•   

     


     

     

    Quand on est aimé, on ne doute de rien.

    Quand on aime, on doute de tout.

    L’amour est un tyran qui n’épargne personne.

    L'amour rend aveugle, le mariage rend la vue.

    L’amour s’ennuie d’être heureux

    C’est toujours le bonheur des amants qui détruit leur bonheur.

     

     

    L'amour ! Il n'y a rien de plus fragile ni de plus éphémère.

    L'amour c'est comme un feu un jour de pluie

    Tu as le devoir de le protéger, de l’alimenter, d’en prendre soin

    Tu es le gardien de cette flamme pour que jamais elle ne s’éteigne

    Et si nous posions des mots, pour que l’amour soit un hymne

    Tu sais si bien faire des rimes toi petite plume poétique

     

    Quand on sent aimé on revit

    Quand on revit on se sent existé

    L’amour est magique, l’élixir des fantasmes

    On s’éprend d’un regard, d’une silhouette

    Nous laissant emporter dans un tourbillon

    Dans désirs fous, dans des élans endiablés

     

     

    Tel emportement des amants

    Pour fuir l’existence du temps

    Et faire vivre la fougue de leurs corps endormi

    L’ampleur des gestes osés

    Des sensations oubliées fait pointer le bout de mes seins

    Sous l’humidité de mon orgasme, je gémis et cries au coup de tes reins

     

    Amour passion, sous ta coupe

    J’ai juste envie ce soir, sentir ton corps sur le mien.

    J’ai cette incendie tel brûle notre dame

    Cette saveur pimentée de ton sexe qui frôle ma bouche

    Sauras-tu te retenir jusqu’à l’extase

    Dans ces mots d’encore et encore …Oh oui encore …

     

    Je dois absolument avoir mon self contrôle

    Même si tes mains amples me frôle et me maintient

    Chéri, Oh oui viens donc en moi

    J’en rêve dans mes nuits dans lesquels je jouis

    Viens vite, oui vite lâche toi sur moi

    L’amour de deux corps est l’essence de ta présence.

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

    Clic pour vérifier

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

    Alors que l’amour devrait se nourrir de rose

    Que la tendresse m’apporterait tes caresses

    J’ai le cœur depuis longtemps en mille morceaux

    Des épines plantées dans mon cœur

    Toi qui  m’a refusé le bonheur et j’en pleure

     

     

    Je suis épuisée de vouloir écrire

    Et même de retrouver le sourire

    Y’a des jours où je voudrais m’enfuir

    Ou encore me laisser mourir

    J’ai ce nœud au fond de ma gorge

     

    Dans ce monde où je vis sans toi

    Le soleil c’est éteint et j’ai froid

    J’aimais tant entendre le son de  ta voix

    Apaisement entre toi et moi

    J’étouffe par ce manque, tu n’es plus là

     

     

    Pourquoi encore chercher des mots

    De crier si fort je t’aime encore

    Je ferme les yeux et vois ton visage

    Mais ce n’est qu’une esquisse au profond de l’abysse

    J’ouvre mes paupières et ressent alors la lumière 

     

     

    L’ouverture vers le ciel qui m’emmène à toi

    Je respire enfin à la liberté de pouvoir te redire

    Mon amour je ne t’ai pas oublié et je veux encore t’aimer

    Donne-moi cette envie d’aspirer à vivre

    Embrasse-moi, enlace-moi comme la première fois

     

     

    Qu’elle est douce cette musique céleste

    L’acheminement de tes sentiments que tu m’offres à présent

    Le repos enfin retrouvé d’un amour inachevé

    Aime moi comme je t’aime, aime moi jusqu’à l’infini

    Accrochons-nous aux étoiles et que notre amour ne soit que lumière.

     

    Union de deux corps de poussière

    Nous sommes plus que de petits atomes dans l’atmosphère

    Transportant des milliers de je t’aime

    Les seuls mots qui soulagent les maux

    La force de l’amour réunit enfin dans cet univers

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

    La poésie est un voile que l’on soulève

    Qu’on embrasse avec tendresse

    Une femme que l’on caresse par des mots

    Des sentiments, des ressentis qu’on déshabille

    La mise à nu de ce que tu es

     

     

    C’est la douceur que l’on donne à l’amour

    Le bonheur ou la tristesse d’une vie

    La fureur et la couleur du sang

    La chaleur du moment présent

    Ton cœur battant la chamade

     

     

    La poésie c’est la couleur de tes yeux

    Ton regard qui me lit, amoureux

    Sous l’emprise de la passion

    Ton esprit  se remplit d’illusions

    Moment intenses auquel tu penses

     

     

    La poésie c’est un peu de moi que je dévoile

    Un peu de toi sous l’emprise de ta plume

    Une danse entre nous je l’avoue

    Une alchimie qui reste magique

    C’est  un arôme  à l’eau de rose

     

    C’est un déferlement de vague qui s’échoue

    Sur un banc de sable chaud

    Sur lequel tu t’étends en m’attendant

    Un rêve bleu comme le ciel

    Une saison où jamais il ne pleut

     

    La poésie est infinie et contemplative

    Elle se savoure comme un fruit défendu

    Parfois elle se demande des pauses

    Souvent elle nous manque comme une overdose

    Une euphorie dans laquelle je m’enfuis

     

    ©Christiane

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  


     

     

    Je m’efface, plus de trace

    Renfermée dans ma carapace

    Tu y as encore  ta place

    Tout oublier je ne peux y faire face

     

    Ça m’agace cet esprit qui n’arrête pas

    De penser, je ne peux t’oublier

    Ce sentiment au fond de mon cœur

    Dans lequel je te préserve avec chaleur

     

    Tu t’en es parti loin d’ici

    Dans ton paradis m’y garderas-tu place

    C’est le destin  à chacun son chemin

    Moi en vie ici-bas, je mène chaque jour un combat

     

    Une gomme n’efface pas tout

    Ni un amour, ni des souvenirs

    Elle laisse sur le papier

    Des mots jamais dit, ni écrit

     

    La poète reste inerte

    La Maîtresse pleure sans cesse

    Elle voudrait écrire, une histoire

    Mais elle se meurt de désespoir

     

    Et pourtant  sa plume hésite

    Sur un A, un M, un O, un U et un R

    Se dessine alors un espoir

    De tout recommencer, et d’aimer.

     

    D’effacer le noir de l’encre

    De colorer son avenir

    De composer  le bonheur

    Et de rayonner par un sourire

     

    Un court instant

    J’ai failli mourir

    Même si bat en moi  ce manque de toi

    Je me réveille et partout je te vois

     

    ©Christiane

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

     

     

      

     

     

     


     

     

    Une maman c’est la caresse de sa main

    Ce sont ses bras pour un câlin

    C’est sa vigueur de travail et dure labeur

    C’est sa bienveillance, son côté bon cœur

     

    Maman bonheur, maman douceur

    C’est ton odeur, côté savon

    Ce sont tes mots réconfortants que j’aime tant

    Ce sont tes yeux qui ne voient que moi

     

    Je suis ton enfant que tu as désiré

    Ton petit être qui aujourd’hui a grandit

    Au quel tu as tant appris

    Et en ce jour et demain je te dis merci

     

    Maman tu es si belle

    Tu es pour moi la plus jolie fleur

    Celle que je cultive et en prends soin

    A mon tour de te cajoler comme je l’ai été

     

    Tout cet amour journalier

    Je veux en ce jour et demain et à l’avenir

    Te le montrer, te le fêter et t’embrasser

    En te souhaitant Bonne fête Maman

     

    ©Christiane

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
SCRIPT 2: