•  

     

    L’indifférence te tue à petit coup

    Un poignard dans le cœur pour que tu meurs

    Y’en a plus d’un qui t’ignore

    Mon âme n’est pas indolore

     

    L’indifférence n’a pas d’ami

    C’est normal car tu l’ennuies

    Tu voudrais qu’elle, ne soit plus là

    Pas de soucis le silence à franchit le pas

     

    Un cœur blessé et usé

    Le passé ne l’a pas épargné

    L’indifférence a fait sa révérence

    De tomber dans l’oubli ce fut son dernier cri

     

    L’indifférence c’est elle qui t’écartèle

    Qui te brûle les ailes

    Qui te malmène tous les jours de la semaine

    Avec peu d’amour et beaucoup de haine

     

    L’indifférence te fait pleurer

    Qu’on préfère dès lors s’isoler

    Ne plus parler, ne plus aimer

    Ne plus rien faire l’indifférence c’est la galère

     

    L’indifférence elle a gagné

    Ce jour c’est moi qui prendrai mes distances

    Partir loin, en vacances, la vie n’est rien sans une présence

    Adieu à toi l’indifférent qui me laisse dans le néant

     

    ©Christiane

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     
      

     

    Quand ma plume caresse la nuit

    Que mes vers courtise la lune

    Que mes mots nocturnes embellissent l’amour

    Et se termine avec toujours

     

    Ma main légère m’emmène

    Sur des océans de je t’aime

    Ou navigue sans peine

    Au charme d’un beau capitaine

     

    Mes sentiments tanguent sur ses lèvres

    Un baiser qui le fait chavirer dans un désir charnel

    Et nos corps enflammé se déchaînent

    Comme un Ouragan que l’on ne peut arrêter

     

    Nuit agitée dans mon rêve

    Se pointe déjà l’aurore

    Pieds à terre sur le quai du vieux port

    Où ma plume légère  jette son encre

     

    Mes yeux s’écarquillent sur l’horizon

    Guettant une nouvelle aventure

    Quittant le sud pour le nord

    Laissant derrière ton cœur qui bat si fort

     

    Dans l’encre de la nuit

    Ma plume compose encore

    Il y a un peu de toi et un peu de moi

    Y’a des endroits où je suis là et pas toi

     

    Ton absence est un acide dont je ne m’habitue pas

    Cet abandon m’a fait perdre la raison

    Que ma plume invente maintenant des nuits de passion

    Des histoires où mon âme en perdition se noie de désillusion

     

    Ma plume nocturne à la lueur de la lune

    Laisse place à la page blanche

    Comme c’est étrange je viens de voir passer un ange

    Un passage vers un autre monde sur le chemin qu’a été ton destin

    ©Christiane

     

     

           

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Tu es toi et je suis moi, à chacun sa vérité

    Nous ne serons jamais en concordance, nous sommes trop différents

    Chacun mène sa tendance à chacun sa cadence

    Toi tu voudrais et moi pas, voilà le pourquoi

     

    Tu t’exprimes avec aisance et moi j’aime les périodes de silence

    Toujours des mots d’amour à ne pas en finir

    Toujours des mots pour définir le plaisir

    J’ai juste moi besoin d’une accalmie, un jour cela risque de mal finir

     

    A chacun ses rêves et ses hypothèses

    Le temps d’une trêve de mettre ma vie entre parenthèse

    Trop sensible je le suis, je deviendrai s’il le faut invisible

    Laisser agir le temps, il peut tout arranger

     

     

    Je te dis blanc, tu me dis noir

    Et mon cœur se meurt de désespoir

    Parfois je t’énerve et tu m’énerves

    Tu m’exaspère ou j’exagère nous formons bien une paire

     

     

    Nous deux c’est une alchimie qui s’enflamme

    Sur la même gamme avec des fausses notes

    Alors que j’aurais besoin de bras qui me dorlote

    Notre intelligence  a parfois des lacunes

    Je ne t’en veux pas sans rancune

     

    ©Christiane

     

    ECRIRE ici

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     

     


     

     

     

    L’amour

     

    Amour  sentiment dans lequel nous vivons tous un jour

    Jour où vous sentez pousser des ailes,

    À survoler les montagnes.

      Tel est mon état d’âme

     

     

    Passion d’un moment, passion de toujours,

     Elle surgit au moment où vous vous y attendez le moins.

    L’espace d’un instant, il vous fait perdre la tête

     Tout en sachant que vous avez les pieds sur terre.

     

     

    Les yeux parlent souvent à notre tendre et cher,

     Nulle besoin de paroles pour se comprendre.

    Notre sens sait déjà ce qu’il y a à prendre

    Une caresse, un baiser notre bouche sait se diriger

     

     

    Que c’est agréable de se sentir 

     Aimé, désiré, respecter, écouté

    Que ce soit des souvenirs du passé

    Que ce soit du présent ce fut de doux instants

     

     

    Enveloppons cet amour dans un écrin

    Pour guérir tous les chagrins

    Parcourons ce chemin encore demain

    Le destin sera nous main dans la main

     

     

    Que notre cœur batte la chamade

    Nous chantant une sérénade

    Et pas seulement une ballade

    Pour qu’amour rime avec toujours

     

    ©Christiane

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     
      

     

     

    Tu es trop belle pour ne pas te décrire

    De janvier à décembre toujours tu m’émerveilles

    Ton nom féminin mérite que l’on s’y aventure

    Tu es campagne, montagnes et mer

     

    Au moindre changement de température

    Ton aspect change de parure

    La faune et flore n’existent que par toi

    Juste un pas dans un  joli sous-bois

     

     

    Où ruisselle cette eau si douce

    Non loin de là des violettes poussent

    Quelques papillons tourbillonnent et mène la danse

    Tous ces arbres à l’énergie bienfaisante me ressource

     

     

    Que tu es belle dame nature dans ton apparat saisonnier

    Que l’on m’enferme dans ton cœur, même juste une heure

    Je te servirai et te peindrai toi le chef d’œuvre de la vie

    Pour te protéger des humains délétères, je me ferais guerrière

     

     

    Notre terre  a besoin de toi pour respirer

    Des petits oiseaux et rapaces pour s’y nicher

    Pour tout ce que tu  nous apportes il faut te préserver

    Ma seule arme sera pour te photographier

     

     

    Tu as la dame à laquelle on ferait la cour

    Et pour te plaire on te chanterait l’amour

    Te poétiser et te caresser juste là pour t’aimer

    Mon altesse je serais ton armure, ta forteresse pour que personne ne te blesse

     

     

    Protection et bien être sera ma loi sur tes terres, air et mers

    Pour entendre encore couler les cascades des montagnes et ruisseaux

    Voir l’aigle voler et  se poser dans son nid

    Garder les prairies verdoyantes dans la plaine

    Afin que les animaux puissent y paître

     

     

    Va s’y chante dame nature, chante pour exister encore

    Je serai avec toi mais défends toi et gronde

    Soulève et révolte toi et  garde ta fraîcheur, il ne faut pas avoir peur

    Tu es la reine de ces lieux et ton créateur c’est Dieu

     

    ©Christiane

     

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

       

     

    gifs animé trouvé sur le net 

    Ce soir j’essaye d’innover, une poésie ma tête est vide

    En écoutant des mélodies au piano

    Ce soir je me sens triste à en pleurer

    Plus de rimes, je ne dis mot j’ai le cœur gros

     

     

    Encore ce foutu passé qui refait surface

    Ici au présent je n’ai plus ma place

    Trop de souvenirs à en souffrir

    Des mots d’amour que je ne vois  plus venir

     

     

    Y’a toujours ce manque, tu n’es plus là

    Je n’ai plus qu’une envie c’est de passer à trépas

    La tête vide, plus rien à te dire

    Je ne suis plus moi plus de combats

     

     

    Poétiser c’est bon pour un temps

    Déclarer sa flamme, ses désirs, ses soupirs

    Mais là je rame, je perds mon temps, que   me reste-il  encore vraiment

    Entre  espoir et désespoir ce soir je nage encore dans le noir

     

     

     

    Y’aurais pourtant encore  tant à écrire, en te regardant sourire

    Me fondre dans le bleu de tes yeux, mais ceux-ci m’ont dit adieu

    Ce soir dans le ciel la lumière des étoiles brillent

    Il  y a sûrement un ange qui me surveille       

     

     

    Je ne sais même pas où cela m’amène

    Me saouler n’arrêtera pas la rivière de couler

    Sur mon âme déchirée

    Ma vie je sais je l’a malmène je ferais mieux de me coucher

     

     

    Ma plume comment peut-elle  encore écrire des proses

    Bien trop morose ce que je compose

    Dormir, je veux dormir, ne plus rien écrire

    Que sais-je demain la journée  sera un peu plus rose 

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique