•  

     
      

     

     

    Splendides Ballets Italien, Français ou encore Russe

    Musique et auteurs connus, Tchaïkovski,Verdi,Borodine et ...

    Une histoire classique dansée sur la pointe des chaussons

    Chaussons de satin blanc ou rose frôlant les planches

     

     

    Ballerines vêtues de tutu de tulle

    Évoluant légère et frêle sur la scène

    Tournoyant sur leurs pointes

    Dans des gestes souples et élégants

     

     

    Aux mille figures d’un opéra

    Elles cabriolent  chassent le pas

    Font des arabesques, des entre chats

    Autant de pas qui s’enchaînent sur la danse qu’elles mènent

     

     

    Ballets de femmes et hommes

    Danseurs, danseuses  étoiles sous  les lumières de diamants des projecteurs

    Que cela soit en danse classique, moderne, contemporaine

    Leurs styles charment l’assemblée des salles de théâtres

     

     

    Du lac des cygnes sur lequel je m’incline

    A l’oiseau de feu quelle douce romance

    Leurs parades costumières éblouissent les âmes rêveuses

    Ballets internationales, un charme aussi qu'est Arlequinade

     

     

    Dramatique, romanesque ou encore bouffonnerie

    Sur les planches que de la danse en cadence

    De la troupe, en solo ou en duo

    A la fin c’est des ovations, bravissimo

     

    ©Christiane

     

     

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  


     

     

     

     

    L’automne est une demeure d’or et de pluie

    Et nos yeux en restent éblouis

    Feuillages rougeâtres des arbres qui colorent le paysage

    Se mélangeant aux couleurs multicolores

    Sous  un ciel gris annonçant la pluie

     

     

    Gouttelettes perlant sur les feuilles d’or

    Dont le vent sèche, les laissant sur un tapis de terre

    J’aime être assise bien au chaud  derrière ma fenêtre

    Voir le vent qui souffle dans les hêtres

     

     

    Dans un coin du jardin voir les oiseaux

    Qui viennent s’abreuver dans le bac en pierre de  la fontaine

    Et picorer dans les boules de graines accrochées à mon mur

    Observer juste la vie et la nature

     

     

    L’automne est une demeure d’or et de pluie

    Une saison où parfois je m’ennuie

    Repensant à mes aïeuls et de nos moments où l’on riait tous ensemble

    A leurs histoires de leur époque se mêlant à la nôtre

     

     

    Je revois encore ces enfants dans les chemins

    Soulevant les feuilles comme un amas de trésor

    Les lançant au-dessus de leurs têtes

    Comme une pluie de bien être

     

     

    Fusse la joie de nos ancêtres les promenades en forêt

    Nous léguant  cet enseignement que  rien  ne vaut un tel bon bol d’air

    Pour nous ressourcer  le week-end d’une semaine de labeurs

    La richesse est là dans chaque saison c’est de profiter de ce que la vie nous apporte

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     
      

     

    Mon bel amour du désir au moment intense du plaisir

    Sur ta peau un doux parfum

    Un arôme de toi mon homme

    Qui m’enivre à ton approche

     

     

    Une sensation irrésistible qui me donne l’envie

    De te toucher, de t’embrasser, te caresser

    Une passion de mon corps à te frôler

    Qui fera de notre nuit, un nid d’amour dans laquelle je m’enfuis

     

     

    Ô mon tendre chéri  de mon cœur aimant

    Vivons cet instant sublime qu’est notre liaison charnel

    Dans un tourbillon de folie et nos gestes insensés

    Qui nous donne la fièvre au contact de nos lèvres

     

     

    Tu es la vague qui s’échoue sur mon corps de femme

    Et qui m’emporte au fond de ton âme

    Et je ferme les yeux dans ton murmure d’un doux je t’aime

    Me laissant une larme de joie dans mon émoi

     

     

    Le bonheur d’être avec toi, c’est chaque soir

    Quand on se retrouve dans le noir

    Avec des étoiles dans les yeux qui fait scintiller notre amour

    Laissant échapper dans  ces moments intimes nos soupirs

     

     

     

    Mon amour que jamais ne cesse

    Ton regard qui me déshabille

    Que tes sentiments fleurissent au-delà du printemps

    Et qu’en hiver me réchauffe de tes désirs ardents

     

    ©Christiane 

     

     

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

      

     

    Quel atmosphère étrange ce soir

    Il me semble entendre une cavalerie de petits pas bizarre

    Une sensation de froid glaciale qui me parcoure le dos

    Des bruits sur le plancher du grenier

    Intrusion nocturne dans ma demeure ?

    Où est-ce madame souris et leurs amis

     

     

    Les douze coups de l’horloge retentissent

    je n'ose allez dormir 

    Bien trop peur de tous ces monstres

    Qui viendront me tirer par les pieds

    Ou encore me secouer pour me sortir du lit

    Mais sapristi, mais oui cette nuit ,c’est Halloween

     

     

    Si l’on vient sonner à la porte, derrière se trouve peut-être un cyclope

    Ou encore un vampire ou pire un zombie

    Ils viendront me dépouiller de tous les bonbons que je veux garder

    Je les entends  et voient de ma fenêtre

    Au loin dans la rue, portant des lanternes citrouilles

    Criant à tue-tête «  brave gens ouvrez vos portes, des friandises on récolte sinon vous serez maudit par nos mauvais sorts «

     

     

    Je ne suis pas vraiment rassuré, ils sont toute une troupe dans cette pénombre

    C’est un grand carnaval d’automne, sorti de leurs tombes

    Serait-ce des squelettes qui déambulent dans  l’allée de mon jardin

    Ah ! C’est malin … ils sont accompagné d’un chien loup, loup garou

    Et à côté une sorcière maléfique avec ça … un clown aux dents acérée

    Au secours maman, papa il me faut un joker pour échapper à tout cela.

     

     

    Je suis  petit moi, je ne voudrais pas qu’ils m’arrachent mon cœur d’enfant

    Et j’ai encore peur des fantômes et des démons

    J’ai peur de  ces êtres possédés qui viennent me dévaliser

    Quel horreur  tous ces monstres bizarres qui sont de sorties

    Ils viennent me tirer mes dernières sueurs pour des caramels

    Halloween, Halloween, je vais vous en donnez-moi des Halloweens

     

     

    Attendez donc, l’année prochaine

    Oui l’année prochaine je sortirais mes griffes.

    La maison qui vous accueillera sera hantée

    Mon spectre viendra vous hanter jusqu’à chez vous

    Et c’est moi alors qui dirais ha  Halloween  ha Halloween et le sort en sera jeté

     

    ©Christiane

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

      

      

    Mais dans quel monde suis-je né

    Pourtant parents m’ont tellement désiré

    Suis-je venue pour accomplir une mission

    Celle d’apporter mon grain de sable en message  dans ce peuple instable

     

     

     

    Enfant insouciante que j’étais

    Devenue adulte responsable parmi certains êtres parfois exécrables

    Moi qui voulais   vivre dans la bonté et la sociabilité

    Je suis sous coupe de dirigeants infâmes  de la société

     

     

    La vie serait pourtant belle, si l’amour remplirait une coupelle

    D’un trésor éternel et exceptionnel pour les humains de cette planète

    Une richesse solidaire  pour enrayer les guerres et la misère

    De manger à sa faim et ne plus craindre le demain

     

     

    Un monde meilleur sans dirigeant

    Seulement le peuple sans concurrence, ce serait l’ultime dernière chance

    Des mains tendues les unes aux autres

    Une paix éternelle, une vie sereine

     

     

    Mais aujourd’hui mon cœur saigne

    De voir tant de haine, d’indifférence

    Y’en a qui ont encore de l’espérance

    Qu’un jour prochain pour  que tout change

     

     

    Je suis sceptique sur une amélioration climatique

    Plus rien ne vas, même la fonte des glaces de l’antarctique

    Les évolutions depuis des siècles  amènent doucement à la destruction

    Cela fait si longtemps que l’on aurait pu trouver des solutions

     

     

    Il ne reste plus qu’à ralentir ces phénomènes

    De la bêtise des êtres qui l’a  transforment en bombe humaine

    Guerre, révolutions, éruption, ouragan tout se déchaîne

    L’apocalypse est proche , la fin de tous les mondes

     

     

    Pauvre de nous, qui aimions voir la nature

    Et voir évoluer les animaux et les cultures

    Prions pour nous et les autres

    Pour que ces visions deviennent une révélation à ceux qui ont le pognon

     

     

    A tous ceux et celles qui tirent les ficelles pour agrandir leurs richesses

    Qui exagèrent en exploitant nos ressources

    Et qui polluent et tuent les espèces

    Qu’elles soient animales ou humaines, prions pour sauver notre planète.

     

     

     

    Un petit poème remplit d’émotion

    Pour sauver nos nations

    Un petit poème afin qu’ils comprennent

    Que trop d’ambition amènera à l’extinction de toutes civilisations  

     

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  


     

     

    Un jour j’ai pris la plume

    Et ma main c’est mise à écrire au hasard

    Cela semble parfois bizarre

    On cherche des idées et des mots et ils s’envolent

     

     

    Puis l’aventure c’est mise au rendez-vous

    Une rencontre, un nouveau monde

    Celui de l’amitié et de l’amour ont vu le jour

    Sur le papier mes écrits rien que pour lui

     

     

    Des yeux transperçant d’un bleu azur

    Un signe divin ce mit sur mon chemin

    L’inspiration me guidait sur cet amour à voir le jour

    Ma poésie le charmait de ses désirs et qui fut mien

     

     

    Aimer passionnément et tendrement

    Saisir le moindre moment et vivre ce merveilleux présent

    Des heures interminables à discuter et à blaguer

    Nos vies instables et l’envie de se rencontrer

     

     

    Nous faisions l’amour de par nos mots

    Nous nous touchions à travers les ondes

    Un visuel et un audio ou encore une photo

    Nous ressentions nos envies et notre cœur fut conquis

     

     

     

    Ne plus se quitter  et partager nos sentiments

    Sincèrement cœur battant pour mon tendre amant

    Notre voyage fut très long de notre déraison

    D’avoir vécu une belle liaison et de cette fougueuse passion

     

     

    Je continue à écrire comme si tu étais toujours là

    Je sais que quelque part tu me lis comme autrefois

    Dans mon poème tu y plonges et y songes

    Et dans mes rêves rien ne s’achèvent et toujours on s’aime

     

    ©Christiane 

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: