• D'amour et d'amitié

    Ô  toi qui a fait partie de ma vie et qui l’a continue en tant qu’ami(e) s

    Laisse toi porter à la réflexion d’une passion et je n'ai pas perdu la raison

    Je t’ai apporté tout ce que j’avais de meilleur

    Mon amour, mon amitié, la vérité, de mes vacances d’été  

     Ai Retiré le meilleur mais aussi le pire

    Ta destinée a choisi une autre vie mais je survis au paradis

    Délaissée et vis  dans tes pensées de mes yeux qui ont pleuré de par ton absence

    Je regarde vers l’horizon, le temps d’une chanson

    Un homme  aux ondes positives et négatives et qui  t’apporte le bonheur. 

    En ai souffert et en souffre encore et encore mais je n’ai aucun remord

    Non plus à en être jalouse, mais blues de toi parfois mois par mois

    Par temps chaud ou par temps froid je suis encore tout près de toi

    Blues de toi de cette vie que tu as choisi

    Ton fantôme m’accorde encore ton amitié  

    Mais moi ta femme qui veut encore te plaire 

    Tu as l’air de t’en défaire   

    Souffrance encore présente et me hante

     Du temps passé entre nous et que tu n’as jamais  vraiment pris

    Pressé par le temps, esclave de l’horloge tu as tout manqué de ces jours en été.

    Emporté par le vent, me laissant toujours en second plan.

    Me résigner à cela à t’attendre  de Janvier à Décembre

    Comme une femme  tendre et amoureuse

     De tout cela jamais Tu n’as voulu le prendre.

    Mais que dois-je encore t’apprendre ?

    Etais-je  qu’une aventure sans lendemain ?

    Alors que je te tendais la main vers demain

    Maintenant je danse seule  le temps d’une romance

    Et je poursuis ma cadence mais c’est à toi que je pense  

    M’aurais tu  abandonné ? Et tout pardonné pour venir me rejoindre.

    Mes difficultés étaient aussi les tiennes et quoi qu’il advienne

    Je serai encore ta femme, ton amie, ton amante et aimante

    Tes soucis le temps terminé est payé

    Puisses-tu comprendre qu’ici chez moi tout encore  est possible.

     Fuyant à tout cela, il ne suffisait qu’un pas, avant que je ne passe à trépas

    Nous aurions pu vivre heureux à deux en amoureux  

    Un couple en harmonie, complicité tu l’as brisé à ne pas savoir conjuguer le verbe aimer 

    Je te dirais encore je t’aime rêvant encore d’amour toujours

    Mourir à petit feu si Dieu le veut, ai encore froid de toi à moi  

     T’aime d’une amitié sincère, mais espère ou mère d’une chimère

    Qu’entre nous, il n’y aura plus de guerre

    J’ai encore besoin de toi, comme confident toute sommeillant devant mon écran

    Mes yeux se ferment doucement  

    Loin de moi tu es encore, moi en  haut  et toi en bas

    L’amour ou amitié est-elle devenue cela

    Pour en arriver là, avant que je ne  passe à trépas

    L’indifférence je ne comprends pas  

    Tu sais, mon cœur est encore à toi 

    Faut-il que tu le vois brisé et abîmer pour comprendre l’amour sans pitié

      Côte à côte nous ne serons plus, t’embrasser je ne  peux et ne sait.

    De mon nuage   mon doigt de touche sur ta bouche

    Ce poème je te le dédie tel aurait été ta fille

    En tant que vraie amie tel est ma vie

    Que mes conseils ne soient vains, et encore du vin et du pain

     Écoute-moi encore, de la mort je n’en veux pas 

    Mon cœur ne bat que pour toi laisse-moi encore écouter ta voix

    De tes lettres d’amour je n’en veux pas puisque j’ai traversé le mur et suis passée là-bas

    © Christiane

    « Tes Yeux Enrobent Mon CoeurJe pense à toi »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


SCRIPT 2: