•   

     

     

    Alors que notre amour se meurt.

    Chaque soir mes yeux pleurent

    Je ferme le volet tout en regardant le ciel

    J’entends le silence de l’univers

    Des notes muettes d’une chansonnette

     

    Un vide immense me remplit le cœur

    Où la blessure tarde à guérir

    Je regarde dans le vide

    Et le noir envahit ma vie

    Alors que toi dans le silence tu ignores encore mon existence

     

    Histoire sans paroles, je suis devenue folle

    Discours de sourds d’un amour sans retour

    Je t’appelle et t’écris en vain

    Espérant entendre ta voix, ou te lire

    Silence, silence je m’effondre de ton absence.

     

    Mes souvenirs ne font plus que partie du passé

    Des moments intenses qui avaient pourtant du sens

    Un voyage à sens unique tu es souvent resté mystique

    Me laissant toujours en souffrance

    Toujours dans tes non réponses et ton silence.

     

    ©Christiane

     

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Que le chemin qui nous mène à l’aube de l’an nouveau

    Soit remplit d’une source lumineuse d’amour et de paix

    Que des milliers d’étoiles étincellent le ciel d’amitié sincère

    Que l’année nouvelle soit l’acheminement de vos projets

    Que jaillisse des pépites pour remplir votre vie de bonheur

    Qu’une magie guérisse toutes les maladies et vous redonne de la vigueur

     

    De Janvier à décembre soit remplit d’espérance

    Que de mois en mois, les jours soient source de chance

    Que nos résolutions ne soient pas que des options

    Que nos bras tendus se referment sur les personnes qui nous sont chers

    Prenez le temps de vivre, chaque instant est à prendre pour ceux qu’on aime

    N’oubliez jamais de dire à votre entourage le mot «  Je t’aime «

     

    Le temps est comme une rivière qui coule. L'eau ne passe jamais deux fois entre vos pieds. Tout comme la rivière, tous les moments ne repasseront jamais par vous. Chérissez chaque moment que la vie vous donne et ayez une merveilleuse année 2016 !

     

    ©Christiane

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

    Allah disait ...

    Allah disait ...

     

     

    Allah disait ne tuez pas

    L’être humain c’est sacré

    Vous salissez encore une fois vôtre religion

    Allah maintenant vous maudit

    C’est certain tout est dit

     

    Allah disait ne tuez pas

    Vous salissez votre Islam

    Vous détruisez vôtre âme

    Vous tuez vos enfants et famille

    Parce qu’il on préféré la France comme Patrie

     

    Allah disait ne tuez pas

    C’est repris dans le Coran

    Avec vos armes, le peuple est en larme

    Vous êtes les enfants du Diable

    Nul doute vous périrez par les flammes

     

    Vous ne prêché que la guerre

    Nous sommes déjà dans la misère

    Vous êtes des intégristes en nuisance

    Mais la France est solidaire en puissance

    Allah disait ne tuez pas

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

     

     

       

     

    Cela fait plus de cent ans

    Tous combattants partant

    Laissant famille et enfants

    Moururent dans les tranchées et les champs

     

    Nos ancêtres partirent en guerre

    Défendirent notre pays, notre terre

    Invasion, intrusion, destruction

    Trop de sang versé lors de ces hostilités

     

    Mondialement ce fut l’apocalypse

    Corps chevauchant le sol, en main la baïonnette au fusil

    En ce jour d’armistice commémorons leurs mémoires

    A tous ceux qui ont combattus pour la gloire

     

    Que ce jour soit dans tous les pays

    Un message de paix lancé

    Arrêter les tueries au nom de vos familles

    Une signature d’amour sera le geste de vôtre bravoure

     

    ©Christiane

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  


     

    Ecrire pour exister

      

    Ecrire pour exister

     

     

    Un stylo plume à la main

     

    Maintenir sa mémoire en éveil

     

    Fermer les yeux et se souvenir

     

    Du passé et du présent

     

     

    Ecrire pour exister

     

    Un dépôt d’encre sur le papier

     

    Une écriture soignée et bien habillée

     

    Rocambolesque aventure  semé de désinvolture

     

    Histoire de l’enfance jusqu’à l’adolescence

     

     

    Ecrire pour exister

     

    Un besoin de se confier, une façon d’exprimer

     

    Ne plus rien cacher  de ce que l’on a pu aimer

     

    Un amour, une amitié qui suivent leur destinée

     

    Un voyage, un départ, un retour  d’une vie en quête de tendresse

     

     

    Ecrire, oui écrire pour laisser trace

     

    Pour que rien ne s’efface de mon être

     

    Une poésie, une nouvelle, un recueil

     

    Pour que tu puisses y jeter un œil

     

     

    Ecrire pour exister

     

    Pour te dire que je vis encore

     

    C’est ma façon d’espérer  d’un jour d’être remarquée

     

    Réalité ou rêvée  des paroles déposées sur le papier

     

    Ecrire, exister et respiré  et s’endormir sur ce qui a été.

     

    ©Christiane

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

      

     

     

    Tournez, tournez chevaux de bois

    Montez de haut en bas, faites sauter les enfants de joies

    Carrosse doré  où est attelé cheval ailé se balance

    Carrousel tourne au son du limonaire

     

    Tournez manège

    Que rien ne s’arrête dans ces jours de fêtes

    Sculpture coloré orné au-dessus de nos têtes

    Je suis ivre et ferme les yeux, je suis maître de ces lieux

    Petit prince sur sa monture a bien fier allure

     

    Tournez Manège

    Que de souvenirs d’une époque encore toute proche

    Où s’amusaient mes ancêtres dans un village champêtre

    Verlaine s’en donnait joie d’écrire poème sur chevaux de bois

    Que de Jupons tournoyaient sur ces beaux étalons

     

    Tournez Manège

    Laissez-vous transporter dans ses calèches

    Seules princesses et reines eussent ce privilège

    Tradition traverse les civilisations en refoulant la modernisation

    Du kiosque au champ de foire tourne encore les chevaux de bois

    ©Christiane

     

    Clic pour vérifier
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
SCRIPT 2: