• Le chat

    Le  chat

    Le chat

    Il l’aborda par l’intermédiaire du chat, un chat pas bien méchant

     et aux yeux bleus  flamboyant de tendresse,

     une amitié remplie de vérités et de peu de méchancetés

    Au départ elle ne lui laissera pas un seul regard,

     que juste ce qu’il fallait pour qu’il se rapproche un peu plus d’elle,

    il l'a trouvait si belle.

    Par habitude un peu chaque jour,

     il venait lui lécher la main car elle avait du chagrin,

     voulant sûrement la consoler mais il ne souhaitait pas s’attacher.

    Elle lui demanda pourtant d’ouvrir son cœur

    et il resta pendant des heures lui aussi à l’écouter

     et ils rirent ensemble  en s’amusant par leur tendres caresses,

     laissant de côté la sagesse.

    Des nuits agitées par des insomnies communes

     laissant parfois apparaître la lune ou les humeurs changeantes

    sévissaient sur leur vie de solitaires,

     ils auraient bien voulu se rapprocher et s’aimer et se frotter l’un à l’autre

     sans s’occuper des autres.

    Elle était la belle et lui le félin,

    qui ma fois n’aimait pas trop les câlins,

    bien trop malin préférant s’éloigner de son destin,

     il lui réservait chaque jour un autre festin.

    Lui compter ses aventures de ses chattes en chaleur

    qu’il recherchait pour combler ses nuits de folies.

     Il aurait franchi autant de pays avec ses bottes de chasses de sept lieux

    lu dans ce livre de conte, comme les enfants,

     il aurait aimé ne jamais se réveiller pour encore vouloir rêver.

    Chat au pelage doux et blanc,

     pas si âgé qu’il aurait pu le croire,

     car son cœur battait aussi fort que le prince de je ne sais où.

     Sa vigueur de son charme ne l’a laissa pas indifférente

    et elle ne cessait chaque jour à l’attendre.

    Un peu vagabond s’en allant de la journée sur les routes de France,

     parcourant et s’arrêtant chez ses amies,

     il ne pensait pas que de l’autre côté de son pays,

    une douce dame le réclamait avec de tant de flammes

    qu’elle en pleura à mainte reprise de ses chaudes larmes.

    Qui aime les bêtes,

     souffre aussi comme elle,

     se laissant souvent dépérir et même à vouloir en mourir

     par des poisons qui ternirent sa raison.

    Acharnée de ne pas vouloir le laisser,

     elle chercha par tous les moyens à le retenir

     afin d’obtenir de lui un peu plus d’attention

    pour cet amour qu’elle lui portait avec passion.

    Se sentant pris au piège et aimant trop sa vie de chat indépendant,

    il l’a fui pour une bonne raison

    Préférant trouver chez une autre le fruit de la passion

    auquel il irait se nourrir pour y reprendre des forces. 

     Les agrumes sont souvent meilleurs quand ils sont cultivés

     sans trop se déplacer et surement meilleur pour sa santé.

    Le bel ange au cœur malade de cet abandon,

     failli en finir, ne voulant plus croire au bonheur

    d’aimer encore un animal aussi beau par ses paroles,

     de par son corps et âmes

    mais dont son esprit n’avait pas compris

     que s’il l’avait aimé encore plus qu’il ne lui a jamais dit,

     il ne lui aurait pas brisé ainsi les ailes

    l’empêchant ainsi de continuer à voler sur sa destinée.

    Il lui laissa malgré tout un espoir de l’a revoir

     en toute amitié,

    mais sans vraiment lui promettre qu’il viendrait cette fois vers elle.

     La toute belle ne sachant pas trop quoi penser

    en reste toujours désillusionnée et blessée à jamais.

     Elle ne demandait pourtant pas grande chose pour vivre en symbiose.

    Elle passe encore des jours et des nuits à penser à ce beau mâle

     qu’est ce beau matou qui se dit ne pas être jaloux

     préférant faire croire que ce sont les femelles qui laissent des étincelles 

     que lui-même ne parvient pas à éteindre de ses doigts

    parce qu’il se dit qu’il n’en a pas le droit .

    Quelle mentalité pour un félin ayant déjà vécu de semblables aventures.

     Par trop de fierté ce mâle chasseur

    n’avait pas peur de laisser douter ses proies 

    Ce qui n’empêche pas malgré tout que la patience de la princesse au main d’or ,

    aime encore son chat au trésor que son cœur renferme l’amour

     qu’il a accumulé pendant autant d’années

    pour un jour enfin crier le mot je t’aime et n’ai jamais cesser de t’aimer .

    Elle a peur pourtant de se lasser d’attendre son retour,

    car elle a peur de ne plus le voir un jour.

    Le temps qui s’écoule, fait qu’elle s’écroule doucement vers le fond,

    quand la saison lui donnera le froid et personne d’autres ne  l’a réchauffera

    que si elle se présente devant l’être qui veut la faire renaître.

    ©Christiane 

    « De Juillet à Décembre Il vaudrait mieux »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


SCRIPT 2: