•  

     

     

    Quand on aime

    Qu’importe la distance, qu’importe l’apparence

    Qu’importe les dépenses, on ne compte pas

    L’amour n’a de valeur que la présence

    Et la beauté du cœur

     

    Quand on aime

    On arrête le temps juste un instant

    Qu’importe nos soucis, nos ennuis

    Que ne ferait-on pas pour se sortir de la monotonie

     On écrit au grain de notre fantaisie

     

    Quand on aime

    On laisse parler les gens, les mécontents

    Les jaloux même on les comprend

    On pardonne, on les laisse

    Qu’importent  ils ne sont pas si important

     

    Quand on aime

    On fait chanter la vie,

    On décroche des sourires sur les âmes en peine

    On se fait un signe quand on déprime

    C’est une voix qui nous appelle

      Et nous interpelle à une invite au bonheur

     

     

    Quand on aime

    L’esprit est ailleurs chassant toutes nos rancœurs

    Plus rien n’existe, on surmonte même nos peurs

    Quand on aime il fait soleil

    Cela nous embaume d’une chaleur et nous réchauffe

    Cela évapore les larmes de tes yeux  

     

    Quand on aime

    On est la parole qui guérit

    Des disputes on les fuit

    On se souvient juste que l’on est ami

    On est là jour et nuit

    Car aimer c’est bien tout cela et plus encore

     

     ©Christiane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     
     

    Si j’étais rose

    Je te parfumerais chaque matin à ton réveil

    Pour effacer ton passé de tous tes chagrins.

    Si j’étais rose j’envahirais ton jardin de toutes mes copines

     Pour t’apporter un baiser pour te sentir aimer.

     

    Si j’étais rose

     Je m’habillerais de mon plus  bel apparat

     Pour te plaire et  t’apporter du bonheur

    Et embellir ta journée  de mille couleurs

    Je serai un prénom juste pour une bonne cause

     

     

    Si je serai rose,

     Ta vie ne serait jamais morose,

     Sur ton cœur j’y ferais juste une pause

     Mes pétales seraient éclos  pour t’apporter tant de choses.

    Ma porte ne serait jamais close

     

    Si j'étais rose,

    Je serais  cellules et pas gélules

    Pour re générer le sang de tes veines

    Je serai claire de lune

     Pour que tes nuits ne soient plus insomnie

    Si j’étais proses, je serais poésie de lumière

     

    Si j'étais rose,

    Je serais baisé sur ta joue pour te  dire bonjour.

    Mais je ne  suis pas et ne m’appelle pas rose,

    Je ne suis que juste qu’une pensée

    Pour que tu puisses encore aimer ta dulcinée

     

    Je ne suis pourvue de pas grand-chose

    Mais je respecte à grande dose

    Ton amitié que tu m’as donnée

    Pour que tu puisses encore aimer

     

     Je ne suis pas rose mais prose

    J’irradie juste mes épines

    Car les vraies roses égratignent

    Et chagrinent les poètes en herbe

     

    Je serai rose

    Si dans un écrin j’y dépose

    Quelques mots chaque matin

    Quelques phrases pour ton quotidien

    Je serai ritournelle, t’apporter de mes nouvelles

     

    Je serai rose

    Si j’étais ton amie

    Pour que soit plus belle ta vie

    Je serai ton arôme

    Je serai ton café pour que tu me savoures

     

    Je serai rose

    Si tu aimes la paix

    Quelques soit le nom que tu prononces

    Que je sois ou non ta rose

    L’amour, l’amitié est une belle chose

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    L’important c’est d’aimer et d’y croire

    L’important est de vivre sans histoire

    Le besoin de rêver est essentiel

    Même si l’amour est irréel

     

    On se crée des histoires pour ne pas broyer du noir

    La vie c’est bizarre on se blesse, on se déchire

    Pour un amour artificiel et irréel

    C’est juste une impulsion, un désir, une passion

     

    Une femme, un homme qu’on admire

    Une échappatoire, un amour dérisoire

    On aime l’inaccessible refoulant une vie paisible

    Un amour platonique, n’a rien de bien comique

     

    Si tu as la sensation que ton cœur explose

    Que le sang bouillonne dans tes veines

    Que sous ta peau y’a une déchirure

    Il faut alors guérir tes blessures

     

    Accroche toi, exprime toi, libère toi

    Les émotions ne se contrôlent pas

    Franchit le pas, analyse-toi

    Je sais l’amour est souvent violent

     

    L’important c’est d’aimer et d’y croire

    L’important est de vivre sans histoire

    Le besoin de rêver est essentiel

    Même si l’amour est irréel

     

    Où est le bien, où est le mal

    Les histoires banales finissent toujours  mal

    On peut alors rêver pour exister

    L’amour n’est rien, on se fait juste du bien

     

     

    Rêver est aussi accepté la souffrance

    D’une réalité qui te pourrit l’existence

    Il est temps alors de faire son deuil

    En acceptant non présence et ses silences

     

    L’important dorénavant c’est d’aimer

    Mais jamais de s’y noyer

    Refaire surface et se créer une place

    Juste encore un peu d’y croire en se créant sa propre histoire

     

    ©Christiane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

      

     

     

     

     

    Il faut laisser le temps au temps

    Laisser les heures couler doucement

    Laisser passer les jours et l’amour

    Vivre sa vie sans détour

     

    Gardons les minutes et les heures

    De l’espace dans notre cœur

    Cicatrisons nos erreurs

    Et avançons sans avoir peur

     

    Je suis la gardienne depuis des lustres

    Mais ne suis pas Nostradamus

    Je laisse venir ce qui vient

    Sans trop penser au lendemain

     

    Dans mon espace je te laisse une place

    Mon cœur n’est pas de glace

    Mais n’essaye pas de tricher

    Laisse donc couler le sablier

     

    Moi-même j’ai essayé de tout arrêter

    Le temps m’a toujours rattrapé

    De mon passé je ne peux plus rien changé

    Le présent il faut s’en occuper

     

    Avec le temps tu comprendras

    Que mon univers n’est rien qu’à moi

    Ma poésie n’est pas la tienne quoi qu’il advienne

    J’aurais souvent des silences

    Viendra le temps des confidences

     

    Dans mes moments d’existence

    Je tirerais ma révérence personne ne remarquera ma non présence

    Maîtrise donc tes envies et consacre-toi à ta famille

    Avec le temps va tout s’en va

     

    On oublie rien ce n’est pas la peine d’aller chercher plus loin

    Il suffirait d’un regard sur le temps qui s’en vient

    Encore un pas et te revoilà

    Un nouveau départ dans des strophes auxquels on accroche

     

    Juste des mots bleus pour rendre les gens heureux

    En effaçant le noir des jours de désespoirs

    Avec le temps tout s’évanouit même les ennuis

    Voir revenir le temps du sourire avec plaisir

     

    Je suis la gardienne du temps

    Je mords la vie à pleine dents

    M’occupe de mon mari, de mon enfant

    De mes amis de temps en temps

    ©Christiane

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     

     

    Il veut lui plaire mais de quel manière

    Sous son chemisier de soie entrouvert

    Un corps de déesse en manque de caresses

    Elle a juste un peu froid mais que va-t-il faire

     

    Le romantisme a toujours fonctionné

    Une approche galante  pour l’a frôlé sans l’affoler

    Un bonjour mademoiselle puis-je me permettre

    De vous offrir cette rose … voilà qu’il ose

     

    Je peux vous inviter à boire un rafraîchissement

    Et si vous le permettez faire votre connaissance

    Sous le charme, la belle ne put se retenir

    Car tous deux attiraient le désir

     

    Elle avait beau de tirer sur son chemisier

    Pour cacher la beauté de sa poitrine

    Que le regard du  bel homme ne faisait que d’y plonger

    Sans vous offusquer n’ayez crainte, j’aurais voulu  juste vous étreindre

     

    L’aventure fut tentante qu’elle se frotta au torse de ce bel inconnu

    Pourquoi ne pas laisser agir cette tentation pour une boisson de la passion

    Sous une tonnelle du petit village il  lui esquissera un tendre  baiser

    Il voulait aussi sacrifier Vénus et encore en faire un peu plus

     

    Cette nuit d’amour engendra une romance

    Pour que ces deux amants recommencent

    Deux êtres faits pour être ensemble

    Car leurs désir et plaisirs font qu’ils s’assemblent

     

    Pour lui plaire dans ses actes plus érotiques

    En reprenant une expression du 18 IIème siècle

    Il lui proposera aussi « la botte florentine «

    Ce ne fut plus un secret quand il lui dévoilât son fantasme

     

    Je vous laisse imaginer ses fous ébats

    Qu’ici je ne vous écrirais pas

    Je me ferais moi-même rougir

    Qu’il vaut mieux ne plus rien écrire.

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     

    Tu es là mon ange je le sais, je te sens

    A chaque instant tu es comme une caresse

    Une douce brise sur ma joue

    Que ta main est si douce

     

    Tu es le soutien de mon quotidien

    Tu es sérénité et amour

    Tu es le fantôme de mon ombre

    Tu es le  guide de mes pas

     

    Merci mon ange

    Tes ailes me portent

    Me réconfortent

    Tu es mon ami(e) , ma sœur, ma chéri(e)

     

    Tu es la messagère de mes prières

    Tu es la porte qui s’ouvre sur la raison

    Tu me libères quand je me sens prisonnière

    Et me libère de mes pensées révolutionnaires

     

    Tu es bel mon ange

    Tu m’apportes la paix intérieure

    Tu m’inspires d’un monde meilleur

    Si pas sur terre, mais ailleurs

     

    Ô mon ange tu n’as pas vraiment d’apparence

    En femme ou homme tu m’accompagne

    Tu es l’esprit, tu berces mon âme et mon cœur

    Tu es l’énergie dont j’ai besoin pour poursuivre mon chemin

     

    Tu rayonnes mon ange tu es le soleil du matin

    Tu es ma belle étoile de la nuit

    Tu es l’incarnation d’une belle fleur

    Où du papillon qui se pose sur mon épaule

     

    Tu es là partout mon ange

    Tu es l’oiseau qui chante des louanges

    Tu fais partie de la nature à laquelle tu donnes vie

    Merci mon ange, merci pour ta bienfaisance et ta lumière

     

    ©Christiane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique