    Tes lèvres sont-elles pulpeuses amoureuses

    Ou bien fine que j’estime et câline

     

     

     

    Je suis peinture mais pas morte

    Bien Vivante grâce ton pinceau

    Tu t’es mis juste en retrait pour me mettre en évidence

    Puis t’approcher et me toucher

     

     

     

     

    Je suis tellement réelle que je suis dans tes rêves

    Active sur la toile, très sensuelle et sentimentale

    Toi bel inconnu je crois te connaître

    Même dans l’ombre tu ne saurais ainsi disparaître

     

     

    Je sens ton émotion et ta vive passion

    Ta réaction est de rester en position

    Devant moi j’absorbe tes sensations

    Un jour qui sais, tu me peindras nue

     

     

     

    Je sentirais alors sur mes seins

    La douceur de ton pinceau sur ma peau

    Il sera juste humide et timide

    Flirtant et effleurant  juste le bas.

     

     

    Tu es le peintre poète côté bohème

    Être ta muse j’en suis confuse

    Tu as fier allure, tu me peints sur mesure

    Garde moi près de toi , je t’appartiens

     

    ©Christiane

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     


     

    Temps des vacances et de délivrances

    Sous le bleu des cieux sous d’autres lieux

    Insouciance et jouissance

    De prendre du plaisir et du désir

     

     

    Endroit paradisiaque je m’éclate

    Assise sur la plage au milieu de nulle part

    Je profite du soleil et de cocktails

    Je savoure ces instants en rêvant au prince de charmant

     

     

    Une rencontre, une aventure sous ce ciel azur

    Un amour d’été prêt à m’aimer

    Un baiser salé, deux corps enlacés

    De la tendresse, des caresses et plus de stress

     

    Une chanson de vacances sur laquelle on danse

    Une ballade au  clair de lune près de la dune

    Un bain de minuit avec lui

    Juste ces instants, vivre le présent

     

    Ta main dans la mienne que cela ne tienne

    Une faim soudaine, un restaurant quel aubaine

    Vacances oublie tout, retour chez nous

    Photos souvenirs et nostalgie de fin de vacances

     

    Ce fut l’évasion d’un amour passion

    D’avoir aimé et d’être désirée

    Le temps d’un été sous le soleil doré

    Tu fus mon oxygène mais bien plus encore

     

    ©Christiane

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

      

      

    Suis-je la muse de ta plume

    Ton inspiration de clair de lune

    Un sentiment tout récent

    La femme dont  tu t’éprends

     

     

    Bel inconnu tu me vois nue

    Tu me décryptes et tu t’agrippe

    Tu aimes dès le matin

    Poser tes lèvres sur mes seins

     

     

    La Verve d’une main experte

    Trace le chemin de quatrains

    Source d’amour et de tendresse

    Caresse la poétesse dans tes ébats érotiques

     

     

    De ton esprit germe les mots

    Que ton cœur exprime

    Sur le papier ton encre injecte

    Des rimes à lettre ouverte

     

     

    Bel étranger tu sais aimer

    Et ta flatterie me ravie

    Et m’émoustille et me défaille

    De ta poésie  je me ravitaille

     

     

    Que c’est exquis toi mon ami

    J’aime ton audace parfois salace

    Autant romantique qu’érotique

    J’aime te lire et te désire

     

     

    Tu es ce nectar dont je m’abreuve

    Ta muse chante tes écrits mélodieux

    Et se dévoile sur la toile

    Avec des étoiles dans les yeux

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

       

      

    A toi mon bien aimé

    L’amour de ma vie qui toujours se soucie

    De mon bien être parce que tu m’aimes

    Tel que je  suis, jamais tu me fuis

     

     

    Ton cœur tu me l’as offert

    Et il bat pour moi à en perdre la tête

    Suis-je vraiment à la hauteur

    De cet amour remplit d’ardeur

     

     

    Je sais me faire belle et désirante

    Pour que tes envies ne veulent que moi

    J’aime la tendresse de tes lèvres

    Et ton corps qui m’appelle aux plaisirs

     

     

    Que ferais-je sans toi si tu n’étais plus là

    Ne plus te voir, ni t’entendre

    J’en laisserais à tomber les bras

    Un silence que je ne supporterais pas

     

     

    A toi mon bien aimé

    Les années ont passés et mes rides se sont marquées

    Tant de bonheur et de malheur partagé

    Qui me renforce à encore plus te seconder

     

     

     

    Notre chemin a été fondé

    Par cette union que nous avons consolidée

    Par nos erreurs que nous nous sommes pardonnées

    Avec douceur nous mettons notre couple à l’honneur

     

     

     

    Toi et moi rentrons dans la danse

    Laissant chanter l’amour avec aisance

    Dans tes bras rien qu’une romance

    Un amour qui a tous ses sens

     

     

     

    Ô toi mon chéri

    Je me languis de ton sourire

    De tes mains qui se posent sur mon visage

    Qui me fait frémir sous l’emprise de ta bouche

     

     

    La poésie est-elle la manière

    Pour te laisser traces de nos audaces

    De nos caresses délicates

    Au diable la sagesse de nos élans que nous aimons tant

     

     

    Ô toi mon cœur

    Je ne retiens que le bonheur

    Je suis l’ombre de ton ombre

    Au diable les jours sombres déjà oublié

     

     

    Je te laisse donc en héritage

    Sur le bas de cette page

    Le seul mot que tu dois retenir

    Je t’aime au présent et à l’avenir

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     
     

     

    Lorsque dans une étreinte

    On esquisse un baiser

    Béni soit le frisson

    Qui vient nous secouer

    Et nous fait perdre la tête

     

    Lorsque nos mains maladroites

    Deviennent caresses

    Que nos corps se mêlent

    Dans un tourbillon de tendresse

    Et nous fait jouir de plaisirs

     

    Quand mon cœur bat tambour

    Que mon sang ne fait qu’un tour

    De nuit comme de jour

    Tu es pour moi chéri

    Le seul amour au monde

     

    Que le temps s’arrête en cet instant

    Agréable moment avec toi mon amant

    Que pour toi mes sentiments

    Soit graver dans la pierre

    Avec mon cœur en guise de je t’aime

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: