•   

     

     

    Je prends la vie

     

     

    Je   prends la   vie

    Comme elle va

    Comme elle vient

    Sans trop penser ce qu’il adviendra demain

     

     

    Les peines passées se sont effacées

    Y’a que le présent qui compte maintenant

    Les petits riens font un grand tout

    Je veux vivre tout ça et puis voilà

     

     

    Dans le soleil et le vent

    Si tu le veux viens avec moi

    L’amour et l’amitié existeront toujours

    Si tu y crois je t’emmène avec moi

     

     

    Je prends la vie

    Comme elle va

    Comme elle vient

    Sans trop penser ce qu’il adviendra demain

     

     

    Regarde devant toi

    Laisses guider tes pas et tu verras

    Le bonheur est au bout du chemin

    Amour clandestin si c’est ton destin

     

     

    Au derrière de mes pas je ne te vois pas

    Tu ne me suis pas, tant pis pour toi

    Je t’ai tendu la main du ne l’a prends pas

    Je partirais seule dans mes délires et dans ma vie

     

     

    Voilà s’en vient bientôt l’automne

    Ma vie si monotone fait que je chantonne

    Ce qui me passe dans ma caboche ce n’est pas trop moche

    Et chante à tue-tête mon p’tit  refrain

     

     

    Je prends la vie

    Comme elle va

    Comme elle vient

    Sans trop penser ce qu’il adviendra demain

     

     

    Alors penses plus à rien vis le présent

    Toi mon ami, mon amour, mon amant

    Juste un instant chante avec moi

    Et tu verras

     

     

    Que la vie va et vient

    Avec des joies si  tu y crois

    Prends la vie comme elle va et vient

    Sans trop penser, ça ira mieux demain

     

     

    Je prends la vie

    Comme elle va

    Comme elle vient

    Sans trop penser ce qu’il adviendra demain

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

    Ô douceur du crépuscule je sens en moi une légère inspiration

    De t’offrir en quelques mots l’espoir d’un retour amical

    Il me manque l’encre de ta plume passagère et messagère

    Pour déposer quelques rimes sur ce parchemin

     

     

    Pourrais-je encore rimer sur quelques quatrains

    Si ton cœur solitaire n’apprécie plus mes vers

    J’adhère à la vérité et ce n’est jamais avec méchanceté

    Que j’applique ma façon de penser

     

     

    Ce soir, je me sens si seule là dans le noir

    A la lueur de ma lampe ma main encore tremble

    Mon esprit est ailleurs dans un monde meilleur

    Où le pardon et la raison sont une mission

     

     

    Si l’erreur est humaine faut-il qu’il y ait un mea culpa

     Ce Manque de reconnaissance n’est-il pas un atout suffisant

    Ton impatience fut de m’avoir mal jugé et mal  comprise

      Et ce comportement me fit prendre une décision regrettable

     

     

    Je ne supporte pas l’injustice et des écrits de méchanceté gratis

    N’existe-t-il pas en poésie un  armistice

    Car composer est pourtant un réel délice

    Mon esprit pourtant est bien vide que même l’amour ne voit plus le jour

     

     

     Intérieurement c’est le trou noir

    Comme    dans cet  univers qui aspire tous ce que j’aime

    Plus rien ne viens dans cet espace-temps

     C’est le silence comme une longue absence

     

     

    Puis une infime  d’étincelle fait rejaillir la lumière

    Des parcelles de quelques mots pris dans le dictionnaire

    Suffit juste de les relier entre eux et de rimer au mieux

    Poétesse je ne dirais pas en détresse mais remplie de sagesse

     

     

    Quand mon cœur aura retrouvé son élan

    Que mes écrits un peu bohème rimeront avec j’aime

    La poésie tissera de nouveau sa toile

    A moins que définitivement je porte le voile

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Ô toi mon Adonis de mon amour candide

    Tu m’as laissé une  trace en transperçant mon cœur

    T’aimer et être aimé de toi à jamais

    Sentiment que nulle n’expliquera mais que l’amour vaincra

     

     

    Tu es mon soleil du jour

    Et tu es à la  lune de mes nuits

    Aussi réconfortant et chaud dans tes mots

    Que tendre est mes caresses de maîtresse

     

     

    Je t’aime chaque jour d’avantage

    Et ma main sur mon cœur qui bat et reflète ton image

    Un baiser sur tes lèvres désir que j’espère

    Et la folie de nos deux corps qui s’enchaîne

     

     

    Dans ma vie s’étale un éternel tapis de rose

    Sur lequel tu as laissé un arôme parfumé

    Non ce n’est pas un songe, ni une illusion

    Nos destins se sont croisés sur le feu de la passion

     

     

     

    Le temps a eu raison de notre union

    Comme une envolée d’hirondelles cherchant un autre horizon

    Côte à côte nous nous complétons et composons

    Sous un ciel étoilé de nos plumes enchantées

     

     

     

    Je me suis promis de te suivre partout

    Où tu iras, moi j’irais te rejoindre un jour

    Et si un jour, tu me rends malheureuse

    Et bien tant pis, je t'aimerai pour deux !

     

     

     

    Si vil un cœur qui ne sait pas aimer

    Qui ne peut s’enivrer d’amour

    Qui n’aime pas peut-il apprécier l’aveuglante lumière du soleil

    Et la douce clarté de la lune

     

     

     

    ©Christiane  

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire

  •  

     

     

     

     

    Le long du chemin que je gravis pour arriver au sommet

    Je me régale à observer les fleurs de montagnes

    Toutes plus belles les unes des autres

    Je marche à mon rythme pour bien profiter de ce bol d’oxygène

     

     

    Le zéphire me frôle les joues

    Et j’ouvre grand mes poumons afin de respirer

    Cette odeur que la nature me transmet

    Les alpages sont sublimes en cette saison

     

     

    Je m’assois sur le banc qui longe le sentier qui mène vers une auberge

    Autour de moi de vert pâturage et quelques rochers sur le côté

    J’aperçois au loin derrière un buisson, une belle marmotte

    Je ne fais pas de bruit pour ne pas la déranger

     

     

    Rien de tel que le silence et l’observation pour admirer nos amies les bêtes

    Un réel bien être de retrouver cette énergie dans cette nature si belle

    Je me sens revivre, loin de la ville, d’une civilisation bien trop bruyante

    Loin de toutes ces contraintes que l’on nous impose chaque jour

     

     

    Merci Seigneur de nous avoir offert cette nature

    Mais je pleure car la modernisation de l’humanité détruit

    Ce que nous avons le plus besoin, c’est-à-dire le fruit de notre planète

    Les capitalistes en veulent toujours plus au dépend des citoyens

     

     

    Je profite donc encore de ce qui existe encore

    La liberté de me promener et de profiter

    De ce que mes yeux peuvent encore admirer

    De ce que mon odorat peut encore apprécier de pure

     

     

    Des ruisseaux qui traversent les monts

    Des oiseaux aux chants si doux

    Des forêts et des ces habitants animaliers

    Juste vivre le moment présent

     

    ©Christiane

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

      

     

    Ce matin le ciel est généreux pour dame nature

    Nuages chargés de tonnes d’eau, il ne fait pas du tout beau

    S’écoule un ruissèlement  dans les caniveaux de la ville

    Quelques passants au pas pressant vont au travail

     

     

     

    Bien au contraire les retraités derrière leur fenêtre

    Bien au chaud regardent cette averse bienfaisante

    La nature a aussi besoin de se désaltérer pour donner vie

    Aux arbres, aux fleurs, aux champs, aux jardins tout simplement

     

     

     

    La pluie nécessaire aussi pour alimenter nos nappes souterraines

    Et remplir nos rivières que l’été a asséchées

    Pour que nos oiseaux et mammifères survivent sur notre terre

    Tombe, tombe eau bienfaisante juste en suffisance

     

     

     

    Encore quelques gouttes le long du chemin et sur les routes

    L’ondée c’est arrêté et voilà l’éclaircie

    Merci la vie de nous remplir nos sources

    Et d’alimenter notre mère terre et remplir nos rivières et mers

     

     

     

    Je suis là bien au chaud dégustant une boisson chaude

    J’attendrai que la pluie ne tombe pour sortir de l’ombre

    J’ouvre ma porte, cela sent le Pétrichor

    Cette odeur qui nous monte aux narines après la pluie

     

     

     

     

    Sous la pluie tout c’est lavé

    Même nos peines et nos larmes se sont effacées

    Reste les gens que l’on aime qui nous  sourient

    Comme un arc en ciel que nous produit le soleil

     

     

     

    Après le mauvais temps et la tempête

    Me revoilà l’âme sereine

    Prendre la vie que elle s’en vient

    Et repartir de bonne en train pour de meilleur de lendemain

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    Et le vent transporte les je t’aime

    Traverse les continents comme un ouragan

    Souffle vent comme la tempête

    Avec ce temps mon cœur battant

     

     

    Emportant à coups de rafale

    Tous mes sentiments qui vont vers toi

    Accalmie est mon amie

    Juste encore une petite brise posant sur ta joue la bise

     

     

    Mon cœur volage m’annonce un heureux présage

    Que l’amour sera dorénavant sage

    Inutile de me convaincre que l’amour est volage

    Je suis trop sincère quand j’aime

     

     

    Et le vent transportera toujours mes pensées

    Que ce soit par les bourrasques de l’automne

    Ou par les transports d’Éole du printemps et de l’été

    La danse de mon amour viendra comme un tourbillon

     

     

    Effleurant tes lèvres d’un doux et tendre baiser

    Un souffle d’amour de  je t’aime

    Il existera à jamais ce chant de ce que je ressens

    Et le vent te rappellera vers moi

     

     

    Mon cœur est comme un cheval galopant

    Les cheveux au vent, je rêve à nous deux

    Pourquoi cela ne serait-ce possible seul tes bras pourront me retenir

    Car je suis amoureuse de toi

     

    ©Christiane

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: