• Pays de mon enfance

    Pays de mon enfance

    Pays de mon enfance

    Qu’il est bon de faire un saut en arrière et me rappeler les doux moments de ma tendre enfance.

    Insouciante de mon jeune âge, laissant mes rêves m’emporter dans milles images.

    Moment précieux dans les bras de mes parents et aïeux, je n’étais qu’une enfant sage.

    Endroit que j’ai grandi parmi ce que fut jadis pour moi un paradis

    Entourée de frères aînés qui voulaient me protéger de la société.

     

    Pays de mon enfance

    Aux couleurs tricolores d’un drapeau flottant au vent du nord

    Noir de l’aspect du charbon de nos mineurs de fonds

    Jaune vif comme le soleil,

    pour nous réchauffer nos cœurs meurtris des guerres  du passé

    Rouge sang de la vigueur qui circule dans nos veines

    Fière de notre patrie en chantant à toute saison dans nos chaumières,

      l’hymne de notre petit pays

     

    Pays de mon enfance

    Avec l’émerveillement des jeux et dans les lieux que j’aimais

    Dans les arbres des terrils mettant ma vie souvent en péril,

    où je grimpais pour mieux voir qui y rodaient

    Petite fille aux cheveux blond ondulé n’aillant peur à affronter le danger

    de dame nature

    et les ronces.

    Double personnalité jouant à la poupée et bataillant comme les garçons forgeant

    ainsi ce que l’avenir allait me réserver

    Cœur tendre à prendre avec tendresse comme le demanderait une princesse

     

    Pays de mon enfance

    Je voudrais refaire un bond en arrière et m’arrêté dans mon berceau

    Me laissant bercé et m’endormir sans arrière-pensée

    Prendre le sein de maman que j’aime tant et pourtant …

    Les années se sont écoulées et je suis toujours à me demander

    Qu’est-elle devenue mon enfance et  mon adolescence auxquels je pense

    Perdue dans ce monde d’adultes bien souvent incrédules où

    méchancetés circulent et l’où on  se sent si souvent ridicules.

     

    Pays de mon enfance

    Donne-moi encore une chance de rester sur ta terre en chassant

    de mon esprit la misère.

    Je te prie encore toi mon père que tu me protèges comme tu le fis naguère

    Pardonne-moi si  je t’ai déçue, d’avoir perdu si jeune ma vertu

    Redonne moi encore la force de reforger mon écorce

    De reprendre confiance en moi et me battre pour toi

    Ô toi mon roi qui veille sur ce doux endroit

     

     

    ©Christiane

    « Mon âme au Diable Je n'ai plus l'âge »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


SCRIPT 2: