•  


     

     

     

     

    C'est le temps que tu as perdu pour ta rose qui fait ta rose si importante.
    Va revoir les roses. Tu comprendras que la tienne est unique au monde.

    Cueille la rose de l'amour alors qu'il en est temps

    C'est en croyant aux roses qu'on les fait éclore

     

     

    Alors qu'aimant toi-même, tu peux être aimé d'une même passion

    Vivez si vous y croyez, n'attendez à demain,
    Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie

    Un souffle a fait naître la rose, mais un souffle peut la flétrir

     

     

    Il reste toujours un peu de parfum à la main qui donne des roses

    Prends cette rose aimable comme toi

    Qui sers de rose aux roses les plus belles

    Le cœur le plus sensible à la beauté des fleurs

     

     

    L’espace d’un matin fit éclore cette rose au rouge carmin

    Et de ma main j’ai caressé sa corolle

    L’arôme d’une tel beauté sera pour toi mon aimée

    Mon amour  quant à lui ne saurait faner comme les rides de mon visage

     

     

    Pour toi j’aurais toujours des fleurs dans les yeux

    La vie est une rose dont chaque pétale est une illusion

    Et chaque épine une réalité que j’enlèverais pour ne jamais te blesser

    Ma roseraie portera toujours ton nom car toi seule à l’arôme éternel

     

     

    Tu es la beauté et jeunesse éphémère

    Fragile et délicate à offrir à un être

    Au cœur flétrit par les ans entre les pages d’un roman

    Un souvenir enfuit au fond de ma mémoire

     

     

    Tu es le plu beau trésor des temps écoulés

    Tu refleuriras toujours chaque année

    Dans mon jardin secret

    Tu revivras toujours en moi à jamais

     

    ©Christiane

    E ici

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     


     

     

    Et oui tu as vieillis mon chéri

    Mais moi aussi tu sais

    Les années ont passés

    Mais notre amour est resté

     

     

    Resté au fil des ans

    Avec des petits bonheurs et grands tourments

    Bonheur d’être ensemble

    Surmonter nos erreurs et nous aimer toujours autant

     

     

    Toujours là l’un pour l’autre

    Différents parfois dans nos choix

    Supportant nos caractères  de patiences à sévères

    Mais revenant toujours vers l’autre dans l’ère du temps

     

     

    Notre fille a bien grandi, une femme aujourd’hui épanouie

    C’est le cadeau de notre vie

    Nous avons déjà plus de soixante printemps

    On vit souvent de peu mais on ne manque de rien

     

     

    Nous prenons notre quotidien

    Comme une bouchée de pain

    Chacun à son rythme et parfois dans son coin

    Nous ne sommes hélas parfaits, mais on s’aime quand même

     

     

     

    35 années de vie commune, noces de rubis

    Rouge amour pour    si belle pierre renforce notre lien

    Pour le chemin qu’il nous reste encore à faire

    Je ferais de mon mieux encore pour te plaire

     

     

    Et si parfois dans nos discussions et mes colères

    Il est préférable que  je reste sous silence

    C’est pour que notre couple jamais ne  puisse se dissoudre

    Car sans toi, je ne sais ce que je deviendrais si je venais à te perdre.

     

     

    Et si les mots d’amour sont souvent absents

    Nous savons le faire comprendre autrement

    Un apport de soutiens entre nous

    C’est le plus beau je t’aime que sont nos sentiments

     

    ©Christiane   

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     

     

     

     

     

      

     

     

     

    A la fin de septembre retour de l’automne

    Les belles feuilles verdâtres de l’été prennent couleurs de la saison

    Les derniers rayons de soleil

    Une promenade dans la forêt

     

     

    A l’orée du bois je m’assois

    Un dernier piquenique

    Des petits rencontres et pas quelconques

    Viennent me dire bonjour et s’allongent

     

     

     

    Bonjour Mme Renard et renardeau

    Que vôtre pelage est bien beau venez-vous me laisser un message

    Et toi petit écureuil as-tu senti la bonne odeur

    De ma tartine à la crème de noisettes

     

     

    Quel bonheur et honneur de votre visite

    Reposez-vous auprès de moi

    Nulle  crainte je suis ici en amie

     Je respecte votre nature ou je m’y aventure

     

     

     

    Ô automne aux feuilles à la course folle

    S’envolent mes escapades de mon amour de Juillet

    Les feuilles mortes dit-on se ramassent à la pelle

    Et mes souvenirs se rappellent aussi

     

     

     

    Couleurs chatoyante de mère nature

    Charment mes yeux de mon cœur silencieux

    L’amour est bien loin dans un autre ciel

    Entre la pluie et le soleil un arc-en-ciel

     

     

     

    Nostalgie des temps passé à tes côtés

    Sécher mes larmes de ces silences définitifs

    Me laissant seule dans en cet automne

    Me laissant seule dans ma vie monotone

     

     

     

    Le soleil pâle de septembre

    Ressemble à la blancheur de mon visage

    Ne serait-il pas temps que s’envolent mon âme

    Que le vent de l’automne n’étonnera personne

     

    ©Christiane

     

    Clic pour vérifier

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    En cette journée qui commence

    Sous les draps doucement je me réveille

    La fenêtre  ouverte laissant entrevoir le  levant

    Une légère brise se dépose sur mon visage

     

    Cet air vivifiant et tonifiant

    Me laisse encore flâner dans mes soupirs

    De t’avoir aimé et désiré

    Contre ton corps tiède qui m’a réchauffé

     

    Qu’il est bon de flâner ainsi le matin

    Dans cette chambre de campagne

    À l’écoute des oisillons qui piaillent

    Et le chant du coq au lointain

     

    Me sentir en vie je remercie

    Le tout puissant en cette aurore je t’honore

    Même si parfois je t’implore

    De me pardonner mes péchés

     

    Si je crois à un être suprême

    Je l’avoue de moi parfois je ne suis pas fière

    Je suis une simple pécheresse

    Qui souvent manque de tendresse

     

     

    Il faut maintenant que je me lève

    Respirer cet oxygène en laissant rentrer grand la lumière

    En ouvrant grand la fenêtre et me sentir ainsi renaître

    Le soleil enfin pénètre et  vient me donner un coup de fouet

     

     

    Bien être de me servir un petit déjeuner copieux

    Partir du bon pied avec un café délicieux

    La vie est  si belle avec des pensées merveilleuses

    Qu’en ce jour j’ai juste envie d’offrir mon sourire radieux

     

     

    ©Christiane

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     

     

      

     

      

     

     

    Oui je t’aime, je te l’ai dit tellement de fois

    Tu t’es éloigné de moi sans un mot

    Sans entendre ta voix une dernière fois

    Tu es parti en silence, je souffre de ton absence

     

     

    J’avais besoin de t’écrire en t’envoyant une pensée

    Celle que j’avais cueillie avec amour

    Pour que ma lettre, tu l’as serre contre toi

    Pour  que tu ressentes battre mon cœur

     

     

    Oui je t’aime comme au premier jour

    Quand tu m’as regardé dans les yeux

    Dans les tiens j’ai vu le ciel azur

    Ils ont pétillé avec le mot aimer

     

     

    Mon chéri, mon cœur, mon amour

    Tous les petits mots sont là

    Je voudrais tellement encore les prononcer pour toi

    Mais tu es loin de moi et tu ne les entends pas

     

     

    Ton absence est un fardeau si lourd

    Une blessure qui ne se referme pas

    Mes larmes coulent sur cette missive

    J’espère que mes écrits ne s’effaceront pas

     

     

    Tu as toujours été mon inspiration

    Notre relation pour moi n’était pas une aventure

    J’aurais aimé qu’elle perdure

    Qu’il n’y ait jamais eu de cassure

     

     

    Mais le destin t’a emporté

    Sans un dernier baiser que je n’ai pu te donner

    Juste un au revoir de la main

    Sur un quai d’une gare où  je n’irais plus te voir

     

     

    Ma plume reste dans le vide

    Je ne sais plus quoi t’avouer et quoi t’écrire

    Il me semble que j’ai tout dit

    En publiant  mes poésies pour que tu les lises

     

     

    Ce sera le mot de la fin

    D’un doux baiser et d’un câlin

    J’attends plus que ma vie me lâche

    Pour te rejoindre enfin où personnes ne revient

     

    ©Christiane

     

      

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     

     

     

      

    Solitude

     

    Une bien étrange attitude lorsque tu me manques

    Tu es quelque part où je ne peux t’atteindre

    Tu te plais trop bien quand je suis loin

    Tu aimais avant le virtuel,

     Mais ton corps aime tellement le réel

    Tu es en ce moment au septième ciel

     

    Ce soir je suis triste

     

    J’écoute toujours la même musique

    Accompagnée d’une chanson d’amour

    Pour bien transpercer mon cœur

    Mes larmes coulent de désespoir

    Tu es dans ma tête, partout et nulle part

     

     

    Une étrange sensation ou alors une pulsion

    Sûrement un sentiment remplit d’illusion

    Est-ce cette période estivale

    Qui ravive trop de souvenirs

    Ou je ne peux plus aller en cavale

    Et  de la monotonie d’une vie sans escale

     

    Ce soir je suis triste

     

    Et voilà que la solitude s’installe

    J’ai trop imaginé que tu m’aimais

    Mais c’est seulement tes envies et tes désirs

    Qui te guidaient et de moi tu te lassais

    Comment ai-je pu croire un seul instant...

     

     

    À ta tendresse et  compliments,

    Pour toi l’amour ne fut qu’un jeu

    Avec ton plaisir à me faire jouir

    J’en souffre encore et toi tu dors

    Avec en image  caressant un autre corps

    C’est en mon âme que j’ai eu tort à en avoir des remords

     

     

    Ce soir c’est la solitude et je suis triste

    Tu es le ciel du sud et moi, je suis la terre du nord

    Je me réfugie dans mes rimes

    Afin de ne plus commettre les mêmes erreurs

    Il est grand temps que je m’arrête

    Et d’essayer d’aller dormir peut-être

     

    ©Christiane

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: