•  

     

     

     Chansons nostalgiques, de nos moments idylliques

    Des mots qui caressent notre cœur

    De moments de tendresse et de bonheur

    Des chansons remplies de douceurs

    De mots d’amour arc en ciel

    D’un vécu émotionnel

     

    Des chansons qui font  pleurer

    De notre amour du passé

    Que l’on tente d’oublier

    Les moments où tu me blesse

    Me menant dans la détresse

    Et pourtant, et pourtant je t’aime encore plus fort

    De tout mon cœur et mon corps au-delà de la mort

     

    Je suis l’oiseau qui regardait le soleil

    Et  me suis brisée les ailes

    D’un amour ayant jaillit

    De nos ébats charnels

    De nos envies, de nos désirs

    Trop romantique sur un air poétique

     

    Le manque de toi est ancré au fond de moi

    Tu n’es plus là et je sens ton regard furtif sur ma vie

    Ton amour parti en fumée se répand encore dans mon corps

    Comme le sang qui circule dans mes veines

    Tu ressuscites chaque jour dans mes pensées

    Ce silence éternel n’a pas brisé mes chaînes

     

    Et si  le soir je pleure encore dans le noir

    Et que  mes journées sont plus froides que l’hiver

    Que le soleil ne parvient plus à me réchauffer

    Que la vie ne me fait plus voyager  

    C’est que ton absence laisse en moi

    Un vide dans lequel je sombre

     

    ©Christiane

    ECRIRE ici

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  •  


     

     

    Ma sœur de cœur

    Si la vie a voulu nous réunir, c’était toi et moi pour se soutenir

    Et nous avons vécu aussi des moments de fou rire

    Nous étions encore à la fleur de l’âge au temps de notre adolescence

    Mais notre complicité, notre lien d’amitié au fur des années  c’est consolidé.

    Nos confidences de nos amours de jeunesse  jusqu’à nos histoires de femmes

    Mêlant ton mariage au mien, nous étions unies comme deux sœurs.

     

    Nos petits secrets nous les gardions bien précieusement

    Qu’ils soient douloureux ou joyeux nous nous donnions la main et gros câlins

    Notre vécu à toutes les deux a été fait de pleurs mais aussi de sourire

    Ta joie la plus immense fut la naissance de tous tes petits enfants

    Oh que oui que tu en as été fière et c’est normale pour une grand-mère

    J’aimais quand tu me racontais leurs bêtises d’enfants et leurs progrès tout en grandissant.

     

     

    Oh ma grande sœur, mon amie, mon ange

    Je t’ai toujours admirée de par ta grandeur d’âme

    De ta débrouillardise pour que tes enfants ne manquent de rien

    De ton talent d’artiste, car oui tu étais une artiste.

    Ta ténacité à vouloir garder cet optimisme de vie

    Et pourtant La souffrance est souvent venue te rencontrer

     

     

    J’aimais nos rencontres, nos moments bien à nous

    On se racontait tout ou presque tout

    Mais de nos discussions nous en retenions la principale

    On a voulu nous casser notre belle amitié

    Mais notre solidité à toutes épreuves étaient bien plus fortes

    Qui fut que nous revenions sur le pas de la porte  et

    Que  nous refermions pour nous tenir au chaud de tout intrus

    Merci ma grande sœur de tout cet amour que tu m’as apporté

    Merci d’être restée tel que tu as toujours été

     

    Le seul regret aujourd’hui c’est que le destin

    Nous a séparé, je ne dirais pas à jamais

    Car je sais que de là-haut sur le chemin que tu as pris

    Tu me tiendras encore dans ton cœur

    Et surveilleras à ce que je ne fasse pas trop d’erreurs

    Sur ce chemin qu’est le restant de ma vie pour qu’un jour je te rejoigne au paradis.

     

    ©Christiane

    Ma soeur de coeur

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires
  •  


     

     

    Danse danse dauphin, tourne sur toi-même

    Salue  Estelle cette belle demoiselle

    Tout comme toi, elle aime la liberté

    Chante chante dauphin ne sois pas si triste

    Dis-lui que tu l’aimes

    Eclabousse là de ta tendresse en déployant tes nageoires

    Montre lui tes mouvements transitoires et raconte lui ton histoire

     

    Parcoures les mers et les océans

    Dans ces vagues et reflets bleus

    Tu es ce cétacé porte bonheur

    Fais lui entendre les battements de ton cœur

    C’est dans son regard et au plus profond  de ses yeux

    Tu trouveras l’amour universel oui toi ma belle et jolie Estelle

     

    Tend la main jolie demoiselle et caresse-moi le dos

    Je te guiderai vers le chemin qu’est mon univers

    Accroche toi ma belle je t’emmène en croisière

    Viens avec moi et nage, regarde le ciel est sans nuage

    Libère toi, enlace moi car j’ai aussi besoin de toi

    Siffle comme moi, en émettant ce petit son, on composera une chanson.

     

    Estelle   n’oublie pas cet été

    Sous un beau soleil nous irons nager

    Toi ma compagne, ma petite sirène

    Je t’emmène  à Saint Raphaël  là où nous danserons dans les flots bleus

    Estelle Estelle, oui toi et moi rien que nous deux.

    ©Christiane

     

    Cette poésie est pour Estelle pour connaître son histoire 

    allez sur la page facebook de sa maman et ses soeurs 

    ci-dessous 

    ASSOCIATION ESTELLE AU BOIS DORMANT

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

      

    Peuple en Colère

     

    Ô pays entend-tu la colère qui monte

    Partisans brandissons nos poings en force

    Ne nous laissons plus prendre pour des cons

    Nous ne serons plus vos tendres moutons

    Marchons et défendons pour une vie digne

    Ô pays entends nos voix de révolte

     

    Citoyens de chaque ville

    On nous prend pour des débiles

    On nous mène jusqu’à l’abîme

    Trahit par la présidence et leurs acolytes

    Nous disons stop à la violence, à la dictature

    Nous ne voulons pas en arriver à la déchéance

     

    Nous sommes des milliers, de citoyens révoltés

    Femmes et enfants, hommes et grands-parents

    Jusqu’à maintenant nous nous sommes tus

    Mais ce temps est révolu

    Vous là-haut, vous nous voler nos rêves et notre pain

    Que deviendrons-nous alors demain

     

    Ô pays entend-tu la colère qui monte

    Partisans brandissons nos poings en force

    Ne nous laissons plus prendre pour des cons

    Nous ne serons plus les tendres moutons

    Marchons et défendons pour une vie digne

     

    Ô pays entends nos voix de révolte

    Et Vous, et à tous ceux qui nous gouvernent

    Respectez les enfants de la patrie

    Offrez leur amour, justice et liberté chérie

    Ne les faîtes pas périr comme des rats

    Pensez à vos sœurs, frères, père et mère

    Car eux aussi ont besoin de quelqu’un pour en être fier

     

    Arrêtez ces inflations  dans nos moyens d’existence

    Y’a toujours des solutions avant qu’éclate la révolution

    L’argent n’est pas un tout pour seulement vous gaver

    Là nous n’en pouvons plus, en avons assez

    Privation, dégradation, vous amènera à la destruction

    Faîtes place au bonheur, sauvez votre aspect, sauvez le peuple qui se meurt

     

    ©Christiane

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  •  

     

     

     


     

     

    Chemin de vie, d’amour et d’amitié

    Nous sommes bien peu de choses sur terre quelques grains de poussières qui rassemblé en masse, forme tout simplement un être humain.

     

    Humain qui veut bien l’être si dans ce corps, s’assemble un cœur qui vous envoie de la chaleur par le biais de sentiments.

     Si je vous dis que sur mon parcours depuis ma naissance que j’ai reçu des marques d’amour et d’amitié ?

     

    De l’amour j’en ai reçu de mes parents et  beaux-parents,

    De mon mari, de ma fille

    De ma famille tout simplement,

    De mes vraies ami(e)s

     

    Quand je dis vraies ami  (e) s

    Ce sont ceux et celles qui savent être là pour vous

    Quand tout va mal, mais aussi se réjouissent de vôtre bien être de votre bonheur

     

    Puis il y a les autres, ceux qui se disent ami (e )s

    Toutes ces personnes qui montent dans le train de votre vie

    Mais qui plus que souvent descendent dans une gare et qui ne se tracassent plus de vous et vous oublies tout simplement

    Ont les surnommera les éphémères.

     

    Tu peux aller mal physiquement, moralement

    Pas grand monde pour te soutenir et te relever

    Une fois que tu es loin que tu ne peux rien apporter

    Nous sommes comme des pestiférés autant dire que nous sommes rejetés

     

     

    L’humanité, la solidarité

    Se sont juste des mots employés

    Que l’on utilise quand on veut se donner bonne conscience

    Quand on veut aider, assister

    Dans la vraie réalité quand on peut  être présent et donner

     

     

    Parfois on veut bien faire ce qui nous amène aussi

    À déplaire à certain(e)s

       On offre de notre temps souvent à nos dépends.

    On ne s’occupe plus de soi mais des autres

    On se consacre à l’écoute

    On se parle,  on s’écrit

    On se téléphone

    Même si un laps de temps s’écoule

    On est juste là pour elle, pour lui.

     

    Savoir que l’on n’est pas oublié, sentir que l’on est aimé par un petit bonjour, comment vas-tu ? Veux-tu que l’on parle ? Puis-je t’aider éventuellement ?

    Dès lors nous ressentons un bol d’oxygène, on sait que l’on n’est pas seul.

     

    Ça c’est le plus beau  parcours de l’amitié, la vraie.

    Je ne ferais pas l’ange de la bonne parole mais tel est ma façon de voir les choses, je ne suis pas meilleure qu’une autre.

     

    Peut-être que beaucoup d’entre vous

    Avez la même conception que moi de voir les choses

    J’ai essayé plus que souvent d’être là

    Malgré mes peines, mes soucis et ma santé.

    On ne vous demande pas de porter le malheur des autres sur vos épaules, on vous demande juste un peu d’amour et d’amitié

    De la compréhension, de prendre un peu de votre temps de bonheur pour en offrir à ceux et celles qui en ont besoin.

    Penser à soi c’est bien et vous faîtes bien

    Mais penser aux autres c’est encore mieux pour les rendre heureux.

     

    Vivre pour que les autres puissent avoir le courage à continuer à vivre, tendre la main et envoyer de la chaleur de votre cœur  

     

    © Christiane

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

      

    Comme si tu devrais mourir demain

    Montre aux autres que la vie peut être belle

    Elle est remplie d’amour et d’espérance

    Rancœur tu laisseras de côté

    Aimer, donner, pardonner et oublier

    Sera ta liberté de t’en aller en paix.

     

     

    Comme si tu devais mourir demain

    Main dans la main on peut encore changer le monde.

    Libère ton esprit du mal

    Souffrance moral …pas idéal.

    Apprend à respirer, aimer ce n’est pas compliqué

     

     

     

    Comme si tu devrais mourir demain

    Aime-toi et la vie t’aimera

    Commence dès aujourd’hui  et tu verras

    L’oxygène sera en toi  et tu avanceras d’un pas

     

     

    Comme si tu devais mourir demain

    Laisse derrière tous tes chagrins

     

    Pense au chemin qui s’ouvrira

    Qui te tendra les bras.

     

     

    ©Christiane

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    haut

     

     

    J’ai mis des mots d’amour dans mes yeux

    Un filtre sur mes lèvres en feu

    De la douceur dans mes mains

    Pour combler ta solitude

    Ton prénom je  l’ai gravé dans mon cœur

    Je ne peux oublier ces années de bonheur

     

     

    On s’est rencontré lors d’un voyage

    D’un dialogue sous contrôle

    Toi et moi sur la toile

    J’ai baissé de suite mon voile

    Je me suis fondue dans ton regard

    Suis tombée sous ton charme

     

     

    Tu m’as apporté l’été même en hiver

    Mes journées moins monotones en Automne

    Tu étais ma chaleur des quatre saisons

    Et souvent j’écoutais notre chanson

    Tu étais mon pullover quand j’ai froid

    Et pensais et ne voyais qu’en toi

     

     

    J’ai mis des mots d’amour dans mes yeux

    Un filtre sur mes lèvres en feu

    De la douceur dans mes mains

    Pour combler ta solitude

    Ton prénom je  l’ai gravé dans mon cœur

    Je ne peux oublier ces années de bonheur

     

     

    Mon amour, mon amant

    Mon ami, mon confident  d’antan

    Tu vis encore et toujours dans mes souvenirs

    Dans mes rêves et mes nuits trop courtes

    Tu es à mes côtés tout contre moi

    Avec tes je t’aime si peu prononcer

     

     

    Les années ont creusé nos chemins

    De nos yeux ont coulés des larmes

    Nous rendant plus fort au fond de notre âme

    Nous nous sommes effacés nos chagrins

    Laissant en place des cicatrices que l’on voit à peine

    Si tu savais Ô combien je t’aime

     

    J’ai mis des mots d’amour dans mes yeux

    Un filtre sur mes lèvres en feu

    De la douceur dans mes mains

    Pour combler ta solitude

    Ton prénom je  l’ai gravé dans mon cœur

    Je ne peux oublier ces années de bonheur

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     

     

    J’ voudrais écrire une chanson

    Ce n’est pas compliqué me dira-t-on

    Quelques rimes pas trop connes et se mettre au diapason

    J’ai entendu dire qu’il faut faire du yaourt

    Même quelques phrases un peu courtes

    Remixer tout cela, pour faire de la bonne soupe

     

    Chanter et composer c’est un peu comme cuisiner

    T’as des idées ou t’en a pas

    Prendre un thème, dire n’importe quoi

    Cela marchera ou marchera pas

    Ce sera un tube aux couleurs  de l’été

    Ton corps tu vas le bouger

     

    Pour éviter le syndrome de la page blanche

    Une chanson c’est des phrases prisent au hasard

    C’est un oiseau rare qui se tâte

    Sans crier hâte il s’égare sur le quai d’une gare

    Partant vers la cour des miracles

    C’est sûre il va faire un tabac

     

    J’voudrais écrire une chanson

    Ce n’est pas compliqué me dira-t-on

    On a bien vu bien plus con

    Comme un bleu courir après un ballon

    Il ne faut pas manquer d’air

    Pour chanter et pour plaire

     

    Mine de rien cela ne vaut rien

    D’écrire un refrain

    Mais au moins quelques notes et tapes des mains

    Fait du ramdam toute la  nuit

    Il vaut mieux faire envie que pitié

    Le principale c’est de chanter et s’amuser.

     

     

    Ne faut pas se faire de bile

    Si ce n’est pas sur un air de béguine

    De but  en blanc, faire chou blanc

    Vaut mieux tomber sur un bec

    Que de se prendre la tête

    Sans faire la fête

     

    J’ voudrais écrire une chanson

    Ce n’est pas compliqué me dira-t-on

    Quelques rimes pas trop connes et se mettre au diapason

    J’ai entendu dire qu’il faut faire du yaourt

    Même quelques phrases un peu courtes

    Remixer tout cela, pour faire de la bonne soupe,

    Remixer tout cela, et faire de la bonne soupe

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
SCRIPT 2: