• Pensées d’amour

    Pensées d’amour

     

    • Pensées d’amour
    •  
    • Dans le jardin de mes rêves, il y a un coin que je prends soin
    • Il y a des fleurs multicolores qui me parlent de toi
    • J’y prends bien soin car je veux qu’elles y vivent une éternité
    • car toi tu es loin
    • Je leur parle, je les soigne et les caresse avec beaucoup de tendresse.
    • Je les arrose le temps d’une pause pourtant ma vie est bien morose.
    • Tu aurais été mon jardinier pour me conseiller mais tu as préféré t’en aller.
    • Que me reste-t-il  pour égayer ma vie, que de mourir d’ennui.
    • Tu étais le soleil ou tout pousse dans mon rêve,
    • même mes sourires que  maintenant tu oublies.
    • Ma maison de rêve n’était pas spécialement un paradis
    • Mais avec toi j’aurais été aux anges et nous aurions vécu tous les deux paisibles
    •  où rien n’aurait été nuisible.
    • La réalité est tout autres, il y a toujours les autres où je n’existe pas
    • Tu préfères dans ton cœur être là-bas loin de moi.
    • J’aurais aimé être ta jardinière pour t’apporter ma tendresse
    • avec beaucoup de sagesse.
    • Mais ici je vis ou survis dans un monde artificielle où rien ne vis.
    • Le bonheur c’est enfuit, le soleil brille juste pour  te redonner le sourire
    • mais je me meurs sous la pluie.
    • Tu as trouvé toi, ta maison et ton jardin et la personne qui l'entretien et 
    •  te soigne
    • Et moi je suis la plante qui survit sur une terre avec quelques misères
    • Sans ton sourire et tes mains et ta voix qui me parle.
    • Me plaindre ne sert à rien, tu m’as prédit et choisit mon destin.
    • L’amour est n’est plus que chagrin quand on ne peut semer dans ton jardin.
    • Comment vivre avec une jeune apprentie qui a encore besoin de sa mère
    •  pour affronter l’avenir
    • Comment pourrait-elle comprendre ce que mon jardin à besoin,
    • une jeune jardinière de 20 ans
    • qui ne sait pas ce qu’aimer et cultiver vont ensemble pour récolter.
    • Je ne suis plus qu’une fleur mais tu n’en as que profité que quelques heures
    •  le temps d’une saison
    • Je n’avais pourtant pas perdu la raison d’aimer avec passion
    • Je reste donc sur mon terrain à cultiver mes pensées
    • mais ceux-ci se meurent doucement dans mon cœur et ma  demeure.
    •  
    • ©Christiane
    •  
    « Il vaudrait mieux Maman »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


SCRIPT 2: