• Souvenirs

    Souvenir de ton sourire et de tes yeux qui me dévore encore et encore

    J’ai gardé dans mes pensées de tes mains me caressant mes seins et descendant jusqu’à mes reins.

    Un désir, un plaisir que nous devions saisir  à n’en plus finir

    Un  corps à corps en accord de se laisser prendre par ce doux délice

    Souvenirs, souvenirs je n’ai plus un instant à me contenir dans ses gestes de tendresse

    Laisse-moi donc dans mon ivresse te garder dans ces moments comme le serait  deux amants

    Tu me fuis, Vis donc ta vie et laisse-moi me détruire dans mes souvenirs enfuit

     

    Je te laisse partir puisque ton cœur à choisit un bonheur où je n’ai place

    Si jamais tu aurais un remord, je souffrirais du tort que tu m’as fais

    Souvenirs de nos années où  tu me disais que tu m’aimais, jamais je ne l’oublierais

    Vérités ou mensonges que de doutes tu m’as laissé à en pleurer d’un amour qui a vu le jour.

    Et j’espérais  que tous deux seraient encore présents dans des sentiments qui défient le temps

    Ô oui toi mon ange Souvenirs  de nos échanges caressant tes hanches endoloris par des douleurs étranges

     

    Ton destin n’a pas voulu continuer le chemin avec moi et je me demande encore pourquoi

     

    T’ai-je déçu ou pas assez bien pour toi, trop loin de toi tu n’as pas cru en moi

    Souvenirs à en mourir, je n’ai plus d’avenir, je n’ai le droit de te chérir

    Tout ce silence me fait tomber dans la démence des jours  à t’aimer et  à ne rien espérer

    Je n’ai plus que ma tendresse et mon âme qui s’envole vers toi

    De mes pensées, il ne reste qu’un souvenir celui de ton visage et de tes yeux se posant sur moi

    Me disant un adieu une dernière fois.

     

    Adieu puisqu’ainsi tu le veux, faisant encore couler ses larmes salées sur mes lèvres qu’autrefois tu avais embrassé.

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La nuit

    La nuit

    Cette phase lugubre  s’incruste dans mon esprit

    Où les pensées les plus enfuie rejaillit et fait face dans un sombre espace.

    Où les paroles venues du passé  se bousculent parfois avec une majuscule

    Amour que l’on a cru, des mots prononcés et répétés, un cœur blessé

    Amitié abusée et puis rejetée, mourir en silence d’une grande absence

     

    La nuit

    Ciel d’été et étoilée ou j’espère sans vraiment y croire

    D’un retour de plus beaux jours qui en valent vraiment le détour

    Je  ferme les yeux en larmes, mon seule arme pour laisser échapper mes sentiments refoulés

    Insomnie s’installe avec ces angoisses et ce mal qui me transperce

    Me laissant seule dans un tourbillon de désillusions

     

    La nuit

    Qui me questionne sur ce qu’a été ma  vie, sur mon  bonheur et mon malheur

    Non je ne croirais plus que la vraie amitié est bien de soucié de la personne à qui l’on tient

    Si la vraie amitié est se sentir rejetée et abandonnée  tu ne peux me dire de m’avoir aimé et respecté

    La pénombre  est alors l’endroit qui engloutit mes idées noires

    Et mon réveil alors je n’aimerais plus le voir.

     

    La nuit

    C’est tout ce que tu m’as laissé de ma triste vie

    Je n’ai plus envie de tendres les bras, personne ne me sauvera de ce qui a été toi.

    Tu m’avais promis de ne jamais me laissé que tu serais toujours là pour moi

    Mais encore une fois, tu as menti et tu n’as rien compris

    T’aimer comme je l’ai fait m’a fait tomber bien bas  et d’où personne ne reviens pas.

     

    La nuit

    On dit que la vie chante et la vie pleure

    Mais les rêves me laissent un goût amer de ce que notre histoire n’a été qu’éphémère.

    C’est peu dire que tu me manques car chaque instant est un supplice à cette distance

    Cette obscurité est un si long silence que la réalité en est encore bien plus de ton absence.

    Ce manque d’oxygène est bien ce que tu n’as pas voulu prendre  

     

     

    © Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Rêve

     

     

    Rêver

    Qu’il est bon de rêver de s’évader dans un autre monde

    S’imaginer d’être avec toi dans une histoire sans fin

    Fermer les yeux tous deux et que l’on est heureux

    Main dans la main ne plus penser à rien

    Rêver

    Partir bien loin me fondre sur ton cœur

    T’embrasser tendrement et apprécier ce  doux moment

    Me noyer dans tes yeux et savoir ce que tu veux

    Te désirer et savoir comment t’aimer

    Rêver

    Que le temps s’arrête sur un voyage dans les nuages

    Redescendre sur terre dans tes bras tu ne me lâches pas

    S’asseoir à une table savourée ta présence sur une chanson de romance

    Poser mes doigts sur ta bouche pour que toi tu me touche

     

    Rêver

    Que tout est encore possible entre nous au-delà du mois d’août

    Reste encore un peu avec moi et ne me réveille pas

    L’instant suprême je le vis le jour et la nuit dans mon esprit

    Rien ne m’enlèvera cet amour que j’ai construit

     

    Rêver

    Ne plus jamais souffrir dans mes souvenirs

    T’aimer à l’infini ou alors mourir

    Le jour se lève toujours bien trop tôt, tu vas me quitter bientôt

    Demain recommencera à chacun son destin, nous serons loin et près à la fois

    Rêver

    Ô oui rêver que rien ne sera jamais fini

    Qu’un jour tu me diras oui

    Si pas si bas ce sera là-haut où tout sera beau

    Nous mènerons alors enfin notre vie sur le même bateau

     

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Prend le large

    Prend le large

    Il aime les bateaux, il trouve cela si beau

    Hisser la grande voile, vaguer sur les mers et les océans

    Regarder  à l’horizon  le soleil couchant, respirer l’air salin  le menant vers le port où elle l’attend

    Au loin une  petite main  lui fait signe, cheveux blond au pull marin

    Sourire aux lèvres, il regarde le ciel envahit par les mouettes qui dansent dans la légère brise

     

    Prend le large

    Plus aucun nuage en direction de l’île de tes rêves avant que la nuit ne s’achève

    Plus de danger de t’accoster  et d’aimer à t’enivrer de belles fleurs naissantes

    Matelot de tous les temps affronte orages et vents, il s’en va  pourtant le cœur vaillant.

    Tenant la barre de son navire, il lutte la houle pour qu’il ne  chavire

    Pensée  vers sa bien-aimée le ramène vers la rive, faire une escale et l’embrasser

     

    Prend le large

    Et prend en charge tous tes souvenirs laissés par le passé, mais rien n’est oublié

    Il s’assoupit un instant sur le pont, coquillage à l’oreille lui ramenant la voix de sa belle

    Se laissant bercer par les flots il murmurait un sincère goût de << je t’aime >>

    Son être s’en va  vers le délice de voir encore ses yeux si bleu qu’il avait quitté sous peu

     

    Un chant d’une sirène lui rappelant celle qui fut sienne.

     

    Prend le large

    Traverse encore ces étendues si vastes si cela te prélasse

    Regarde encore le soir de pleine lune, si un passage d’étoile brille dessus la hune

    Filante vers ton existence, elle ne craint pas la distance

    Solitaire voyageur, combat encore cette peur, ce n’est pas encore ton heure

    Réveille-toi, le ciel azur te mène encore vers l’aventure, tu as encore fier allure.

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Si l’amour existe encore  pourquoi tu te désiste

    Et si je persiste, je crois que rien n’est effacé

    Ton cœur a tout simplement été blessé

    Tu en es tout chamboulé  encore de vouloir aimer

    Ta pensée est dans les nuages ou à travers les âges.

     

    Pardonne donc à l’amour, ne change pas ton parcours

    Tes erreurs du passé faut maintenant les oubliés

    Vis avec le soleil dans tes yeux, regarde le ciel est si bleu

    Pense encore un peu à-moi si tu le  veux, ne coupe pas ce qui a été nous deux.

    Tu n’es pas encore si vieux pour retomber amoureux

     

    Tes mains peuvent encore guider un être malheureux

    M’aimeras-tu encore, feras-tu encore un effort

    De m’appeler ou de m’écrire et rappeler nos souvenirs

    Rien n’est jamais fini dans le cœur d’un ami

    Tout est cela fait partie d’une harmonie

     

    Si l’amour existe encore  pourquoi tu te désiste

    Et si je persiste, je crois que rien n’est effacé

    Nos sentiments sont encore présents ou alors tu te mens

    Rien n’est oublié tu pourrais encore  aimer

    Où as-tu fait naufrage à travers les âges.

     

    Crois encore espère que rien n’est mort

    Notre histoire est peut-être passée mais rien n’est effacé

    Mes étés je les passe à l’ombre et mes nuits sont bien trop sombre

    Je veux revoir le jour, ton sourire et nos jeux interdits

    Non jamais rien de nous  sera fini dans mon esprit, l’orage et même la pluie

    Fait revenir l’arc en ciel de mon ennui

     

     

    © Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Chansons d’amour

    Toutes me parlent de toi

    Et je te retrouve à chaque fois.

    Mon cœur est encore si lourd

    J’aurais voulu tant te combler mais tu m’as laissé

    Tu es parti, tu m’as bien vite remplacée.

    La femme que tu as choisie, me ressemble beaucoup

    Pourquoi avoir fait ce choix, n’étais-je pas assez bien pour toi ?

    Je voudrais oublier le passé,  mon cœur a été trop blessé.

    J’écoute ce chant d’amour

    Mes yeux ruissellent de chagrin, alors que tu lui tiens la main.

    Il y a bien des jours ou j’ai envie de vouloir en finir

    Ma vie n’a plus beaucoup d’importance

    Et bien souvent  c’est à toi que je pense.

    J’ai bien compris ce que tu m’as dit

    Toi et moi c’est fini

    L’amour n’est plus qu’amitié,

    Pourquoi m’avoir fait souffrir  pendant toutes ces années

    Alors que tu savais que je t’aimais à la folie

    Ai comblé toutes tes envies, attendant une nouvelle vie

    Pourquoi m’avoir fait souffrir, pourquoi m’avoir fait souffrir.

    L’amour pour toi qu’est-ce que cela signifie.

    Une femme dans ton lit, le temps d’un été

    La laissant tomber, tu n’as rien fait pour la  rejoindre

    Tu m’as brisé tous mes espoirs, autant  de passer au crématoire.

    Je ne te dis pas adieu mais au revoir

    On se retrouvera tous deux

    Là-haut ou tout est beau

    Oui là-haut où je me réjouis d’aller bientôt.

    La vie continue, mais dans quelle condition ?

    Toujours cette plaie au cœur qui ne parvient à cicatriser.

    Penser à autre chose, mais j’ai eu ma dose  

    Ma vie m’a usé, tu m’as blessée et je te pardonne

    Je ne veux que ton bonheur, voilà ce qu’est le vrai amour.

    Se sacrifier pour celui qu’on aime

     Et tu n’as jamais voulu franchir le pas

    Je pleure et ne t’en veux pas.

    Te Haïr il n’en est pas question tel est ma décision

    Malade d’amour tu m’as rendue heureuse que le temps de ma déraison

    Pas assez bien pour toi

    Je me sens frustrée, comme une femme que l’on a utilisée.

    M’aimer d’amitié c’est tout ce qu’il me reste

    Pitié, pitié ne m’oublie jamais

    Ce soir  pourrais-je encore dormir

    Ne plus penser à notre passé, à mes souvenirs

    C’est un peu mourir  

     

    © Christiane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: