• Un coeur meurt

    Un coeur meurt  

    Un cœur qui bat dans l’immensité du ciel, comme un bruit

     qui nous demande à continuer à vivre dans un monde

     où tout le monde fuit vers un paradis remplit d’amour et de tendresse

    comme une douce caresse.

    Comme un roulement de tambourin qui laisse s’enfuir les chagrins au lointain.

    Ce rythme cardiaque qui tambourine dans ma poitrine,

    qui me dit je suis encore là, je reste avec toi,

    contrôle tes émois car je crois toujours en toi.

    Je suis cette membrane dont laquelle émane la chaleur de mon amour

    que j’attends en retour.

    Par souffrance je ressens la lame de ce poignard que tu me lances pour m’achever

    pour  ne plus t’aimer et mon sang se met à couler laissant une cicatrise d’un cœur brisé.

    Fatigué je n’ai plus qu’une  envie, je ne peux plus continuer à battre,

     tes yeux se détourne et mon corps reste inerte

    Je ne trouve aucune issue, tu ne vois pas ce que je suis devenue.

    A quoi sert de lutter, je ne veux être ré animé,

    trop de peines par de mon passé  que tu m’as laissé.

    Coupable tu m’as laissé m’enfoncer et j’ai renoncé de t’oublier et de ne plus t’aimer.

    Un dernier sursaut et mon souffle s’étouffe dans ce gouffre où je me tiens.

    Au crépuscule ma vie bascule, l’envers de la médaille d’un amour sans faille

    Sang ne circule jusqu’à mon cœur qui durcit au fil des heures

    jusqu’à l’instant où il meurt

    ©Christiane

    « Au pas de l'automne Passion Charnel »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


SCRIPT 2: