• Je chante ton nom

     

    Je chante ton nom

     

    Je chante ton nom

    J’ai beau traverser les saisons où j’ai perdu la raison à croire que tu m’aimais

    Chacun de tes mots que tu me disais, sonnais faux je ne l’aurais jamais cru.

    Moi qui t’offrais l’amour avec ardeur c’est ce qui m’a fait consumer mon cœur

    Ne lui parle pas de ma rage, car comme un oiseau j’étais en cage.

    Je chante ton nom

    Comme sifflerait ce rossignol  qui vole pour retrouver son amour.

    Sur ta demeure où je me suis posé lorsque j’ai voulu t’aimer

    Arrivé au bout de mon voyage sous le ciel

    pourtant il n’y avait aucun nuage malgré mon âge

    Aurais-je pu deviner ce présage car jamais tu  ne me laissais un message

    où était écris le mot aimer ,tous les miens tu les as déjà effacé.

    Je chante ton nom

    Je le crie sur tous les toits, m’envolant vers le bois en pensant à toi.

    Je peux chanter et  donner sans compter les heures

    et les minutes qui me sépare de ton regard

    Sous un ciel bleu ou rayonne le soleil qui réchauffe mon cœur, j’attends mon heure.

    Un espoir ou un désespoir d’enfin te revoir

    car pour moi il ne s’agit pas d’un adieu  si tu le veux.

    Je chante ton nom

    Te souviens-tu seulement de mon prénom, de mon sourire, du goût de nos désirs

    De mes caresses remplies de tendresse ressens-tu encore le frisson de ma passion

    Nos instants de complicités quand on s’est aimé, les as-tu vraiment oubliés ?

    Vas-tu encore me blessé me faire pleurer, je suis ton petit oiseau qui est blessé.

    Je chante ton nom

    Voilà la fin, je ne serais peut-être plus là demain, j’ai bien trop de chagrin.

    Matin câlin moi au moins je me souviens c’était aussi les tiens

    Tu vis encore, tu ris encore, tu parles encore, tu te tais et moi je suis là

    Je survis malgré mes ailes blessées de n’avoir pas pu encore t’embrassé une dernière fois

    Je chante, je chanterai ou je mourais qu’importe  dans tes pensées je n’existe plus.

    ©Christiane

    « La raison meurt, le souvenir reste.Comme un loup solitaire »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


SCRIPT 2: