•  

     

     
     

     

    Lorsque dans une étreinte

    On esquisse un baiser

    Béni soit le frisson

    Qui vient nous secouer

    Et nous fait perdre la tête

     

    Lorsque nos mains maladroites

    Deviennent caresses

    Que nos corps se mêlent

    Dans un tourbillon de tendresse

    Et nous fait jouir de plaisirs

     

    Quand mon cœur bat tambour

    Que mon sang ne fait qu’un tour

    De nuit comme de jour

    Tu es pour moi chéri

    Le seul amour au monde

     

    Que le temps s’arrête en cet instant

    Agréable moment avec toi mon amant

    Que pour toi mes sentiments

    Soit graver dans la pierre

    Avec mon cœur en guise de je t’aime

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     

    Des bisous aux baisers

    On n’en a jamais assez

    Tendresse déposée pour l’être aimé

    Sur la joue, sur la bouche on se touche

     

     

    Bisou pour l’enfant adoré

    Bisous sucrés au gout si doux

    Gros bisous qui résonnent sur la joue

    Bisous volés contraignant pas marrant

     

     

    Les baisers pour les gourmands

    Baisers sucrés au gout si doux

    Baisers dans le cou frisson assuré

    Baisers langoureux pour les amoureux

    Baisers sur les lèvres pleins de fièvre

     

     

     

    Des bisous au baisés

    On n’en a jamais assez

    Tendresse déposée pour l’être aimé

    Sur la joue, sur la bouche on se touche

     

     

     

    Baisers passion tentation

    Baisers aspiré et salé

    Le baiser douceur qui effleure

    Du baiser ardeur au baiser fureur

     

     

     

    Que ce soit les bisous ou les baisers

    On adore en donner

    On les désire avec plaisir

    Les bisous mouillés on en est dégoûté

     

     

     

    Le baiser sexuel très sensuel

    Le baiser avec la langue on se mélange

    Le baiser de l’amant celui qu’on attend

    Le baiser sur la main sentimental et romantique

     

     

     

    Le bisou, le baisé la manière d’embrasser

    Carlos, Johnny Hallyday eux aussi l’on chanté

    Du big bisou aux 24000 baisers

    On se souviendra toujours de notre premier baiser

     

     

     

    Que ce soit en amour, en amitié

    La manière de s’embrasser restera toujours gravée

    On voudra recommencer sans jamais se lasser

    C’est notre façon d’aimer

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Si ce soir tristesse me larmoie

    Ma sensibilité a été touchée par ton recul de moi

    Un peu comme le cœur transpercé par la flèche de cupidon

    La cause est ton incompréhension de mes explications

     

    Tu as peut-être alors raison de vouloir prendre tes distances

    La tendresse se dit parfois en silence

    Je n’étais pas si unique que je le pense

    Partir c’est pour peut-être mieux revenir

     

    Ne plus s’attacher c’est certainement mieux

    J’ai cependant ce petit pincement de te tenir à toi

    Je ne sais plus vraiment en fait ce que je ressens

    Si l’attachement est de l’amitié déguisée

     

    La nuit se dit porte conseil

    Les esprits se calment au réveil

    Je te laisse donc vaguer seul sur ton navire

    Car je ne veux plus que mon cœur chavire

     

     

    La poésie pourtant encore m’enivre

    Entre mes solos et nos duos

    Faut-il encore rimer crescendo

    Ou tout du contraire pianissimo

     

    La sagesse m’aurait-elle rattrapé

    J’ai juste besoin alors de me reposer

    L’amour, l’amitié peut attendre

    Il est mieux le silence et l’abstinence

     

    ©Christiane

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • ecrire

     

     

    Regard de chien

    C'est souvent un peu comme l'être humain

    Expressif, émotif, triste ou joyeux.

    Coupable moi ?

     

     

    Je n'aime pas que tu me montre le doigt.

    Je sais, je fais souvent des bêtises

    Mais veux-tu que je te dise ?

    Je suis petit moi et toi n'en n'as-tu pas fait autrefois ?

     

     

    Regard de chien

    Heureux qui comme un enfant

    Tu lui offres toute ta tendresse

    Sous ta main, une caresse.

     

     

    Un peu de joie je t'apporte

    Et te fait rire de mes cabrioles

    Ton ami, le serais toujours

    Sur ta joue ma langue lèche

     

     

    A t'écouter quand tu vas mal

    A me blottir avec amour

    Je ne parle pas, mais on se comprend

    Je t’accapare de tout ton  temps.

     

     

    Laisse-moi être avec toi

    Moi aussi j'ai besoin de toi.

    Moi qui suis toujours là derrière la porte à t’attendre

    Je ne suis pas un jouet que l'on ne veut plus et abandonne

     Ou que l’on jette quand on devient trop vieux

     

    Merci Mon maître

     

    ©Christiane

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  


     

    Amour de l'écriture

     

     

    Je n'arrive pas à éloigner mon regard

    De tes belles pages ensoleillées,

    Qui sont toujours pleines d'égards

    Et que je retrouve sur nuages poudrés.



    De tes écrits nuancés si bien constitué

    Tu les animes rien n’est filtré

    Tu es le recueil factice qu’on ne laisse dans les abysses

    Une telle richesse est le trésor en mon domaine

     

     

    Dans tes mots je lis une envie sans réticence

    D’accrocher mes vers aux tiens avec insistance

    Je ne pourrais refuser cette connivence

    Je t’emboite le pas avec la même cadence.

     

     

    L’élève rattraperait il le professeur

    Que ne fusse qu’un instant d’écrire

    C’est un héritage bien alléchant et pourtant

    Je me soumets à des règles bien construites

     

     

    Il m’est agréable d’apprendre de toi la rime

    De faire croiser le chemin de nos plumes

    Ensemble on voyage dans le train des mots

    Qui atteindra nos souhaits les plus beaux

     

     

    Quelles métaphores puissent apporter par nos poèmes

    Ne voulant rivaliser avec de grands maîtres

    Tel Maupassant et Baudelaire

    Ou poétesse plus contemporaine

     

     

    Dans nos écrits, on lit une tentation sans retient

    A vouloir poétiser s’inspirant du soir et du matin

    Certes ! Nos plumes ne peuvent égaler les leurs

    Mais nos écritures semblent plaire aux lecteurs.

     

    Duo de ©  Sabri &  © Christiane

    ce duo poétique commence par les écrits de Sabri suivit par ceux de ma personne 

    et ainsi de suite 

     

    Blog de Sabri sur skyrock

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

      

    Cette poésie érotique sera une poésie destinée aux adultes uniquement 

    si cela peut choquer certaines personnes , sachez que je le comprendrais

    et je supprimerais si cela est demandé par une grande majorité d'internautes  

     cet écrit très sexuel, sensuel , érotique  n'est autre qu'une réalité que beaucoup trouvent tabou

    Un peu comme quand on refuse de reconnaître les couples gays 

    Alors merci dans vos commentaires de respecter malgré tout mon travail de compositions .

    Je ne suis pas une personne perverse , ni une péripatéticienne

    Je suis une femme tout simplement ouverte d'esprit 

     

      

    C’est l’été le temps des rencontres on sort de l’ombre

    Je suis vêtue d’un simple sorti de plage au large décolleté, laissant apparaître la vallée de ma poitrine

    Le soleil brûlant développant un air d’envie de te séduire

    Je te vois là qui me regarde avec juste le besoin de m’accoster

    Un irrésistible besoin de me parler et d’entamer une demande de rendez-vous

    Ne sachant que me guider par mes pulsions, je rentre en effusion et ne décline pas ton invitation

     

     

     

    Un dîner romantique sous la terrasse face à la mer

    Avec la lune qui nous éclaire, faisant de nous un couple sous l’emprise de ton parfum

    Tu me sers un verre de vin, on en abuse un peu de trop nous enivrant de ce nectar

    Et tu oses et j’ose, poser nos mains sur nos formes qui déforment nos habits

    Un baiser remplit de tendresse sous ta main qui me caresse

    Ne tenant plus à ces gestes qui nous excitent, tu me montres l’hôtel qui nous invite

     

     

     

    Cela ne sera pas la ballade romantique sur la plage

    Quoi que le sable pourrait nous servir à nous allonger à nos envies

    Direction donc vers l’étage d’une chambre que tu avais déjà réservée

    Empressée de voir ton corps, tu me déshabilles d’abord

    Me penchant vers le bas, je détache ton pantalon et y glisse ma main câline

    Ta verge ne se fait pas attendre de l’érection que je te procure

     

     

     

    Tu m’approche doucement du lit ou tu me bascules

    C’est sur mes seins que tes mains circulent

    De ta bouche gourmande sort ta langue

    Qui me lèche et me suce les bouts de mes seins tendus

    Je te demande encore et encore de descendre plus bas

    En m’écartant les cuisses tu absorbes mon clito tout en suçant les pourtours

    Rentrant le bout de ta langue un peu plus loin, me fait soupirer d’un désir soudain.

     

     

     

     

    J’ai tout mon corps qui te demande de m’envahir

    Besoin de te sentir en moi, viens oh oui viens … Ahhhh

    Je connais la position qui te convient, soulève donc mon bassin

    Mes jambes sur tes épaules je te veux maintenant allez viens

    Ma fontaine qui jaillit te réclame d’un élan tu m’enflammes

     

     

     

    Tu me pénètre de ton bâton rigide et commence tes vas- et- viens

    En cadence je suis ton rythme, je sens la rougeur de mes joues de ce moment suprême

    Oserai-je te dire je t’aime, ou simplement apprécier le goût de ta chair

    Je ne suis pas encore rassasiée et continue ma parade par saccade

      Cette fois-ci je mènerai la danse

    Venant te sucer le gland et te lécher et absorber tes rondeurs boursières   

     

     

     

    J’ai envie encore que tu me reprennes pour assouvir et tous les deux encore jouir

    Te chevaucherais-je mettant ta bite en coite en moi

    Tout en passant d’abord à la serrer entre la gorge de ma poitrine

    Je n’en peux plus le septième ciel nous attend

    Je sens arrivé ton éjaculation rentre vite dans ma douce chaumière

    Ma cheminée a besoin d’être ramoné par ton engin plein d’entrain

     

     

     

    Allez viens , ouiiiii encore , accélère , oh oui encoree viens , plus vite ahhhh …

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     
      

     

     

    Si dans ton cœur je fais partie de toi

    Si dans ton cœur tu penses un peu à moi

    Viendras-tu me rejoindre sans crainte

    Quitteras-tu toutes contraintes sans rien enfreindre

    Un amour ne peut Vivre, ne peut exister

    Si on est loin l’un de l’autre sans pouvoir se toucher

     

     

    Je regarde le ciel et t’appelle, comme un appel irréel

    Perçois-tu ma souffrance et mes appels  je t’aime

    Pour nous deux le soleil brillera que pour nous deux  dans le ciel

    Consumera nos envies sur lit de braise

    Le clair de lune illuminera deux silhouettes

    Qui fut l’emblème de notre histoire

     

     

     

    Si un jour l’orage se lève

    Si un jour c’est la tempête

    Seras-tu là à venir panser toute  ma peine

    Poseras-tu un baiser désirant et brûlant de fièvre

    Et tes bras me serreront tout contre toi

    Et demain matin chassera le chagrin

     

     

    Si mon cœur palpite comme un tambour

    Je ne sais plus si c’est pour toi par amour

    La passion m’emporte toujours dans des folles nuits où je m’enfuis

    Dans des ébats dont toi et moi avons besoin

    Si ton empreinte caresse mon corps j’en ressens encore la pression de tes mains

    Ce ne sont que nos sens en apparence fantôme qui m'ennivre de ton arôme 

     

    ©Christiane

     

     

     

           

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  


     

      

     

     

    Si l’amour t’inspire, si tu aimes la vie et la poésie

    Si ta solitude t’égare de ton vécu de ton présent

    Il est bon de se prendre en main sans plus penser à demain

    Rêver, imaginer oui ! Mais rien de plus qui pourrait ensuite te détruire

     

     

    Fantasmer et jouir  de ce que tu ne peux obtenir

    Tu dois juste accepter ce qu’est ton destin

    On se réveille un matin l’esprit chagrin mais continuer le chemin

    Le cœur en détresse en manque d’amant ou de  maîtresse

     

     

    Un homme de lettre ou poétesse doive garder plume sous le regard de la lune

    Relatives et créatives, l’amour parfois on en a fait le tour

    Il reste tout ce qui y’a autour, le chant de la nature et son univers

    Ne fusse qu’un instant où le silence prendra conscience qu’il faut chasser toutes souffrances

     

     

     

    Mea culpa sur ce qui est moi, ne m’empêchera d’écrire pour décrocher un sourire

    Une émotion, une explosion de joies ou de tristesse pour ton cœur en détresse

    Réalité, vérité, n’empêchera pas ces moments d’oxygène et  d’évasion qu’est ma passion

    Combien de larmes couleront encore sur les lectures de poèmes

     

     

     

    Gerçant mes joues de ces coulées salées de t’avoir perdu

    Tu me poursuis tel un fantôme, je sens encore en moi cet amour de velours

    Il me faudra du temps,   oui beaucoup de temps pour me sortir de ce néant

    Nulle doute à la fleur du printemps, tu risques de ressurgir le cœur battant

     

     

     

     

    Me faisant un signe sous un battement d’aile d’un papillon

    Tu m’envelopperas alors de douceur vers un monde meilleur

    Je ne serais alors plus un cœur en détresse et m’envolerai tout en allégresse

    Dans ce monde  lumière qui sera fait pour nous

    M’endormant le long de la rivière, sous un saule contre ton épaule

     

    ©Christiane

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
SCRIPT 2: