• Amour impossible

     

    Amour impossible

    Eblouie sous ton emprise me suis mise à tes genoux toi mon amour si doux.

    Irrésistible par tes beaux yeux et ton sourire, suis venue un jour du mois d’août.

    L’attente fut longue, avec en récompense un baiser si tendre et encore tout cela me manque.

    Souvenirs que jamais s’enfuit même dans mes insomnies de minuit.

    Je te laisse vivre maintenant tes doux instants car pour moi rien n’a plus de présents

    J’ai beau encore espérer de mon amour blessé.

    Ô non je ne pourrais oublier de ce que nous avons été.

    Je pense  encore à toi, de tes lèvres et de tes bras,

    de tes tendres étreintes que j’avais peintes dans  un rêve sans trêve

    De ce roman dérisoire qui flotte encore dans ma mémoire,

    réalité n’était qu’une simple amitié que je ne voulais voir, afin de trouver le mot aimer.

    Et pourtant nous y avons cru durant des années, si seuls tous deux comme des amoureux

    Nos yeux rivés sur d’autres cieux, nous nous sommes laissé aller dans des désirs envieux remplis de feux

    Je me rappelle que tu t’endormais sur mes genoux

    et moi qui contemplait ton regard si doux

    j’aurais voulu te caresser la joue mais te laissait t’assoupir tel était ton plaisir.

    Fatigué par ces journées difficiles ou tu surveillais ta tendre et chère  maman

    qui était aussi un peu mienne le temps de quelques étés où tu as bien voulu m’aimer.

    Tu étais mon refuge, le seul où je m’y sentais bien,

    et je n’aurais voulu repartir tel aurait été mon désir

    et mes larmes coulaient à chaque départ dans ce train

    qui me ramenait toujours au même endroit

    Mon cœur, mon amour, mon tendre, si seulement tu pouvais encore m’entendre

    Te fâcherais-tu encore si je ne veux pas te laisser encore,

    le choc a été trop brutale, tu ne peux comprendre ce que j’endure.

    Pardonne-moi si je ne peux encore accepter de ta nouvelle vie

    partagée de celle que tu as voulu suivre et ainsi me fuir.

    Le temps apaisera mon malheur, et j’ai souvent peur que tu oublies

    ce que j’ai pu être pour toi

    Un jour viendra où tu retrouveras mon odeur,

    au ciel  en dessous d’un arc en ciel

    Un arôme survolera ton cœur si tu te souviens de mon ardeur

    quand ce fut pour moi le bonheur

    Je te laisserai trace, sans prendre ton espace avant que je ne m’efface.

    ©Christiane  

    « Je t'aime je t'aime je t'aime Une pensée pour toi »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


SCRIPT 2: